Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Industrie et économie / La Turquie augmente à 120% les taxes sur les voitures américaines

Le président Erdogan a augmenté les taxes d’importation des véhicules américains à 120%. Avec risque de croître à l’avenir.

Sommaire :

On le sait, les conflits politiques (et d’égo) peuvent mener très rapidement à des guerres économiques.  À la suite des promesses de Trump de taxer sévèrement l’acier et l’aluminium turc, le pays va en faire de même pour les voitures, alcools et tabac américains. En l'occurrence, la Turquie a fortement augmenté mercredi les tarifs douaniers de plusieurs produits américains. Parmi les produits visés par cette forte hausse figurent les véhicules de tourisme, dont les tarifs douaniers s’élèvent désormais à 120%, certaines boissons alcoolisées (140%), le tabac (60%) ou encore le riz et certains produits cosmétiques.

Origines

La décision d’Erdogan est tombée après que les USA aient imposé de nouvelles sanctions pour non-respect des droits de l’Homme. En effet, la Turquie a mis sous les verrous 50.000 individus (dont 20 américains) après le putsch manqué de 2016. La plus grande puissance mondiale ne voit pas d’un bon œil non plus que le pays achète un système de défense anti-missile russe. La réponse ? Sanctions économiques.

Conséquences moindres

Bien que la Turquie constitue une puissance conséquente en matière d’exportation automobile (actuellement le 5ème constructeur européen, encore amené à grimper), les retombées seront minimes outre-Atlantique. Si le gouvernement US impose des taxes sur les automobiles turques évidemment. Le Ford Transit Connect américain n’est plus produit chez Otosan mais en Espagne. Le Toyota C-HR, qui peine déjà à conquérir le public Yankee, pourrait en pâtir. Si l’Europe poursuit la lancée de l’Oncle Sam en matière de sanctions économiques, ce sera une autre histoire…

Rédigé le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.