Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

CALCULE TAXE

Connaître dès maintenant le montant des taxes de ma nouvelle voiture privée

CALCULER

Rétro / Saviez-vous que le grand couturier Gucci avait habillé différentes automobiles ?

Les plus jeunes d’entre vous auront sans doute encore en tête la Fiat 500 décorée aux couleurs du couturier italien. Pourtant, déjà au cours des années 70, la marque Gucci s’était déjà fait remarquer par sa collaboration avec des constructeurs américains.

En 1920, après avoir travaillé dans différents grands hôtels à Paris et Londres, Guccio Gucci rentre à Florence, sa ville natale. Il crée une société à son nom, spécialisée dans les articles en cuir de grande qualité (sacs, bagagerie…), produits pour lui par différents artisans locaux. Rejoint par ses trois fils, Aldo, Vasco et Rodolfo, l’affaire se développe dès les années 30. Après la Seconde Guerre mondiale, Gucci s’établit à New York. De nombreuses vedettes posent alors avec des bagages, un sac ou des vêtements de la marque. Ce qui lui confère une notoriété internationale toujours plus importante. Dès les années 70, Aldo Gucci diversifie encore un peu plus les activités de la société familiale avec différentes collaborations avec des constructeurs américains.

AMC

AMC (American Motors Company) voit le jour en 1954, avec la fusion de Nash et Hudson, deux petits constructeurs américains. Quatrième constructeur national, AMC se distingue par des voitures originales, comme la Pacer (utilisée par Coluche dans le film « l’Aile ou la Cuisse ») ou encore la Gremlin, aux lignes atypiques. Aux côtés de ces compactes, la marque possède également Jeep. Elle fera même partie du groupe Renault, de 1979 à 1987, avant d’être revendue à Chrysler. Au début des années 70, AMC lance sa nouvelle berline compacte, la Hornet. Destinée à contrer les importations japonaises et européennes, elle reçoit, au choix, deux six cylindres en ligne ou un V8 de 5 litres. Un break, nommé Sportabout, rejoint les berlines deux et quatre portes dès 1971. Celui-là aura les faveurs de Gucci. C’est la toute première fois qu’une voiture américaine se voit adjoindre le nom d’un couturier de renom. À l’extérieur, un blason doré orne les deux ailes avant de la Hornet Sportabout Gucci, tandis qu’un monogramme discret est apposé sur le hayon. À l’intérieur, c’est un véritable festival… Les sièges, au rembourrage plus épais que le reste de la gamme, sont tendus de vinyle et de bandes de cuir rouges et vertes, tout comme les panneaux de portières.

Gucci & AMC

Cependant, l’élément le plus spectaculaire est sans doute le tissu typique servant d’habitude à des sacs à main, ici tendu en guise de ciel de toit ! Quatre teintes sont disponibles pour l’extérieur : Blanc neige, Vert chasseur, Vert criquet et brun Yuca. Novatrice, l’idée d’associer un grand nom de la mode à une voiture ne connaîtra pas vraiment le succès chez AMC. La Sportabout Gucci ne sera vendue que deux ans, en 1972 et 73, à raison de seulement 4835 exemplaires. Les clients n’étaient sans doute pas prêts... Par ailleurs, un exemplaire unique est destiné à Aldo Gucci. Équipé du V8, son intérieur est entièrement recouvert de cuir, sièges, portières et même le tableau de bord. Celui-ci comporte une écritoire escamotable dans sa partie centrale, avec stylo en argent. Les passagers arrière sont gâtés : dans les dossiers des sièges avant , se trouvent : à droite, une tablette,  et,  à gauche, une petite armoire contenant quatre bouteilles à liqueur et deux carafes en argent, aux couleurs du couturier. AMC travaillera un peu plus tard avec Pierre Cardin et Cassini, mais il faudra attendre quelques années pour que Gucci revienne à l’automobile…

Cadillac

Aldo Gucci choisit la marque de prestige américaine et plus particulièrement la Seville, en 1979. Cette fois, les choses sont un peu plus glamour ! À l’intérieur, les sièges en cuir reçoivent le logo du couturier en relief dans leur partie supérieure, tandis que les appuie-têtes sont recouverts du fameux tissu utilisé pour les sacs à main, avec bande rouge et verte.

Gucci & Cadillac

Le couvercle de boîte à gant rappelle le côté exclusif de la voiture avec le logo du couturier. A l’extérieur, la partie arrière du pavillon et les montants C sont recouverts de vinyle beige avec un emblème Gucci doré bien visible, de chaque côté. En outre, il se retrouve également sur le couvercle de malle, par ailleurs soulignée dans sa partie inférieure par une double bande rouge et verte. Les enjoliveurs de roues, à rayons, sont également identifiés au nom du couturier. Un ensemble de cinq bagages accompagne chaque voiture. Elle est exclusivement disponible en noir, blanc et brun. Conçue par Aldo Gucci lui-même, cette voiture est pour lui un élément indispensable dans la gamme de la marque, une sorte de consécration et un renforcement de ses liens avec les États-Unis. La réalisation est assurée par une société extérieure à Cadillac, tout comme les ventes, au travers d’un distributeur exclusif basé à Miami, en Floride. Vendue 19.000 $, soit 7000 de plus que le modèle de série, l’exclusivité n’est pas bon marché… et limitera les ventes de cet accessoire de mode, mais n’est-ce pas là un gage d’exclusivité ?

Texte : Dimitri Urbain

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.