Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Black Friday

Offre Black Friday : -20% sur votre abonnement annuel !

J'en profite

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Je m'abonne

Essai détaillé / Alfa Romeo Stelvio 2.2 Diesel 210 : la seconde chance

Sommaire :

En bref

  • La dynamique

    Le Stelvio fait partie des quelques SUV réellement doués en usage dynamique. La force, surtout, à son excellente direction et à son amortissement idéalement configuré entre sport et confort. Le 2.2. Diesel convainc par ses accélérations et ses reprises, mais se révèle trop sonore et gourmand pour décrocher une meilleure note. Bon point pour la transmission Q4 qui, la plupart du temps, laisse le Stelvio évoluer en mode propulsion.

  • Sécurité

    Alfa fournit une bonne sécurité dès le niveau de base (avec le Diesel 160 ch), mais obligation de dépenser plus pour satisfaire les plus exigeants. Les Italiens proposent des packs d'assistance à la conduite, le second niveau Super étant requis pour profiter des phares automatiques, du contrôle d’angle mort, de la détection de la somnolence ou du régulateur de vitesse adaptatif. Ce dernier est désormais également équipé d'un assistant d'embouteillage.

  • Confort

    Le Stelvio est un excellent dévoreur d’autoroute grâce à son agréable compromis de suspensions, mais aussi de sa direction qui, même en ligne droite, reste très communicative. Les diverses possibilités de réglages de sièges et de volant assurent à tout un chacun une bonne position de conduite. Gare quand même aux sièges Sport, un peu trop étroits pour les automobilistes bien charpentés. Dommage pour le bruit du moteur, un peu trop présent.

  • Sens pratique

    Avec de 525 à 1.600 litres, le Stelvio n’a rien d’un transporteur. Mais ce sera suffisant pour la plupart des familles. Les rails et les œillets d'arrimage garantissent la stabilité des objets. Les leviers de rabat de dossiers de banquette s’avèrent pratiques. Bon point pour l’accueil réservé à votre smartphone, entre les porte-gobelets et sous l'accoudoir. Dans ce dernier, vous pouvez éventuellement ajouter un socle de recharge par induction.

  • La connectivité

    Alfa a rattrapé son retard en multimédia. Le système actuel provient toujours de Magneti Marelli, mais se hisse désormais au niveau des meilleurs. Apple CarPlay et Android Auto font partie des possibilités de connexion, tout comme la personnalisation de la page d'accueil. La navigation (TomTom) peut être contrôlée par la voix et/ou, comme auparavant, via la molette greffée sur le tunnel central et désormais via l'écran tactile de 8,8 pouces.

  • Budget

    Les 56.890 euros restent une somme considérable, mais comparés aux tarifs de la concurrence, le Stelvio reste avantageux. Pour ce prix, vous avez droit au Diesel le plus puissant et au niveau d’équipement le plus riche. La facture finale peut bien sûr toujours être plus élevée, mais notons que les prix des packs restent raisonnables. Cela dit, le Stelvio est aussi limité en «extras technologiques», ce qui ne conduit pas à des dépenses optionnelles déplacées.

Alfa Romeo Stelvio 2.2 Diesel 210 : la seconde chance
Conclusion / Alfa Romeo Stelvio 2.2 Diesel 210 : la seconde chance

Le Stelvio séduit toujours – voire impressionne – par les qualités dynamiques de son châssis et l’excellence de sa direction, prouvant plus que jamais son respect envers les fondamentaux de la marque au Biscione. Pour convaincre un plus large public, Alfa Romeo a entendu les clients avides de pixels par millions, de ports en tout genre, d’applications, de gaming, bref, tout ce qui manquait à la première génération. Et en comblant ce retard technologique, le Stelvio profite de l’occasion pour porter sa finition à un niveau enfin supérieur. En somme, le Stelvio dispose de meilleures cartes dans son jeu pour séduire, sans bluff, les sceptiques. Mais tout le monde n’a pas toujours droit à une seconde chance. Le Stelvio saura-t-il la saisir?

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!
Journaliste AutoGids/AutoWereld