Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

SUV Days 2018 - découvrez toutes les dernières infos ...

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai comparatif / Alfa Romeo Stelvio Quadrifoglio vs Mercedes-AMG GLC Coupé 63 S

Accros aux amphétamines, l’Alfa Romeo Stelvio Quadrifoglio et le Mercedes GLC 63 S grognent à la moindre provocation et se moquent ouvertement du politiquement correct. Lequel des deux est le plus détraqué? Entre paranoïa et schizophrénie, notre cœur balance…

Sommaire :

Si le paroxysme de la bêtise humaine devait être illustré dans le secteur automobile, nos deux protagonistes du jour ne seraient sans doute pas très loin de la pole position. En effet, quelle idée insensée que de courir après la performance en partant d’un SUV qui, de par sa morphologie, est tout sauf voué à une sortie sur circuit entre amis un dimanche après-midi? Et quand bien même le résultat s’avérerait un tant soit peu convaincant, comment des SUV pourraient-ils tenir la comparaison avec de «vraies» sportives établies? Nous pourrions légitimement en débattre des heures durant. Mais pourquoi ne pas plutôt considérer le Stelvio Quadrifoglio et le GLC 63 S comme deux gamins qui feraient les quatre cents coups avant de se faire irrémédiablement taper sur les doigts? Une sorte d’insouciance qui aurait le mérite de contraster avec la morosité de la conduite autonome et du tout électrique. Sur ces réflexions hautement philosophiques, place à un duel de haute voltige… et que le meilleur gagne!

Rédigé par le