Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Ma nouvelle voiture au meilleur prix. Découvrez toutes les remises du moment sur Autopromos.

Ma nouvelle voiture au meilleur prix. Découvrez toutes les remises du moment sur Autopromos.

J'en profite

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW Série 1 - L’attraction rentre dans le rang

La Série 1 n’est pas la première BMW entraînée par les roues avant. Par contre, c’est la première fois qu’une berline emblématique de la marque munichoise passe de la propulsion à la traction. Un détail ?

  • Avis Rédaction 15.20/20

Sommaire :

Ce qui change

La Série 1 ne fait plus figure d’exception – et d’attraction – dans le segment avec ses roues arrière motrices. Comme les autres, elle est passée à la traction. Une mutation qui fait réagir. Et pourtant, BMW nous l’assure : pour une grande partie de la clientèle, cela importe peu. Le constructeur nous promet toutefois un comportement dynamique pour convaincre les incrédules. Pari réussi ? En tout cas, pour y parvenir, le constructeur a développé une nouvelle aide électronique pour la plateforme UKL : l’ARB. Ce limiteur de patinage des roues, emprunté à l’i3s, se charge de réduire le sous-virage en intervenant directement sur le régime moteur plutôt que sur le contrôle dynamique DSC. Par ailleurs, toutes les versions reçoivent une suspension arrière multibras.

Comment ça roule ?

La M135i est la plus sportive avec son 4-cylindres 2.0 l turbo de 306 ch. Elle dispose de la transmission intégrale xDrive qui privilégie désormais l’essieu avant (répartition maximale de 50:50) et d’un différentiel Torsen. Sur les routes autour de Munich, la M135i (155 g CO2/km) a d’emblée montré son potentiel dynamique avec un moteur prompt à accélérer. Sur le premier tronçon d’Autobahn, le compteur a aisément atteint les 200 km/h. Et dans la campagne bavaroise, nous avons pu voir si la 5-portes pouvait se montrer enthousiasmante. La voiture suit la mesure du chef d’orchestre sans fausse note. Le train avant peut effectivement montrer des envies de sous-virage, mais au moindre soupçon de trahison, la Série 1 se reprend avec un arrière-train qui la replace dans le droit chemin. Pour ça, en plus de l’ARB, la M135i a l’avantage du xDrive capable de réagir en 250 ms.

La 118d, avec son 2 litres Diesel, montre un autre caractère, logiquement moins enjoué. Mais 150 ch, c’est déjà une belle écurie pour un usage polyvalent. En prime, à la moindre amorce de sous-virage, l’ARB se charge aussi de freiner délicatement la voiture pour qu’elle réintègre la bonne trajectoire. La sonorité est rocailleuse de l’extérieur, mais à bord, heureusement, les couches d’insonorisants font le job. La 118d ne possède pas de boîte automatique à convertisseur, mais propose une boîte à double embrayage à 7 rapports qu’il est difficile à mettre en défaut en usage normal. La consommation moyenne de notre essai, mené en partie à tambour battant, restait à 6,1 l/100 km. Une conduite en bon père de famille et anticipative n’interdit pas d’espérer rouler sous les 5 l/100 km.

Budget et concurrence

Cette BMW est confrontée à l’Audi A3 et à la Mercedes Classe A contre qui elle ne peut plus se démarquer par la propulsion. Dès lors, elle peut constituer désormais aussi un choix parmi d’autres dont la Mazda 3 ou encore la Ford Focus et la Peugeot 308, par exemple. Les tarifs TVAC de la Série 1, en vente fin septembre, débuteront à 26.950 € pour la 118i et 27.950 € pour la 116d, tous deux des 3-cylindres. La 118d avec boîte automatique vaut déjà 31.600 € alors que la M135i xDrive se négociera à partir de 49.200 €. Sans les (nombreuses) options évidemment.

Notre verdict

Retirer à un modèle populaire une de ses spécificités fortes est évidemment risqué. Toutefois, BMW estime que la Série 1 peut supporter la mutation de la propulsion à la traction. Les adeptes du virage en pivot et de l’arrière-train qui chassent verront cette évolution d’un mauvais œil. Pour les autres, la Série 1 reste une voiture moderne, plaisante à manier et plus rassurante. Le Freude am fahren a dès lors peut-être perdu un peu de piment, mais avec la M135i, il répond toujours bien présent sous le capot et dans le châssis. Reste à s’accommoder de cette nouvelle calandre…

Dans cet article : BMW, BMW Série 1