Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Black Friday

Offre Black Friday : -20% sur votre abonnement annuel !

J'en profite

Partner Content / Concours Kia: Niro Hybrid, Niro PHEV ou e-Niro?

Trois de nos lecteurs ont eu l’opportunité de tester durant une période répartie au total sur trois semaines trois modèles de Kia Niro respectueux de l’environnement. Dans quelle mesure le futur de la mobilité a-t-il séduit Wim, Jens et Cengiz ?

Sommaire :

Les trois Niro de service étaient respectivement les variantes HEV, PHEV et e-Niro. La brigade verte de Kia donc. Avec des émissions de CO2 maximales de 120 g/km (valeur WLTP pour la version hybride classique HEV), l’empreinte environnementale de ces crossovers était donc minimale sans que le niveau de prestations soit pour autant limité. Les variantes HEV et PHEV affichent une puissance combinée de 141 ch pour un couple de 265 Nm, des chiffres obtenus grâce à un 4-cylindres de 1,6 litre secondé par un moteur électrique synchrone à aimant permanent.

La principale différence entre les deux modèles hybrides est que la variante plug-in possède une capacité de batterie supérieure (8,9 kWh), ce qui permet à son moteur électrique d’afficher une puissance un peu plus élevée. Ce surplus de puissance n’est pas tant exploité pour la performance que pour les capacités en mode électrique. En vertu du cycle WLTP, le Niro PHEV devrait permettre de parcourir sans problème 49 kilomètres en mode purement électrique.

« Je n’ai pas atteint cette distance. Après 35 kilomètres généralement, le Niro rebasculait sur le moteur thermique », explique Wim. « Les températures froides que nous avons connues durant la période du test n’y étaient pas certainement pas étrangères. Mon style de conduite a aussi eu une influence sur l’autonomie. Mais la plupart du temps, cette autonomie était suffisante pour me permettre d’arriver à destination. » Wim est donc convaincu. Mais il émet directement une observation importante. « J’ai essayé de recharger ce Niro PHEV de manière optimale. À la maison comme sur mon lieu de travail, je le branchais sur la prise. » Contrairement au HEV, qui recharge ses batteries lithium-polymère en roulant grâce aux transferts d‘énergie, les batteries du PHEV doivent être rechargées à l’aide de courant électrique. Et de préférence dès que possible car il faut pouvoir compter au maximum sur l’assistance électrique pour atteindre réellement la consommation moyenne de 1,4 litre de carburant aux 100 kilomètres.

Un concept, deux interprétations

Sur ce plan aussi, les deux variantes hybrides se distinguent. Devant composer en permanence avec l’interaction entre son moteur électrique et son moteur thermique, le HEV se repose davantage sur son carburant et affiche au final une consommation moyenne plus élevée. Mais 5,3 litres aux 100 kilomètres, cela reste un chiffre à faire pâlir d’envie bien des constructeurs.

Surtout que ce Niro ne fait aucune concession sur le plan du luxe. « J’ai été surtout agréablement surpris par l’habillage luxueux du Niro Hybrid. Cette Kia avait vraiment tout ce que l’on peut espérer en équipement, que ce soit le régulateur de vitesse adaptatif, les sièges chauffants à l’avant et à l’arrière ou encore une installation audio JBL offrant un son fantastique. » L’avis de Jens était également assez tranché : « C’était ma première expérience avec une full hybride et je dois dire que je n’ai qu’une envie, y goûter plus encore. Ce mode de propulsion me semble aussi le plus adapté pour le futur. En plus, cette motorisation réclame peu d’adaptations au niveau de la conduite pour réduire sa consommation et produire moins de CO2. »

Circulant essentiellement en ville, Cengiz préfère de son côté la variante plug-in. « Pour moi, le Niro PHEV est la voiture idéale car son autonomie électrique me suffit globalement pour mes déplacements quotidiens. En semaine ou le week-end. » Cengiz ajoute toutefois que lors de son test, il a éprouvé davantage de difficultés que Wim à exploiter au mieux l’autonomie électrique : « Recharger sur une borne publique n’a pas été simple. Les autorités doivent encore faire des efforts au niveau des infrastructures pour que ce Niro PHEV et les modèles de ce type puissent vraiment être utilisés comme il se doit. » Une remarque venant parfaitement à propos pour aborder le troisième modèle de Niro testé.

Électrochoc

Ce modèle, c’est donc le e-Niro. Le modèle Kia le plus innovant et le Niro que nos lauréats avaient le plus envie de découvrir. Un intérêt suscité par la curiosité puisqu’il s’agissait pour nos trois testeurs d’un baptême en voiture entièrement électrique. Une première qui a totalement séduit Wim : « Je dois avouer que le e-Niro a totalement changé mon opinion sur la voiture électrique. Avant cet essai, je me dirigeais vers une hybride rechargeable comme possible prochaine voiture. Désormais, je regarde plutôt pour un véhicule électrique. Avec les infrastructures de rechargement qui se développent, je ne vois pas ce qui pourrait empêcher un futur 100 % électrique. »

Sur ce plan, nous rejoignons Wim. D’autant plus que rouler en mode purement électrique réclame peu de concessions. La puissance de 204 ch (pour cette version de test de 64 kWh) étant instantanément disponible, le e-Niro se montre particulièrement dynamique. Une qualité appréciée unanimement par nos lecteurs. Idem pour le silence absolu au volant, comme le confirme Jens : « L’absence de bruit de moteur contribue vraiment au confort général. »

Malgré tout, Jens ne change pas d’avis et préfère toujours la version HEV, surtout parce qu’il ne dispose pas à domicile d’une installation de recharge adaptée. Un problème qui peut cependant être aisément résolu puisque Kia propose aux clients qui le désirent une Wallbox.

De son côté, Cengiz reste sur sa position, préférant au final le PHEV, mais là aussi pour des facteurs externes. « Quand j’ai vu à quel point c’était déjà compliqué de recharger le Niro PHEV en ville, qu’est-ce que ça doit être pour le e-Niro ? » Un point pour Cengiz. Avec la version PHEV, il est toujours possible de rebasculer vers le moteur thermique.

D’un autre côté, Kia propose deux batteries d’accumulateurs de respectivement 39,2 et 64 kWh qui permettent au e-Niro de parcourir au moins 289 kilomètres avant de devoir être rechargé. Le e-Niro de 64 kWh offre même une autonomie de 455 kilomètres. Un constat que rejoint Cengiz : « L’ordinateur de bord indiquait en effet une autonomie pratique de 300 km, ce qui est amplement suffisant pour une semaine de déplacements en ce qui me concerne. »

Chaque utilisateur a donc ses préférences personnelles. Nos trois lauréats ont chacun leur modèle préféré du Niro. Même si les goûts varient, le message porté par ces modèles Kia est identique. Les Niro HEV, PHEV et e-Niro démontrent qu’il ne faut pas nécessairement faire de grands sacrifices pour sauver la planète.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.