Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Découvrir

Décryptage / Faut-il limiter la durée du permis de conduire ?

Au Japon, des millions de seniors sont invités à passer un examen d’aptitude à la conduite. L’Archipel a décidé d’aider les personnes âgées à identifier leur (in)capacité à conduire.

Sommaire :

Le Japon a demandé à des millions de conducteurs âgés de passer un examen d’aptitude. Cette décision d’inviter les conducteurs âgés à suivre examen d’aptitude est une réponse aux soucis de sécurité routière liés au vieillissement. 28 % de la population japonaise a plus de 65 ans, soit près de 36 millions d’habitants. Et parmi ceux-ci, 4,8 millions de détenteurs du permis de conduire ont plus de 75 ans ! Or – alors que le nombre de morts a baissé sur la route d’un peu plus de 32 % en 10 ans, passant de 5796 morts en 2007 à 3904 morts en 2016 – la courbe s’inverse pour les plus de 65 ans. En 10 ans, ils sont passés de 8,2 % d’accidents mortels impliquant un sénior en 2007 à 13,5 % en 2016. Dès lors, les autorités nipponnes ont convié les conducteurs âgés à suivre un test d’aptitude. En cas d’échec, leur permis peut leur être retiré. 

Erreurs et concentration 

Les accidents provoqués par les conducteurs de plus de 65 ans sont généralement liés à trois facteurs : erreur de conduite, défaut de concentration et excès de confiance. Ainsi, dans un pays où la boîte automatique est omniprésente, il n’est pas rare d’avoir un accident avec un sénior qui a confondu la pédale d’accélérateur avec celle du frein ou la marche avant avec la marche arrière. Il y a également des pertes de confiance et de concentration, notamment par des réflexes moins vaillants et un champ de vision qui se détériore. Enfin, s’appuyant sur leur expérience en faisant fi des nouvelles technologies et règles de conduite, ils commettent des erreurs suite à des lacunes dont ils n’ont pas conscience. 

Paradoxe 

Pourtant, les constructeurs déploient des trésors d’ingénierie pour doter leurs voitures d’une batterie de capteurs et d’aides en tous genres. Malgré ces garde-fous, et les systèmes de conduite semi-autonome, les séniors ne connaissent pas ou maîtrisent mal ces technologies. De plus, leur automobile est souvent plus âgée que la moyenne du parc national et ne profitent donc pas des dernières évolutions. La voiture totalement autonome pourrait être une solution pour les personnes âgées inaptes à la conduite « humaine ». Mais cette solution n’étant pas pour tout de suite, il est important de réfléchir aux spécificités de cette catégorie de conducteurs. Sans pour autant les « punir ». 

Frustrations

Pour ces personnes du 3e âge se retrouvant sans permis, la sentence est parfois mal acceptée. Car, hormis dans les mégacités, la voiture est souvent indispensable pour se déplacer. Malgré l’efficacité légendaire des Japonais, les zones rurales ne sont pas toujours desservies par les transports en commun. Et malgré la promesse d’offrir contre le permis des réductions pour les bus et les taxis, et (quel cynisme !) une réduction pour les frais funéraires, la mesure semble précipitée aux yeux de certains. Lesquels revendiquent une nouvelle organisation de l’aménagement urbain, des services de proximité et des transports publics. Bref, là-bas aussi, une politique globale de mobilité. 

Ailleurs et chez nous 

En Espagne, les moins de 65 ans doivent renouveler leur permis de conduire tous les 10 ans avec l’obligation d’obtenir à chaque fois un certificat d’aptitude. Cette obligation passe à 5 ans une fois atteint les 65 ans. Au Grand-Duché de Luxembourg limite la validité du permis de conduire jusqu'à l'âge de 60 ans. Ensuite, le conducteur doit se soumettre à un examen d'aptitude régulier (à 60 ans, 70 ans, 75 ans, 80 ans puis tous les 2 ans) pour conserver son droit à la conduite automobile. L'Italie a un contrôle similaire, mais à partir de 50 ans. Alors que chez nous (comme en France, aux Pays-Bas et en Allemagne), le renouvellement du (nouveau) permis européen est juste un acte administratif avec une nouvelle photo d’identité pour la plupart des conducteurs. Sauf en cas d’inaptitude manifeste. Alors, un passage par l’examen d’aptitude (au CARA) peut être volontaire, suscité sur base d’un avis médical ou imposé suite à un accident par décision judiciaire. 

Repenser la société ?

De plus en plus de pays sont tentés par la restriction de conduite et l’obligation de réussir un test d’aptitude, pour des raisons de sécurité, avec l’épée de Damoclès d’une suspension définitive du permis de conduire. En cas de retrait du précieux sésame, ou de restrictions, se pose alors un problème de « liberté » pour les personnes concernées, qui ont parfois des loisirs ou des obligations de déplacement pour rencontrer leurs proches ou pour rendre visite chez un médecin. Elles se sentent exclues de la politique de mobilité qui ne tient pas toujours compte des besoins des personnes âgées (ou invalides) en zones rurales ou habitant la banlieue, voire en ville. Il faudrait une véritable prise de conscience politique car il semble difficile de leur imposer à tous la bicyclette, même électrique, pour leurs trajets (plus ou moins) quotidiens.

PRIVATE LEASE

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.