Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Private Lease: offre exclusive du Moniteur Automobile (6 mois de carburant gratuit*)

Découvrir

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Suzuki Swift Sport 2018 : Vieille école

Avec la nouvelle Swift Sport, Suzuki perpétue une tradition vieille de 30 ans. La dernière évolution de la citadine vitaminée se veut beaucoup plus mature et en phase avec les attentes de son époque. Or, contre toute attente, le résultat a quelque chose d’assez « vieille école ». Ce qui n’est pas pour déplaire.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

Suzuki reste encore et toujours un constructeur un peu en marge. Ce qui est un tort. Le japonais est en effet beaucoup plus connu – et injustement – pour ses deux roues que pour ses voitures. Or, le constructeur produit pourtant pas loin de 3 millions de véhicules par an ce qui le place en huitième position mondiale. Bref, Suzuki n’est pas le petit poucet qu’on croit.
En Europe, la marque joue un rôle certes plus modeste qu’ailleurs, mais cela ne signifie pas pour autant qu'elle n'attache pas d'importance à notre marché. Le Swift Sport en est la meilleure preuve, une démonstration d’autant plus éclatante qu’elle constitue aussi la suite d’une lignée initiée il y a 30 ans avec la première GTI.

Ce qui change

La troisième génération de la compacte sportive s’appelle simplement Swift Sport. Pas de fioriture donc, même si le modèle a beaucoup évolué. Pas vraiment pour sa philosophie même si Suzuki revendique une maturité plus en phase avec son époque, mais surtout d’un point de vue technique. Dans ce cadre, le 1.6 atmosphérique a été remplacé par un 1.4 à injection directe suralimenté issue de la récente famille Boosterjet, une mécanique qui présente forcément des caractéristiques très différentes. C’est surtout vrai pour la réponse et la souplesse aux vitesses de rotation inférieures, ce qui n’impose donc plus de pousser l’aiguille du compte tours dans ses derniers retranchements pour obtenir une relance digne de ce nom. C’est bien dans l’ère du temps, tout comme l'empattement plus long garantie d’une stabilité accrue et donc d’une agilité un peu réduite. Sur le papier, les 140 ch peuvent certes sembler un peu courts face à une concurrence nettement mieux armée. Mais c’est sans compter sur le poids inférieur de la Swift Sport qui reste cantonné ici sous la tonne. De ce fait, les performances sont aux rendez-vous tout comme – et c’est encore mieux – les sensations.

Comment ça roule ?

La nouvelle Swift Sport serait donc plus mûre, plus efficace et stable ce que les puristes regretteront sans doute. On ne peut être que d’accord, mais telle est l’évolution du marché et de la nouvelle clientèle. Cela dit, il ne faut pas s’y tromper non plus et il reste aussi suffisamment d’authenticité à la Swift Sport pour combler les amateurs de sensations. Bien évidemment un peu plus lourde du nez que la Swift Boosterjet de 1 litre, mais l’ensemble contient suffisamment d’allant et de spontanéité pour parvenir à déboulonner l’essieu arrière (de torsion) de son axe et profiter d’un véritable moment de plaisir. Pas mal donc alors qu’on se trouve paradoxalement dans un habitacle mieux conçu et plus confortable décoré de noir et de rouge et dont les baquets offrent un maintien parfait. On notera que les cadrans sont aussi tout de rouge vêtus, au point qu’on ne distingue même plus la zone rouge...


La boîte de vitesses manuelle à six rapports est aussi un régal. En matière d'expérience de conduite, on pourrait rester sur sa faim jusqu’à ce qu’on se rende compte des vitesses auxquelles on évolue. Et c’est d’ailleurs peut-être le plus gros handicap de cette Swift Sport : elle est devenue tellement adulte que pour atteindre son côté joueur, il faut pousser loin les limites. Ce qui ne sera pas au niveau de tout le monde et en tous cas de ceux qui appréciaient le côté très « école de conduite » sans risque de l’ancienne génération.

Budget/équipement

23.974 € : c’est le prix exact de la Swift Sport. Ce n’est pas vraiment donné même si c’est en partie contrebalancé par un équipement à l’avenant. D’une génération à l’autre, il faut tout de même débourser quelques 3000 € de plus. 

Les concurrentes

Comme rien ne vaut une sportive pour faire de l’image, il y a du monde au portillon. Presque tous les constructeurs possèdent un modèle de ce type dans leur portfolio et en majorité, les concurrentes de la Swift Sport sont non seulement plus lourdes, mais aussi plus puissantes. Il faut en effet compter avec la 500 Abarth, l’Alfa Romeo MiTo Veloce 1.4 T, la S1, la DS 3 1.6 THP (150 ou 208 ch), la Ford Fiesta ST, la Mini Cooper S, la Corsa 1.6 Turbo, la Peugeot 208 GTI, la Renault Clio RS, la Seat Ibiza 1.5 TSI et, enfin, la VW Polo 2.0 GTI. En ce qui concerne les prix, le Swift Sport se situe à mi-chemin. Intéressant, mais pas exceptionnel non plus.

Notre verdict

La nouvelle Swift Sport est un modèle bienvenu dans la shopping list des amateurs de petites sportives accessibles. Elle se distingue notamment par une puissance relativement modeste, mais aussi par un poids plus avantageux qui vient équilibrer le bilan des performances. Joliment présentée, cette Sport offre donc beaucoup et elle convainc n’était ce son prix de vente relativement élevé pour sa catégorie. D’autant que le moteur a tendance à se montrer plus vorace lorsqu’on le titille. Mais c’est finalement assez logique pour un moteur suralimenté.

Dans cet article : Suzuki, Suzuki Swift