Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

SUV DAYS le 11 & 12 mai 2019 - les inscriptions sont ouvertes!

SUV DAYS le 11 & 12 mai 2019 - les inscriptions sont ouvertes!

Je m'inscris >>

Edito / Le futur sera-t-il électrique ?

L’histoire nous apprend que les révolutions surviennent généralement brutalement...

Sommaire :

La question divise et les réponses ne sont pas claires. Certains y croient dur comme fer. D’autres pensent que la voiture électrique disjonctera. Dans le premier camp, on trouve évidemment Elon Musk, qui met ses Tesla en première ligne et vient d’inaugurer son immense site de production de batteries dans le Nevada, au terme d’un investissement de 5 milliards de dollars. Il prévoit de produire d’ici 2020 de quoi équiper les 500.000 Tesla qu’il a prévu de vendre à cette échéance. À titre d’information, il assemble aujourd’hui à peine un dixième de cet objectif. Des ambitions démesurées? Faut voir. Car le secteur automobile traditionnel estime aussi que l’électrification est en cours, à l’instar de Porsche, qui vient d’annoncer sa décision d’engager 1.400 nouveaux spécialistes destinés à son programme de première sportive 100% électrique, la Mission E, prévue elle aussi pour la fin de cette décennie. On peut donc penser que les efforts en recherche et développement ont des chances, à terme, de déboucher sur des progrès significatifs en matière de rendement énergétique, donc d’autonomie et de temps de recharge, alors qu’une production accrue devrait permettre à son tour des économies d’échelle qui pallieront le surcoût actuel d’une voiture électrique. La question qui se pose aujourd’hui est donc de savoir s’il faut tout miser sur cette révolution, au risque qu’elle n’arrive jamais. Ou au contraire patienter, au risque, cette fois, de se faire déborder si elle survient. Le choix est cornélien, d’autant que l’OPEP (l’organisation des pays exportateurs de pétrole) estime de son côté que la voiture électrique ne représentera que 1% des ventes mondiales d’automobiles d’ici 2040. 

Qui a tort, qui a raison? Difficile de se prononcer. Mais l’histoire nous apprend quand même que les révolutions surviennent généralement brutalement. Qu’en pensent Kodak, qui n’a pas vu le tournant rapide vers l’appareil-photo numérique, ou Nokia, qui a raté celui vers le smartphone? Et d’autres spécialistes, cités notamment par le quotidien français Les Echos, de rappeler qu’à l’aube du XXe siècle, la calèche a été totalement remplacée par l’auto en 15 ans à peine!

Rédigé par le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.