Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

CALCULE TAXE

Connaître dès maintenant le montant des taxes de ma nouvelle voiture privée

CALCULER

Salon de Francfort 2019 / Le Top 5 des nouveautés du salon de Francfort 2019

Une fois de plus, le salon de Francfort a été prolifique en nouveautés. Voici les cinq nouveaux modèles qu’il ne fallait en aucun cas rater.

Sommaire :

Land Rover Defender

Land Rover a entrepris de renouveler une légende. Délicate opération en perspective donc, car il fallait aussi conserver tout le caractère authentique de ce Defender apparu il y a 70 ans. Le premier Defender commercialisé sera le 110, comprenez le 5 portes à empattement long. Il sera suivi du 90, le Defender «court» à 3 portes. Dans le courant de l’année prochaine arriveront les versions utilitaires. Land Rover a vraiment voulu mettre l’accent sur le sens pratique. C’est possible grâce au sélecteur de la boîte automatique monté au tableau de bord, ce qui a permis d’installer entre les sièges avant soit un large espace de rangement, soit un siège d’appoint pour un troisième occupant. Le coffre peut accueillir 1075 l de bagages. Banquette repliée, le volume utile est plus que doublé : 2380 l. La charge utile du nouveau Defender s’élève à 900 kg et la capacité de tracte à 3750 kg. Deux moteurs à essence et deux Diesel seront proposés dès le lancement. Les Ingenium Diesel sont des 4 cylindres de 200 (D200) ou 240 ch (D240). Le 4 cylindres à essence de la même famille (P300) délivre 300 ch avec l’aide de son turbocompresseur à double entrée. Au somment de l’offre, le moteur mild hybrid est un nouveau 6 cylindres en ligne suralimenté par un turbocompresseur à double entrée et un compresseur électrique 48 V. De quoi sortir 400 ch et 550 Nm de couple !

 

Porsche Taycan

Il aura donc fallu 4 ans à Porsche pour dévoiler la version définitive de la Mission E, présentée au salon de Francfort en 2015. L’engin se pose en concurrente directe de la Tesla Model S. La Taycan innove à plus d’un titre. D’abord avec sa plate-forme où la batterie peut être parfaitement intégrée et ne gêne donc pas les pieds des passagers arrière et ensuite avec la capacité de charge. La tension de la batterie atteint les 800V ce qui permet des charges éclair à une puissance de 270 kW (la voiture est aussi compatible avec les bornes de 350 kW). Deux moteurs synchrones à aimants permanents, un par essieu, animent cette limousine dont la puissance cumulée est de 460 kW (625 ch). Si l’on active l’overboost, pendant 2,5 s au maximum, la puissance disponible atteint 500 kW (680 ch), pour 850 Nm pour la Turbo, dont le nom n’a pas de raison d’être, ou 560 kW (762 ch) – toujours en overboost, les puissances nominales de base étant identiques pour les Turbo et Turbo S –  et 1.010 Nm sur la… Turbo S (!). Le moteur arrière est relié à une boîte 2 rapports, un court pour l’impulsion initiale et un long pour la vitesse et l’autonomie, le moteur avant étant accolé à une réduction unique. De quoi culminer à 260 km/h et passer de 0 à 100 km/h en 2,8 s (3,2 pour la Turbo). La transmission 4x4 est régulée automatiquement afin d’obtenir la meilleure efficacité.

 

Volkswagen ID.3

Voilà la Golf ou la Coccinelle du 21e siècle. Ce premier modèle est sensé faire passer Volkswagen à l’ère de l’électricité tout en faisant oublier le Dieselgate. L’engin étrenne une nouvelle plate-forme, la MEB, qui permet une intégration parfaite des batteries dans le plancher. Il en résulte aussi une meilleure habitabilité, notamment aux places arrière. La version de base embarque une batterie de 45 kWh (7 modules) promise pour 330 km d’autonomie (WLTP). Le moteur développe 150 ch. Deux autres variantes sont proposées. Une avec 58 kWh (9 modules) donnée pour une autonomie de 420 km (WLTP) et une autre « long range » de 77 kWh (12 modules) qui avance 550 km d’autonomie. Notons que la puissance du moteur électrique augmente avec ces deux variantes : de 150 ch (base), on passe à 204 ch. Le couple par contre n’évolue pas et reste stationnaire à 310 Nm. Les versions qui seront commercialisées en premier lieu seront les intermédiaires qui seront déclinées en exécution « 1st édition » hyperéquipée et dont le prix avoisinera les 40.000 €. Et pour la 77 kWh ? Et bien, il faudra encore dépenser un peu plus, vraisemblablement autour des 50.000 €.

 

Byton M-Byte

Le nouveau constructeur chinois Byton présente à Francfort son premier véhicule électrique de série, la M-Byte. L’engin annonce quelques innovations et une commercialisation dès 2020. La M-Byte sera proposée en deux configurations : une de base dotée d’un seul moteur électrique d’une puissance de 272 ch et dotée d’une autonomie de 360 km selon le cycle WLTP. La deuxième M-Byte proposera, elle, deux moteurs électriques et donc 4 roues motrices pour une puissance cumulée de 408 ch et une autonomie de 435 km (WLTP toujours). Chacune de ces versions sera dotée d’un pack de batterie spécifique : 72 kWh pour la version de base et 95 kWh pour la « dual motor ». Clou de l’habitacle, l’immense écran courbé de 48 pouces court sur toute la largeur de la planche de bord. Unique dans le monde de l’auto. Il permet naturellement au conducteur comme au passager de profiter de multiples services connectés. Trois zones de contenus sont proposées et les utilisateurs peuvent également interagir via une tablette pilote de 7 pouces et une tablette copilote de 8 pouces. La tablette du conducteur de 7 pouces sert à la conduite et elle est directement intégrée dans le volant. L’autre tablette de 8 pouces se trouve, elle, entre les sièges du conducteur et du passager avant, ce qui permet au passager de contrôler l'écran tout en profiter d'une expérience interactive.

 

Honda e

La Honda e aura deux niveaux de puissance. La petite électrique de la marque japonaise fait ses premiers pas officiels au salon de Francfort. Après les prototypes et versions de présérie, voici enfin le modèle définitif. On connaissait presque tout de la voiture, sauf sa puissance. Et elle sera double. Honda proposera le moteur électrique avec deux niveaux de puissance : 100 kW (136 ch) ou 113 kW (154 ch). Le 0 à 100 km/h pourra être réussi en 8 s. Honda indique par ailleurs que la batterie se rechargera à 80 % en 30 minutes en charge rapide. Les prix devraient tourner autour des 34.000 €.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.