Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

SUV DAYS le 11 & 12 mai 2019 - les inscriptions sont ouvertes!

SUV DAYS le 11 & 12 mai 2019 - les inscriptions sont ouvertes!

Je m'inscris >>

Décryptage / Youngtimers: Les 10 règles d'or pour faire le bon achat

Dénicher la voiture de ses rêves est pour beaucoup d'amateurs l'aspect le plus amusant de toute l'aventure. Bon, cette Porsche 944 Turbo semble à votre portée? Allez, tant mieux! Voici à présent 10 conseils pour éviter que le rêve ne tourne au cauchemar…

Sommaire :

1. Ne pas se précipiter !

Voilà un premier conseil que nous avons nous-mêmes trop souvent négligé, mais qu'il convient cependant de garder à l'esprit lorsque vous entendrez pour la première fois tourner le 6 cylindres de vos rêves. Ouvrez grand vos oreilles et, surtout, ne vous perdez pas en bavardages superflus. Faites-vous toujours accompagner lorsque vous allez voir une auto, ne serait-ce que pour garder les pieds sur terre. Ne prenez pas de décision sur le moment même. Revenez la voir, cette voiture dont vous rêvez, et prenez le temps de l'examiner en détail, dehors comme dedans. Ce n'est qu'alors que vous pourrez commencer à parler du prix.

2. Comparez et prenez la meilleure

La voiture dont vous rêviez gamin, il y en a des milliers et même parfois des dizaines de milliers d'exemplaires. Prenez le temps de voir plusieurs autos. Informez-vous à l'avance des points faibles du modèle que vous convoitez et comparez. Il s'agit de concrétiser votre rêve: prenez donc ce qu'il y a de mieux! Faire des comparaisons est indispensable. Pour les youngtimers, le kilométrage est un paramètre moins important que pour les voitures plus anciennes: les mécaniques sont plus solides et mieux conçues. Un authentique passionné sera en mesure de vous présenter un dossier complet sur la voiture qu'il met en vente, avec un historique détaillé de la facture d'achat au carnet d'entretien, voire le ticket du dernier plein de carburant.

3. Un prix, ça se discute

Quel est le juste prix pour le modèle dont vous rêvez? Pas facile de répondre à cette question, mais partez du principe que le prix indiqué est celui demandé initialement par le vendeur et que, dans la plupart des cas, le prix réellement payé sera inférieur. De votre côté, fixez-vous un plafond à ne pas dépasser et respectez-le. Comparez les prix moyens sur les sites de petites annonces et négociez. Certains prix affichés par des commerçants spécialisés sont très loin de ceux pratiqués dans la réalité, même s'il faut toujours tenir compte de ce qu'une restauration ou une révision mécanique a un coût…

4. 30 ans ou plus

En Flandre, oubliez l'âge fatidique de 25 ans, qui était naguère le critère en Belgique. Cette année encore, l'âge requis pour qu'une voiture puisse avoir une plaque «O» sera porté de 25 à 30 ans au Nord du pays. En Wallonie, c'est déjà le cas, ce qui fait que certaines autos précédemment immatriculées en plaque «O», mais qui n'ont pas encore 30 ans, paient aujourd'hui une taxe de roulage «plein pot». La Flandre, de son côté, a prévu une réglementation transitoire pour la TMC (BIV) et la taxe de circulation annuelle, valable entre aujourd'hui et 2022: le critère est ici la date de première immatriculation: est-elle antérieure ou postérieure au 31 décembre 1992? Prenons un exemple… Entre aujourd'hui et 2022, une BMW 325i immatriculée pour la première fois le 31/12/1992 ou avant a encore droit au régime fiscal forfaitaire, au contraire de ses sœurs plus jeunes. Cette réglementation est d'application jusqu'en 2022, année où la voiture concernée atteindra l'âge de 30 ans. Les seules voitures à propos desquelles il n'y a plus de discussion sont celles dont la première immatriculation remonte à 1988 ou avant.

