Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Mercedes E 350e : Quand la Classe E lave plus blanc

Rédigé par le

Prix de base en savoir plus
65.824 €
  • Avis Rédaction 16.03/20

Sommaire :

L’électrification des gammes de prestige passe dans un premier temps par des hybrides rechargeables, les voitures purement électriques étant prévues pour plus tard. Chez Mercedes, après la Classe C et le GLC, c’est au tour de la nouvelle Classe E d’avoir droit à sa version «PHEV».

Mercedes ne commercialisait jusqu’il y a peu qu’une seule voiture purement électrique: la B 250, dont la production a récemment cessé. Avec l’arrivée de la nouvelle Classe C en 2015, l’hybride rechargeable a fait une entrée remarquée, suivie récemment par la variante SUV de cette Classe C, le GLC. Et voici que nous arrive un troisième modèle, la version «verte» de la Classe E.

On sait qu’une voiture hybride rechargeable possède aux moins deux moteurs (l’un thermique, l’autre électrique, d’où la dénomination «hybride») ainsi qu’une batterie d’une capacité suffisante pour permettre à la voiture de rouler significativement longtemps en mode purement électrique, alors qu’une hybride «normale» se contente d’une batterie de beaucoup plus faible capacité, qui ne lui permet de parcourir à l’électricité que quelques kilomètres à peine. L’autonomie en mode électrique d’une hybride rechargeable dépend de la capacité de la batterie. A bord de la E 350e, cette dernière fait un peu plus de 6 kWh, ce qui signifie que le rayon d’action en mode électrique est relativement limité. Nous y reviendrons.

Au contraire de sa petite sœur la Classe C, la E n’offre pas le choix entre hybride (h) et hybride rechargeable (e): l’association du Diesel et du moteur électrique ne fait pas partie des possibilités. Sans doute ce choix s’explique-t-il, du moins en partie, par le Dieselgate, le moment n’étant pas spécialement bien choisi pour faire rimer Diesel et respect de l’environnement, en partie à tort. Mais ceci, comme dirait Kipling, est une autre histoire…

  • Consommation très basse (si on la recharge!)
  • Très bonnes performances
  • Confort global de haut niveau
  • Comportement sain et agréable
  • Choix de matériaux et finition
  • Prix élevé, cherté de certaines options
  • Suspension Airmatic en option
  • Perte de volume de chargement
  • Emplacement de la prise de recharge vulnérable
  • Sonorité du 4 cylindres