Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Black Friday

Offre Black Friday : -20% sur votre abonnement annuel !

J'en profite

Edito / Thunder Power : faut-il encore y croire?

Soyons clairs: depuis le début, cette piste chinoise sent le roussi.

Sommaire :

L’annonce avait fait grand bruit fin 2018 et redonné espoir à toute une région au lendemain du départ brutal des Américains de Caterpillar à Gosselies. À la place de bulldozers et autres engins de chantier, le site assemblerait des petites voitures électriques du fabricant chinois Thunder Power. Deux ans plus tard, maintenant donc, ces petites électriques bon marché auraient dû commencer à sortir des chaînes carolos. Sauf qu’on ne voit rien venir. À la place, les immenses parkings servent à stocker temporairement des centaines… d’Audi e-tron, en transit. Et aujourd’hui, si officiellement le projet Thunder Power n’est pas abandonné, disons qu’à tout le moins, il a du plomb dans l’aile. Soyons clairs: depuis le début, cette piste chinoise sent le roussi. Déjà qu’elle impliquait le dépôt de la part de la Wallonie de 50 millions d’euros sur un compte dans les Îles Vierges afin de créer une holding dans un paradis fiscal pour le moins opaque. C’était bizarre comme demande de la part des Chinois à l’époque. Ça l’est encore plus avec le recul, quand on constate que rien n’avance. Ces 50 millions ont-ils été versés? D’une source proche du dossier, on nous assure que non et que la Région wallonne n’a pas encore sorti un euro. C’est rassurant pour les deniers publics. Mais comment a-t-on pu réellement croire à la viabilité de ce projet? Thunder Power est un parfait inconnu sur la scène automobile mondiale, il n’a jamais produit la moindre voiture. De quelle expertise peut-il dès lors se prévaloir? Quelle est sa valeur ajoutée à l’heure où tous les groupes mondiaux se sont lancés dans l’électricité, sans les attendre? La dernière info publiée sur leur site officiel date de juillet 2019 et le dernier post Facebook de «Thunder Power Global» date du… 16 août 2019. Il paraîtrait qu’ils sont en train de construire une usine en Chine, mais là encore, les retards s’accumulent. Bref, s’il ne se passe rien à Gosselies, il ne se passe pas grand-chose non plus à Hong Kong visiblement, même si leur site annonce fièrement un modèle électrique affichant 650 km d’autonomie, 240 km/h, 585 ch… Il est même possible de le réserver en payant un acompte d’environ 2.300 € via Paypal. Vous le feriez, vous? Aujourd’hui, les politiques qui, alors, jouaient des coudes pour être au premier rang lors de l’annonce Thunder Power il y a deux ans à Charleroi, disent qu’ils sentaient bien que ce projet était «risqué» mais qu’il fallait le tenter. Entièrement d’accord. Mais faut-il encore s’accrocher à ce qui ressemble de plus en plus à une coquille vide?

Rédacteur en Chef Le Moniteur Automobile

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.