Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Que recherchez-vous ?

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais courts / Mazda CX-5 2.0 SkyActiv-G (2022)

Rédigé par Xavier Daffe le

Véritable star chez Mazda, le CX-5 prend à lui 35% des ventes globales de la marque. Ce SUV qui débuta sa carrière en 2012 en est aujourd’hui, 10 ans plus tard, à sa troisième génération. Celle de la maturité?

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Concept

S’il ne figure pas forcément en tête de liste des intentions d’achat du client lambda, le CX-5, du long de ses 4,57 m, est pourtant un rival tout désigné des Hyundai Tucson et autre Volkswagen Tiguan, qui se disputent généralement la première marche des «intentions de vote» dans le segment très porteur des SUV de taille moyenne. Et c’est sans doute un peu de sa faute dans la mesure où il a toujours pâti de l’absence dans sa gamme d’une version hybride ou PHEV, tellement importantes sur le marché professionnel. Pourtant, le particulier peut y trouver son compte par l’entremise de moteurs raisonnables, qu’il s’agisse du Diesel de 150 ou 184 ch, qui a la bonne idée de rester au catalogue, ou de l’essence en 163 (2 litres) ou 194 ch (2,5 litres).

Pour cette nouvelle génération qui tient toutefois plus d’un léger face-lift, il soigne ses trains roulants, son intérieur, sa connectivité et l’aménagement de son habitacle. Autant d’évolutions qui subliment ses qualités de base, faites d’un agrément de conduite certain, d’une qualité d’assemblage, de finition et de choix de matériaux, telles qu’elles peuvent lui faire revendiquer l’appartenance à la sphère premium.

Nous avons pu prendre le volant d’une version à essence 2.0 Skyactiv-G de 163 ch en traction (2WD) et boîte de vitesses manuelle, étant entendu que l’automatique est disponible en option à 2000 €. La première impression visuelle concerne cette nouvelle calandre désormais typique de la marque, des proportions harmonieuses et cette présence charismatique mais sans esbroufe sur la route, rehaussée par le fait qu’on n’en voit pas à tous les coins de rue, ce qui constitue assurément un de ses atouts pour celui qui ne veut pas faire comme tout le monde.

À l’intérieur, la bonne surprise se poursuit dès que l’on observe le soin accordé aux accastillages, à ces matériaux de haut niveau, à ce design épuré, zen, à ces lignes tendues et à cet agencement qui fait que l’on trouve tout de suite ses marques. Y compris en matière d’ergonomie. Si la génération précédente était née dépassée en matière de connectivité, ce n’est plus le cas cette fois. L’écran multimédia passe en effet à 10,25 pouces et se commande du bout des doigts, de manière intuitive, via une molette sur la console centrale, encadrée de boutons d’accès direct aux menus principaux. Habitués au système iDrive de BMW, vous ne serez ici pas dépaysés. C’est en tout cas nettement plus ergonomique et sûr que le recours au «tout tactile» à la mode Stellantis, qui agace. Revus, les sièges offrent confort et maintien, en même temps qu’une position de conduite parfaite. Voilà un habitacle dans lequel on se sent immédiatement bien, presque comme à la maison.

2022 Mazda CX-5 Facelift

Conduite

Direction directe, engageante et précise, commande de boîte manuelle parfaite comme souvent chez Mazda, nouveaux réglages des suspensions (amortisseurs revus et ressorts plus souples), freins communicatifs… Tout engage à une conduite dynamique même si le châssis moins tenu et plus filtrant qu’auparavant induit un peu plus de prise de roulis. Dans le cas d’un SUV misant sur le confort, ce n’est pas une tare, d’autant que les bruits de roulement sont eux aussi mieux filtrés.

Cependant, le châssis reste plus dynamique que le moteur 2 litres atmosphérique qui fait ce qu’il peut avec ses malheureux 213 Nm de couple. Il monte certes bien en régime, se montre volontaire dans l’effort mais atone à bas et moyen régime, ce qui impose un recours fréquent à la boîte pour obtenir une relance digne de ce nom, a fortiori en charge ou sur un relief accidenté. On sait que Mazda est une marque qui aime ne rien faire comme les autres et c’est d’ailleurs un peu pour ça qu’on l’apprécie, mais en l’état, l’absence de turbo (ou d’un coup de boost électrique 48 V) sur ses moteurs à essence commence à être rédhibitoire en matière d’agrément dynamique. Sauf sur la légère MX-5, bien sûr.

Au quotidien, ce n’est pas très grave, surtout au vu des conditions de circulation embouteillées que nous connaissons, d’autant que ce 2 litres se montre très discret sur le plan sonore. Mais sur le plan dynamique, c’est une autre histoire. Comme sur le plan de la consommation, qui souffre d’un moteur qui doit être cravaché pour s’exprimer pleinement. À l’usage, il sera possible de tourner autour des 8 l/100 km. Mais cette moyenne peut vite s’envoler. Autant le savoir.

2022 Mazda CX-5 Facelift

Verdict

Avec sa connectivité enfin remise au goût du jour, les évolutions apportées à son châssis et à l’aménagement de son habitable, sa qualité perçue de haut niveau et son agrément de conduite dynamique, le CX-5 2022 atteint l’âge de la maturité et devient une alternative tout à fait crédible face aux stars du marché. À la recherche d’un peu d’originalité pour ne pas tomber dans la masse des Tucson et autre Tiguan ? Le CX-5 est tout à fait convaincant, d’autant que son positionnement prix/équipement se montre lui aussi très attirant !

 

  • Qualité de finition
  • Meilleure lisibilité de l'infodivertissement
  • Suspension dynamique
  • Le moteur à essence manque de punch
  • Et aime bien boire
  • Pas d'alternative hybride

Dans cet article : Mazda, Mazda CX-5

Rédacteur en Chef Le Moniteur Automobile

Essais

Nos essais

Les concurrentes

Stocks Mazda

Voitures neuves de stock mazda

Occasions Mazda

Les voitures d'occasion mazda

Trouvez l'assurance qui vous convient
  • Trouvez l'assurance qui vous convient

  • Le Moniteur Automobile, en partenariat avec Hopala, vous aide à trouver l'assurance auto qui correspond le mieux à vos besoins.

  • Commencer la recherche