Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

Estimer

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Mercedes GLC 220d : métamorphose

Sommaire :

En bref

  • Mécanique

    Le Diesel 2.1 est moins bruyant et moins rugueux que naguère, ce qui est une excellente nouvelle. Il est en outre associé à une boîte automatique à 9 rapports très vive, rapide et douce. Les rapports supplémentaires ont permis de resserrer les intermédiaires au bénéfice des performances, tandis que les rapports supérieurs longs sont synonymes de consommation maîtrisée sur les voies rapides en utilisation réaliste.

  • Tenue de route

    Le GLK offrait un compromis confort/dynamisme quasi inégalable; le GLC fait encore mieux, avec un filtrage encore amélioré. Seul bémol: la suspension avant digère étonnamment mal les inégalités transversales, ce qui peut suggérer que la rigidité structurelle du châssis dans sa partie avant n’est peut-être pas optimale. Les trépidations que l’on ressent alors dans la direction donnent l’impression de conduire un ancien cabriolet. La direction à assistance électrique est un peu légère à notre goût.

  • Sécurité

    Mercedes a une réputation à défendre en la matière et a fait ce qu’il faut pour que le GLC en soit digne. De série, le modèle a droit au détecteur de fatigue et au freinage d’urgence urbain automatisé en plus des autres équipements habituels dans le segment. Du côté des options, le GLC n’a pas grand-chose à envier à la Classe S: il est possible d’obtenir un régulateur de vitesse actif avec antidévoiement actif, par exemple, ou un surveillant d’angles morts avec avertisseur de trafic transversal.

  • Confort

    Par rapport au GLK, déjà très confortable, le GLC a encore progressé. Il est surtout silencieux et plus habitable. Le filtrage de la suspension a encore été amélioré, sauf sur les grandes déformations isolées, que la suspension peine vraiment à digérer. Notre voiture d’essai reposait sur une suspension sport. Peut-être la suspension confort standard ou celle pneumatique optionnelle à amortisseurs actifs réalisent-elles un compromis (encore) plus convaincant?

  • Sens pratique

    Sur le papier, la capacité minimale du coffre a crû de 100 l (550). En pratique, ce volume supplémentaire n’est que difficilement exploitable, car situé sous le double plancher, dans un espace aux formes torturées. Relativement lourd et peu pratique à manipuler, ledit double plancher ne facilite pas l’accès au compartiment inférieur. On n’utilise dès lors que la partie supérieure, qui ne nous a pas semblé plus vaste que dans l’ancien GLK. Le repliage de la banquette est désormais électrique.

  • Budget

    Mercedes pratique généralement des tarifs plus élitistes encore que ceux des autres marques «premium» allemandes; ce n’est pas le cas ici: le GLC 220d est aussi cher que le BMW X3 20d xDrive A, de 13 ch plus puissant il est vrai. L’équipement de série peut être considéré comme relativement acceptable; mais l’addition gonfle très vite si l’on pioche dans le pléthorique catalogue des options. La consommation s’avère très raisonnable, avec une moyenne de 7,5 l/100 sur les 1.600 km de notre essai.

Mercedes GLC 220d : métamorphose
Conclusion / Mercedes GLC 220d : métamorphose

Autres temps, autres mœurs. Par rapport à feu le Mercedes GLK, au style presque caricatural, le nouveau GLC présente des lignes beaucoup plus passe-partout, nettement moins typées off-road, alors que le véhicule, du moins lorsqu’il est pourvu de la suspension pneumatique qui permet d’augmenter la garde au sol de 50 mm, offre davantage de possibilités hors bitume. Ce que l’on retiendra encore, c’est que le GLC offre une habitabilité plus généreuse, surtout à l’arrière, ainsi qu’un coffre plus vaste, du moins sur le papier, vu que l’espace supplémentaire s’avère peu utilisable en pratique. Quant au confort, il apparaît globalement préservé alors que le comportement a nettement gagné en dynamisme. Ce qui ne nous empêche pas de nous poser quelques questions au sujet de la rigidité du châssis dans sa partie avant…

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!

NEWSLETTER

Les concurrentes