Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

Estimer

Industrie et économie / General Motors : Donald Trump ne lui fera pas de cadeaux !

Après Ford, c’est au tour de General Motors de s’attirer les foudres de Donald Trump. Il est vrai que l’homme voit d’un très mauvais œil les productions chinoises et mexicaines.

Sommaire :

Donald Trump n’est pas encore à la tête des États-Unis qu’il s’est déjà mis de nombreux constructeurs américains à dos. La raison ? Sa notion du patriotisme ! En effet, avec son discours plutôt musclé, il a réussi à convaincre Ford à renoncer à son projet de nouvelle usine mexicaine et d’investir plutôt dans le Michigan. Et, l’homme n’étant jamais rassasié, il vient de menacer ouvertement le groupe General Motors via son compte Twitter.

L’Amérique d’abord !

C’est bien sûr son fameux slogan de campagne « Make America Great Again » qui est à l’origine des soucis de GM. En effet, Donald Trump a décidé de faire la chasse aux compatriotes qui ont délocalisé au détriment de l’ouvrier américain qui, de fait, se retrouve sans emploi. Et, comme General Motors fabrique des Chevrolet Cruze au Mexique et livre les modèles à ses concessionnaires aux États-Unis sans payer de taxe, le groupe est bien sûr dans le viseur de l’administration Trump. Le futur président a donc laissé entendre qu’il allait mettre en place une « lourde taxe frontalière ». Cela dit, GM ne fait rien d’illégal. Le groupe se conforme juste aux dispositions de l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), qui lie les États-Unis, le Canada et le Mexique. Cet accord risque bien sûr d’être mis à mal par Trump.

Made in China

L’autre dossier chaud que GM va devoir gérer concerne ses activités en Chine. En effet, depuis cet été, le groupe importe une voiture fabriquée en Chine, la Buick Envision. Et, comme il projette d'en vendre un second modèle en ce début d'année, le groupe peut être certain qu’il sera bien dans le viseur de celui qui deviendra officiellement le  45ème président américain le 20 janvier prochain. Bref, GM est loin de voir le bout du tunnel...

NEWSLETTER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.