Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Découvrez tous nos nouveaux produits et abonnements ‘Spécial Salon’ !

Découvrez tous nos nouveaux produits et abonnements ‘Spécial Salon’ !

découvrir

Edito / La valse a mis le temps

6 des 10 plus grands producteurs mondiaux de voitures électriques sont chinois...

Sommaire :

Chez nous, la valse vers la voiture électrique a mis du temps à s’ébrouer. Mais il y en a qui sont très vite entrés dans la danse : les Chinois. Et on ne les a pas vu arriver. Depuis peu, les constructeurs occidentaux se lancent, soudainement réveillés, dans la voiture électrique, annoncent des programmes de nouveaux modèles soudainement ambitieux, l’offre commence à se diversifier, on réfléchit à des incitants (ou pas!), un réseau de bornes de recharge se met lentement en place. Bref; on hésite, on rechigne, on discute, on tergiverse,… Et si c’était trop tard ? Entre-temps, les Chinois ne se sont pas posé de question et ont imposé leur rythme à la fête de la fée électrique. Un rythme endiablé. Aujourd’hui en effet, 6 des 10 plus grands producteurs mondiaux de voitures électriques sont chinois, alors que le pays a fait main basse sur l’approvisionnement des matières premières nécessaires à la production des batteries. Ils ont des mines chez eux mais n’ont pas hésité à en acheter en République démocratique du Congo, au Chili, en Australie,… Au point de rendre dépendantes à ce sujet nos marques historiques, ce qui commence à inquiéter. Au cours des 50 dernières années grosso modo, nous dépendions essentiellement des pays du Golfe (Persique) pour l’approvisionnement en pétrole. Dorénavant, nous dépendons de la Chine pour la voiture électrique et hybride. Certains analystes commencent à parler de monopole. Comment en parler autrement quand on sait que la Chine produit 80% des batteries mondiales ?  Voilà désormais  le monde occidental en situation de vulnérabilité stratégique et commerciale par rapport à un ogre aux dents longues et aux moyens financiers colossaux pour son approvisionnement énergétique. Un ogre qui a une vision, une stratégie et les moyens – financiers et politiques – de les mettre en œuvre. Et au moment où le reste du monde commence à se réveiller, à ouvrir des pourparlers par exemple au travers d’un projet de constituer un «Airbus européen des batteries», une sorte de consortium auquel personne ne semble vraiment croire, la Chine passe déjà à l’étape suivante, sans même un coup d’œil compatissant sur ceux qui disparaissent dans son rétroviseur, c’est à dire nous : l’hydrogène. Aucun constructeur européen ou américain ne semble y croire. La Chine, elle, a un plan. 5000 voitures à hydrogène en circulation dès 2020, 50.000 en 2025 et un million en 2030. D’abord à destination de son marché intérieur. Mais ensuite, à quoi pensez-vous que le pays va s’attaquer ? À n’y prendre garde, l’orchestre chinois battra encore la mesure quand les lampions de la fête européenne s’éteindront les uns après les autres…

Rédigé par le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.