Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Honda Jazz 1.5 i-VTEC 2018 : plus de punch

Rédigé par le

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Arrivée à mi-carrière, la Honda Jazz s'offre une remise à niveau. Rien de transcendant à l'extérieur, mais il faut signaler l'apparition de deux nouvelles finitions et, au plan mécanique, l'arrivée du moteur 1.5 i-VTEC.

Le concept

La troisième génération de la Honda Jazz – ou Fit, comme elle s'appelle sur certains marchés – est apparue chez nous fin  2015. Aujourd'hui, elle a droit à un restylage de mi-carrière. L'opération peut apparaître un tantinet anticipée, mais on sait que les constructeurs japonais sont généralement prompts à rafraichir leurs modèles. Il ne faut pas non plus oublier que la Jazz actuelle, qui se situe à mi-chemin entre la citadine et le petit monospace a été commercialisé au Japon deux ans plus tôt que sous nos latitudes. En Europe, la Jazz ne fait certes pas partie des voitures qui rencontrent le plus grand succès commercial, mais ça n'a pas empêché Honda d'en écouler, à l'échelle mondiale, plus d'1,2 millions d'exemplaires.

À côté de son nouveau moteur, de possibilités d'équipements supplémentaires et d'un style légèrement remanié, la nouvelle Jazz peut toujours compter sur les qualités qui ont fait son succès. On retrouve donc un habitacle spacieux et modulaire grâce, entre autres, à l'implantation centrale du réservoir de carburant et à la fameuse banquette arrière Magic Seat. Cette dernière peut toujours se rabattre, cela va de soi, ce qui porte le volume du coffre de 354 à 1314 litres, mais peut aussi être disposée verticalement, ce qui autorise le transport d'objets hauts en position droite.

Ce qui est nouveau

Cette Jazz restylée se reconnaît aisément à sa nouvelle face avant, dont le style s'inscrit dans le droit fil de celui des dernières créations Honda. La nouveauté la plus marquante est le repositionnement de l'éclairage diurne, qui émigre de la partie inférieure du bouclier vers le dessous des nouveaux blocs optiques. La calandre, légèrement retouchée,  se pare d'un jonc chromé supplémentaire destiné à relier visuellement les feux de jour, tandis que le logo de la marque est plus voyant que par le passé. Quant au bouclier avant, il bénéficie d'un design différent. Idem pour son homologue arrière, ce qui a allongé la voiture de quelques millimètres (4.051 mm de longueur totale)

Jusqu'à présent la petite Honda se déclinait chez nous en finitions Trend, Comfort et Elegance. Celles-ci sont conservées mais sont désormais épaulées par les exécutions X-Road et Dynamic. La première entend surfer sur la vague crossover en adoptant un style "robuste (qui se caractérise notamment par des protections de bouclier avant et arrière de couleur grise, mais aussi des passages de roue, des protections et jupes latérales en matériau synthétique noir). Ces éléments à vocation purement esthétique imposent un effort financier supplémentaire de 1.500 euros par rapport à l'Elegance, dont la X-Road reprend le reste de l'équipement. Quant à la Dynamic, elle est reconnaissable à son diffuseur arrière, ses antibrouillards, ses jupes latérales son béquet au sommet de la lunette arrière, ses jantes de 16" de couleur noire brillante, et ses liserés rouge sur les boucliers.

Cette nouvelle finition haut de gamme est la seule disponible avec le moteur 1.5 i-VTEC qui fait son entrée au sein de la gamme Jazz. Il s'agit de même moteur "atmo" que celui qui anime le HR-V. Il se caractérise par son alimentation à injection directe et par sa distribution variable, qu'il s'agisse de la levée des soupapes ou de leur durée d'ouverture. Ce bloc reprend l'alésage du moteur 1.3, mais adopte une course plus longue. Il développe une puissance de 130 ch à 6000 tr/m, mais dépourvu de turbocompresseur, son couple n'atteint que 155 Nm au régime élevé de 4600 tr/m.

Comment roule-t-elle ?