5. Trop chère pour vous ? C'est normal…

Voici un conseil qui vaut de l'or et que nous avons emprunté au journaliste britannique Colin Goodwin: si une auto était hors budget pour vous à l'époque, vous pouvez être certain qu'elle l'est encore! N'oubliez pas cette vérité: elle vous sera utile à maintes reprises. Le problème est qu'on se laisse souvent aveugler par le prix d'achat. Prenons le cas d'une BMW 850i de 1992, par exemple, qui s'affiche aujourd'hui entre 14.000 et 20.000 €. Un V12 à ce prix-là, avouez que c'est tentant… Mais lorsque vous devrez acheter des pièces détachées, vous constaterez, dépité, que la 850i n'a jamais été à la portée de toutes les bourses. Un V12 bon marché, ça n'existe pas, pas plus qu'un différentiel Motorsport à prix d'ami…

6. N'achetez pas pour spéculer

Le succès et la réussite ne sont jamais garantis dans l'univers de la voiture ancienne. N'investissez dans une voiture que par passion, ou parce que vous éprouvez quelque chose de particulier pour elle. Si vous le faites uniquement pour gagner de l'argent, c'est le meilleur moyen d'aller au devant de grosses déceptions. Une voiture, ça coûte toujours de l'argent. En ce moment, il est évident que les prix sont élevés sur le marché de la voiture ancienne, ce qui est plutôt une bonne nouvelle, surtout qu'ils ne feront généralement que grimper avec le temps. On peut donc considérer que l'argent investi aujourd'hui sera normalement récupéré en totalité si vous revendez un jour la voiture. Et la plupart du temps, vous réaliserez un bénéfice. Les ancêtres et les youngtimers sont en l’occurrence bien plus intéressants qu'une voiture neuve, qui perd rapidement une bonne part de sa valeur.

7. Le mécanicien de l'avenir est un spécialiste IT

Plus une voiture est jeune, plus elle contient d'électronique, ce qui causera inévitablement des ennuis à l'amateur. Là où, par le passé, on se tirait d'affaire avec une clé de 13, il faut recourir à l'appareil de diagnostic électronique. Et dénicher les composants électroniques nécessaires n'est pas une mince affaire: il sont souvent difficiles à trouver et/ou onéreux.

8. Vos problèmes sont déjà résolus

Voici ce que nous a un jour confié un spécialiste de la restauration automobile: « L'avantage, avec les voitures anciennes, c'est que tous les problèmes sont déjà résolus ». Eh oui, un beau jour, votre chère ancienne refusera de démarrer ou tombera en panne sur la route. Pas de panique, c'est déjà arrivé à quelqu'un qui possède la même auto que la vôtre. La solution se trouve probablement sur les forums consacrés à la voiture en question. Internet est une mine d'or, mais pas la solution miracle: il arrive que l’on tombe sur des conseils contradictoires. Cela dit, il existe pour chaque marque automobile des spécialistes qui connaissent les modèles mieux que les ingénieurs qui les ont conçus à l'époque. A toute question, il y a une réponse, mais il faut parfois chercher patiemment avant de trouver la bonne info.

9. Attention aux plaques « O »

Les plaques «O» n'ont pas que des avantages. Elles imposent aussi des restrictions à l'utilisation qui peut être faite de la voiture. C'est ainsi qu'elle ne peut être utilisée dans un but commercial ni pour effectuer les trajets domicile-travail ou domicile-école. Si l’on paie moins cher pour rouler, on a aussi moins de droits… On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre! Il est de l'intérêt de tous les vrais amateurs que les abus soient réellement sanctionnés, de façon que le régime «souple» dont bénéficient les voitures anciennes ne disparaisse pas à l'avenir. Les passages réguliers au contrôle technique (quoique moins fréquents que pour les voitures normales) seront bientôt inévitables. Mais ici aussi, les modalités devraient varier selon les Régions. 

10. Trouvez les assurances bon marché, même sans plaque « O »

Même si votre youngtimer n'a pas encore 30 ans, il serait dommage de ne pas profiter d'un régime avantageux pour ce qui est des assurances, alors que la voiture n'est vouée qu'à une utilisation limitée dans le cadre d'un hobby. «Nous sommes en mesure de proposer des tarifs spécifiques pour les youngtimers», explique Pascal Quirynen, le patron de T&T and Quirynen Insurance. «Dans ce cas, il y a des conditions qui sont mises à l'utilisation du véhicule, comme dans le cas d'une vraie voiture ancienne. On arrive ainsi à une prime annuelle de 250 à 300 € par an pour une couverture RC. Si l'on possède plusieurs véhicules, les primes sont également moins élevées. Pour les jeunes conducteurs, c'est plus difficile, parce que le risque qu'ils représentent pèse lourd sur l'ensemble du portefeuille. Mais lorsqu'ils sont en mesure de prouver qu'ils ont un autre véhicule pour leurs déplacements quotidiens, ils est toujours possible d'assurer un youngtimer à un tarif intéressant ».

Rédigé par le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.