Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Salon de l'Auto Bruxelles 2019 - toutes les nouveautés

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Kia Sportage 2018 : Poussé dans le dos

Classé parmi les best-sellers de la marque coréenne, le Kia Sportage s’offre un lifting de mi carrière. Il profite d’un nouveau moteur Diesel en même temps que de l’introduction d’une hybridation douce. Rencontre.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

Le Sportage est sur le marché depuis 3 ans seulement, mais il a déjà droit à un restylage, preuve du perfectionnisme des Coréens et de l’importance du modèle dans la gamme. Il faut dire que tant en Belgique qu'au niveau européen, les SUV représentent désormais 25% des ventes de Kia tandis qu’en 2017 ce sont près de 132.000 exemplaires qui ont été construits. Ce petit lifting – qui apportent quelques modifications de carrosserie, à l’intérieur, un nouveau moteur 1.6 Diesel (qui remplace le 1.7 litres) ainsi qu’une variante « mild hybrid » dotée d’un système 48V – est sensé aider le modèle à tenir son rang face aux autres crossovers du segment C. Un scénario qui est d’ailleurs aussi celui de son frère de sang, le Hyundai Tucson, qui, techniquement identique, a droit en même temps aux mêmes évolutions.

Ce qui change

En ce qui concerne la carrosserie et l’habitacle toujours généreux, les trois studios de design de Kia (Francfort, Namyang en Corée et Irvine en Californie) ont uni leurs forces pour trouver des idées. Forcément, il n’y a rien de révolutionnaire – il faut un œil averti pour identifier les différences – ce qui est assez habituel dans le cadre d’un lifting de mi carrière du reste. Ainsi, les pare-chocs ont été redessinés à l’instar de la calandre et des feux arrière. A l’avant,  on note les feux de jour caractérisés par 4 points lumineux led à la façon de ce qui se fait chez Porsche.

Et comme c'est souvent le cas avec une telle occasion, de nouvelles jantes et couleurs de corps sont ajoutées à la gamme. L'intérieur est un nouveau volant, les instruments redessinés, un écran tactile sans bord 8 pouces pour le système d'infotainment (7 pouces standards) et une conception différente pour les prises d'air et les commandes de la climatisation et de ventilation. En termes de systèmes d'aide à la conduite, le Sportage dispose d'un variateur de vitesse intelligent avec fonction Stop & Go, de caméras à 360 degrés et d'une détection de somnolence.

Comment ça roule?

Il y a aussi des changements mécaniques, mais pas du côté essence où tout reste identique à ce que proposait l’ancien Sportage. Ce qui signifie qu’on renoue avec le 1.6 GDI atmosphérique de 132 ch (uniquement en traction et boîte manuelle 6) et avec 1.6 T-GDI suralimenté de 177 ch (au choix proposé en traction/boîte manuelle 6 ou 4 roues motrices avec boîte mécanique ou automatique). Seule évolution : le montage d’un filtre à particules pour leur mise en conformité avec la norme Euro 6d Temp.
En Diesel par contre, l’ancien 1.7 litres CRDi de 115 ou 141 ch est, lui, remplacé par le récent 1.6 CRDi déjà connu d’autres modèles de la gamme et décliné dans des niveaux de puissance de 115 ou 136 ch. La version la moins puissante n’est disponible qu’en 2 roues motrices et boîte manuelle 6 alors que celle de 136 ch propose les mêmes combinaisons que pour le 1.6 T-GDi (essence). Enfin, le 2.0 CRDi propose toujours 185 ch, mais reçoit une hybridation dite douce (ou mild hybrid, voir encadré). Cette dernière proposition est systématiquement dotée de la transmission intégrale, mais laisse le choix d’une boîte manuelle 6 ou automatique à 8 vitesses.

C’est dans les environs de Francfort que nous avons pu brièvement prendre contact avec ce 2.0 CRDi. Un temps suffisant en tous cas pour noter que le Sportage aligne toujours de bonnes qualités dynamiques pour un SUV et pour constater aussi que l’adjonction de la batterie et de l’onduleur du système 48V sous le plancher du coffre ne possèdent pas d’influence négative sur le comportement. On apprécie également que le fonctionnement de ce dispositif baptisé « EcoDynamics+ » se fait en toute transparence et de manière totalement inaperçue, sauf lorsqu’il s’agit de faire plus brusquement appel à la puissance (par exemple lorsqu’un feu passe subitement du rouge au vert) où un heurt dans la transmission peut alors se produire.

Notre verdict

Pas vraiment obsolète, le Kia Sportage peut se contenter de peu de choses pour sa remise à jour. Il semble en outre que Kia croit toujours au Diesel dans le segment des SUV compacts puisque les évolutions mécaniques – dont l’hybridation – ne concernent que les CRDi. Pour le reste, les changements esthétiques exigent certes un œil de connaisseur, mais ça n’empêchera pas le Sportage d’être toujours remarqué.

Dans cet article : KIA, KIA Sportage

Rédigé par le