Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Découvrez notre offre abonnement spécial salon avec des réductions jusqu'à 50%

Découvrez notre offre abonnement spécial salon avec des réductions jusqu'à 50%

C'est parti!

Industrie et économie / Carburant, les prix devraient rester stables et raisonnables

Conséquence de la crise du COVID-19 et du ralentissement économique induit, les prix de l’essence et du Diesel font profil bas et cela devrait se confirmer dans la durée.

Patrick Pouyanné, patron de Total, a déclaré sur RTL : « Aujourd'hui, vous avez des stocks pétroliers élevés au niveau mondial et vous avez une demande faible. Ça incite plutôt à ce que le prix reste modéré, donc je ne m'attends pas à ce que le prix remonte dans l'année qui vient., »

Effet COVID-19

Si l’on compare la situation au 1er janvier à celle qui prévaut aujourd’hui, on constate que les prix pour le baril de Brent (référence européenne) est passé de près de 70 $ à 50 $ début mars puis a carrément chuté à 20 $ un bon mois plus tard en raison de la paralysie économique consécutive aux mesures de confinement et de restrictions des échanges internationaux. En toute logique, les prix à la pompe ont évolué à la baisse, mais dans des proportions moindres bien entendu, les taxes étant passées par là.

S’il est bien un marché dans lequel l’offre et la demande ont une influence considérable sur le cours de la matière première, c’est celui de l’or noir. En conservant une production toujours aussi abondante alors que la consommation de carburant a elle chuté drastiquement, les stocks sont considérables et voient leur tarification rester à un niveau particulièrement bas. Et le patron de Total de confirmer que cette situation devrait rester stable pour un an au moins.

Chez nos voisins français, le prix du Diesel est passé de 1,48 €/l en début d’année à 1,16 €/l à la moitié de l’année, au niveau des tarifs pratiqués en 2016. Si les prix ont à nouveau repris une courbe ascendante, le coût à la pompe reste nettement inférieur à ce qui prévalait il y a neuf mois. Une tendance qui devrait se confirmer avec les incertitudes liées au rebond du coronavirus et à une reprise très timide du trafic aérien, gros consommateur de produits pétroliers.

Web Editor

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.