Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous  >>

Passer à une voiture plus écologique? Découvrez quel modèle est fait pour vous >>

C'est parti

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Tesla Model S P85

Les essais de ce dossier se sont déroulés juste au moment où Tesla présentait la version Dual Motor de son modèle S (équipée d’un moteur à l’avant en plus de celui de l’arrière; ce qui la transforme en 4 roues motrices). La lettre D s’est ajoutée à la désignation du pack de batteries retenu.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

La gamme du Model S se hiérarchise désormais comme suit: 70D (334 ch), 85D (428 ch) et P85D (la Performance de 700 ch) en ne proposant plus qu’une propulsion «assagie» de 367 ch, la 85. Si la S n’existe déjà pratiquement plus qu’en 4x4, c’est pour préparer la venue du Model X, le SUV/crossover, mais aussi aider la S à aller plus vite en pointe et à mieux tenir les routes enneigées d’Amérique du Nord et de Norvège. En ne laissant presque plus le choix au client… Pour le présent sujet, Tesla a mis à notre disposition une P85+, la propulsion Performance de 421 ch/600 Nm que nous connaissons et qui n’est déjà plus au catalogue. Voilà qui nous a fait revivre un moment exceptionnel de conduite et une dimension intuitive inédite de la voiture connectée (l’écran tactile géant concentre toutes les commandes, informe de tout et réceptionne en 3G les mises au point éventuelles – tout ça sans jamais bugger!). De quoi virer geek alors qu’on faisait partie des réfractaires forcenés. Je sais. J’ai craqué… en gardant à l’esprit que la finition et l’ergonomie des sièges (assise trop haute à l’avant, trop basse à l’arrière) ne sont pas top; les Chinois n’en veulent pas, se plaignant de surcroît de l’odeur bon marché des garnissages intérieurs. N’empêche, ça reste la voiture américaine la mieux construite que je connaisse. Comme quoi tout est relatif. Le plus agaçant dans le succès fulgurant – nous n’avons pas dit la réussite! – de la marque, c’est l’absolutisme d’Elon Musk, le geek en chef omnipotent, le gourou surdoué par qui tout doit passer, au point qu’il donne l’impression qu’il n’est entouré que de sousfifres et de laveurs de voitures.

Dans cet article : Tesla, Tesla Model S