Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Fleet & Leasing / Voitures de société, une exception belge qui touche à sa fin ?

Source de bonheur pour les uns, de frustration pour les autres, le débat sur la «voiture salaire» fait rage. Il est aussi devenu un des enjeux majeurs des dernières élections. Quatre universités ont récemment publié un rapport autour de ce sujet délicat, dressant l’état des lieux et les conclusions à tirer. Tout cela à l’heure où la majorité des partis politiques se disent en faveur d’une sortie de ce système…

Les voitures de société, aussi appelées voitures «salaire», représentent une exception belge. La mise en place de ce système fiscal remonte aux années 80, lorsque la Belgique comptait encore de nombreuses usines automobiles. A l’époque, Ford Genk, Opel Anvers, Renault Vilvorde, Volkswagen Forest (devenu Audi Brussels) et Volvo Gand – il ne reste que ces deux derniers – procuraient pas moins de 20.000 emplois directs. Or notre pays était déjà connu pour être l’un des Etats européens où la taxation sur le travail était la plus élevée – le salaire net de l'employé coûte 2,5 fois plus cher à l’entreprise. Du coup, pour faire baisser les coûts salariaux pour les patrons, les autorités ont lancé ce qu’on appelle encore aujourd’hui les «avantages toute nature», beaucoup moins taxés que le salaire (30% côté employeur et environ 40% côté employé), comme les tickets-restaurant, les cartes de carburant, les téléphones portables (plus récent) et, bien évidemment, les voitures de société, rapidement aussi rebaptisées voitures «salaire» pour des raisons évidentes. Ce système s’est rapidement imposé comme un incontournable pour tous les acteurs de l’emploi de notre pays, car il était gagnant/gagnant pour les employeurs et les travailleurs, mais aussi pour l’Etat, qui récupérait en fin de compte des taux d’accises très importants sur les carburants vendus.

Mais tout ça, c’était avant; désormais, le système donne plutôt l’impression de s’être pris les pieds dans le tapis, et ce pour plusieurs raisons. D’une part parce que les embouteillages ont explosé et que la pollution et le réchauffement climatique sont devenus des enjeux de société, mais aussi parce que de nombreux doigts pointent aujourd’hui le coût des voitures de société pour l’Etat.

UNE ÉTUDE

Une étude récente publiée en avril 2019 par 10 centres de recherche belges* s’est penchée sur la question des voitures de société, un travail précieux car ce secteur reste nébuleux, même pour pas mal de professionnels. Il existe en effet très peu de statistiques officielles concernant les voitures de société ou voitures «salaire», c’est-à-dire celles qui font partie intégrante de la rémunération des travailleurs. Pas question, évidemment, de remettre en question la nécessité d’une voiture payée par l’employeur et mise à la disposition des professionnels de la route (techniciens, commerciaux).

Rappelons que l’on évalue grosso modo le nombre de voitures « salaire »...

Lire l'article en entier

Rédigé par le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.