Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Essais blog / Qu'avons-nous pensé du Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDI (2024)?

Rédigé par Xavier Daffe le

Si le Diesel n’a plus voix au chapitre selon certains, cet essai du Touareg V6 TDI prouve pourtant que c’est dommage tant l’agrément et… la frugalité sont au rendez-vous. C’est en tout cas le sentiment de Xavier Daffe après quelques jours à son volant.

  • Avis Rédaction /20

Le Touareg, c’est un peu l’oublié du segment, celui qui au fil des ans est passé sous le radar des acheteurs, remisé dans l’ombre des BMW X5 et Mercedes GLE essentiellement.  Pourtant, il fut une époque où il avait frappé les imaginations, en particulier avec ses incroyables versions V10 TDI et 6.0 W12. Bien avant les versions «M» et «AMG» de ses concurrents, il avait fixé les jalons du délire à l’heure où la notion d’émissions de CO2 était inconnue de tous… Et puis, c’est presque comme si VW l’avait oublié, comme accaparé par autre chose. Pourtant, le Touareg n’a jamais quitté le catalogue mais il vivait sa petite vie pépère, sans vague. Jusqu’à cette fin d’année 2023 quand Volkswagen lui a donné un coup de frais esthétique au prix d’un restylage discret mais néanmoins profond. L’occasion était belle d’en reprendre le volant… Et tant qu’à faire, en version Diesel, n’en déplaise aux grincheux…

J'ai aimé Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDI

J’ai aimé sa relative discrétion visuelle même si je suis moins fan de ce bandeau rouge à l’arrière et du logo VW rétroéclairé qui évolue aux confins du kitsch. C’est une question de goût, mais puisque vous me demandez mon avis... Ses proportions sont équilibrées et parviennent à masquer le fait que le Touareg est un SUV imposant, de 4,90 m de long pour 1,98 m de large et 1,71 m de haut.

Mais si visuellement il ne fait pas son encombrement, en revanche dans l’habitacle il se montre accueillant car généreux à toutes les places. Certes, il faut y grimper, comme souvent dans un gros SUV, mais pas de façon exagérée et une fois installé derrière le volant, on se sent prêt à partir au bout du monde en se moquant des conditions climatiques, de la nature du terrain ou encore de celles du revêtement routier. La position de conduite est parfaite, les espaces de rangements sont nombreux et bien disposés, l’écran central tactile fait le job et les sièges avant sont excellents, du moins ceux montés en option sur notre exemplaire d’essai (avec réglages électriques et mémoire – 950 € – et dotés des fonctions de massage et de climatisation active – 1.450 €). Le volume de coffre de 655 l modulable via un dossier de banquette fractionné et une banquette coulissante, permet de voir venir au moment des grands départs en vacances. Bref, on trouve rapidement ses marques pour envisager de longues heures de route en toute sérénité.

Or, avec le gros V6 TDI de 286 ch qui ronronne gentiment à l’avant, il est de fait possible d’envisager des étapes de près de 1000 km sans devoir ravitailler : appréciable après quelques semaines en électrique ! De fait, à 4 à bord avec des bagages jusqu’au toit, en route pour la Savoie, et malgré la présence de pneus hiver (obligatoires vu la destination), il n’a demandé que 8 l/100 km de Diesel sur les autoroutes françaises (quasi désertes pour l’occasion), régulateur de vitesse bloqué à 135 km/h. Un vrai bonheur…

Review Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDI

Je n'ai pas aimé Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDI

Je n’ai pas aimé le fait que… je ne pourrai jamais me le payer. À 86.790 € en version de base, il fixe son prix d’accès à une zone quasi inaccessible, surtout en Diesel, cible de fiscalistes étatiques peu clairvoyants. Les professionnels se tourneront plutôt vers la version hybride rechargeable. Mais surtout, le « notre » pendant quelques jours, avec toutes ses options, atteignaient plus de 111.000 €. Certes, il est bourré de qualités objectives (et d’équipements en tout genre…) et fait preuve d’une compétence jamais prise en défaut quelles que soient les circonstances mais quand même.

Il est vrai que toutes les options ne sont pas obligatoires, mais s’il fallait n’en retenir qu’une, alors que ce soit la suspension pneumatique et amortisseurs pilotés (2300 €) pour ses bienfaits en matière de confort, de comportement routier, voire d’aptitudes au offroad avec la possibilité d’augmenter la hauteur de caisse et donc la garde au sol. Ah oui, encore un truc, secondaire pour moi, mais que certains pourraient lui reprocher, ne serait-ce que par principe : le VW Touareg 2024 n’est plus disponible en version 7 places…

Review Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDI

Donc Volkswagen Touareg 3.0 V6 TDI

Le VW Touareg 2024 est un SUV de connaisseur, d’épicurien qui n’a cure des signes extérieurs d’ostentation. Il est discret, relativement sobre, visuellement comme à l’usage, du moins dans cette version TDI qui lui offre un bel élan routier, de réelles capacités de remorquage, comme en tout terrain et un agrément au quotidien qui ne se dément pas au fil des kilomètres, qui peuvent être enchainés par centaines sans aucune fatigue. Une vraie bête de somme que rien n’arrête mais capable de prodiguer un niveau de confort digne d’une limousine. En ce sens, il est un peu aux SUV premiums ce qu’était une Phaeton au royaume des limousines : un engin très compétent qui cherche moins l’esbrouffe que la satisfaction de ses occupants. Dommage tout de même que sa grille tarifaire le mette hors de portée du vulgum pecus…

 

 

Dans cet article : Volkswagen, Volkswagen Touareg

Rédacteur en Chef Le Moniteur Automobile

AVEZ-VOUS DES QUESTIONS?
Posez-les sur notre AutoForum

Vers AutoForum

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une