Cela n'a pas empêché la première prise de contact avec la Jazz 1.5 i-VTEC d'être pour nous une agréable surprise, ce qui est logique étant donné que le quinze-cents est plus rempli à bas régime que le 1.3, tout en grimpant volontiers dans les tours… Ajoutez à cela un châssis de qualité et une boîte 6 à la commande précise, et vous obtenez une voiture réellement dynamique (qui passe de 0 à 100 km/h en 8,7 secondes d'après le constructeur…), tout en pouvant se targuer d'une comportement routier sain et précis, qui a en outre le bon goût de ne pas être obtenu au détriment du confort de marche, lequel s'avère très satisfaisant. Il faut cependant préciser ici que nous n'avons pu conduire que la version à boîte manuelle. Le 1.5 peut, comme le 1.3, être associé en option à une transmission automatique CVT, une solution qui a ses qualités, mais qui fait perdre 1,3 s sur le 0 à 100 km/h… D'un autre côté, elle permet de ramener les rejets de CO2, assez élevés avec la boîte manuelle (133 g/km) à une valeur plus acceptable (124 g/km).

 

Prix/équipement

On ne peut pas dire que la Jazz soit vendue à prix serré. Si la version de base Trend à moteur 1.3 s'affiche au prix encore raisonnable de 15.990 euros, la Comfort dotée de la même mécanique coûte 17.690 euros. Et vu que le nouveau 1.5 i-VTEC n'est disponible qu'associé à la finition haut de gamme Dynamic, le prix de la Jazz ainsi motorisée frise les 20.000 euros (19.690 euros). Quant à la (pseudo) aventureuse X-Road, qui, à l'instar des Trend, Comfort et Elegance, n'existe qu'avec le moteur treize-cents), elle franchit allègrement cette barre symbolique en s'affichant sans complexe à 21.190 euros… Cela dit, l'équipement de cette Jazz est correct dès la finition de base puisqu'il comprend, entre autres, le freinage automatique d'urgence en ville, le Bluetooth, le régulateur de vitesse, les feux à allumage automatique, le capteur de pluie et la climatisation manuelle. La Comfort ajoute à cela l'anti-dévoiement, des jantes en alliage léger de 15", la reconnaissance de la signalisation routière ainsi qu'une aide au parking avant et arrière, sans oublier l'infodivertissement Honda Connect (mais sans la navigation). En plus de ce qui précède, les Elegance, X-Road et Dynamic bénéficient notamment de jantes en alliage de 16" et même, sans supplément de prix, d'un éclairage 100% à diodes. Comme souvent chez les constructeurs asiatiques, les possibilités de personnalisation et les options séparées ne sont guère nombreuses. Les seules options départ usine existantes sont, outre la transmission CVT (1300 € sur toutes les versions), la peinture métallisée et la fonction navigation pour le Honda Connect (proposée au tarif raisonnable de 700 €).

La concurrence

Avec sa carrosserie typée monospace, la Jazz est un peu une curiosité, mais aussi une survivante. Ses rivales traditionnelles ont été soit remplacées par un crossover ou un SUV, soit ont disparu sans descendance (Citroën C3 Picasso, Nissan Note, Renault Modus, Toyota Verso-S, etc.). Parmi les autres petits monospaces subsistants, on pense au Ford B-Max, au Hyundai ix20 ou au Kia Venga, qui sont toutefois plus long d'une dizaine de centimètres. Si l'on considère simplement la Jazz comme une citadine polyvalente, ses concurrentes sont évidemment bien plus nombreuses et la moindre n'est pas la Toyota Yaris, d'un gabarit très voisin, y compris en hauteur.

Notre verdict

La Jazz conserve les qualités qui ont fait sa réputation: un espace intérieur généreux et une modularité intéressante. Mais le 1.5 i-VTEC rend la voiture plus polyvalente à l'usage en offrant à son conducteur un plaisir de conduire "à l'ancienne", insoupçonnable quand on considère son style extérieur. Dommage que cette nouvelle motorisation ne soit disponible qu'avec la finition la plus haute, ce qui fait que cette Jazz est tout sauf donnée, même si son équipement est des plus complets.

 

  • Habitabilité et modularité
  • Châssis ludique et confortable
  • Ressources mécaniques avec 1.5 i-VTEC
  • Prix de la 1.5 i-VTEC
  • Rejets de CO2 du 1.5 i-VTEC

Dans cet article : Honda, Honda Jazz