Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Black Friday

Black Friday : votre abonnement annuel à partir de 60 euros !

J'en profite

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Je m'abonne

Essai détaillé / Peugeot 508 1.6 Hybrid 225 e-EAT8 : promesse tenue ?

Sommaire :

En bref

  • La dynamique

    La présence du moteur électrique est plus appréciable pour la souplesse que la puissance. C’est que cette version hybride pèse 300 kg de plus qu’une classique PureTech 225 ! La boîte n’est pas un modèle de rapidité et génère des à-coups. Le poids se paie aussi en matière de comportement… qui reste néanmoins au-dessus du lot (des hybrides PHEV). La récupération de l’énergie cinétique peut être ajustée via la pédale de frein, encore trop spongieuse à notre goût.

  • Sécurité

    La 508 hybride rechargeable est très bien dotée en matière de sécurité active (aide active au maintien de voie, contrôle actif de l’angle mort, freinage d’urgence automatique, éclairage à diodes, etc.). En option, elle peut recevoir le régulateur de vitesse adaptatif ou encore le système de vision nocturne. L’EuroNCAP lui a accordé 5 étoiles avec 96 % pour la protection des adultes et 86 % pour celle des enfants.

  • Confort

    On espérait que cette 508 hybride soit au même niveau qu’une 508 classique, mais force est de constater que le confort s’affiche en retrait. Le silence à bord est très bon et les sièges excellents (sièges avant AGR à partir de la finition GT-Line). L’habitabilité est correcte mais sans plus, surtout à l’arrière, où la forme fuyante du toit et donc la faible surface vitrée assombrit l’ambiance. La climatisation automatique bizone est de série.

  • Sens pratique

    L’accès aux places arrière n’est pas le point fort de la 508 mais il reste acceptable. Les rangements à l’avant sont suffisants et très vastes, mais celui situé sous la console centrale n’est que très peu accessible. La dotation de série est complète et la finition ne souffre aucune critique. Le coffre présente le même volume que celui des versions thermiques, si ce n’est qu’il sera constamment «encombré» du (des) câble(s) de rechargement.

  • La connectivité

    L’écran tactile est remarquablement intégré au tableau de bord, en revanche, il n’est pas très grand, d’autant que les indications du réglage de la climatisation restent affichées en permanence. La connectivité est à l’ordre du jour mais la cartographie Google Maps avec Street View n’est toujours pas disponible. Grâce aux touches (piano) de raccourcis, il est facile de circuler dans les menus mais aucun écran partagé n’est prévu.

  • Budget

    L’hybridation coûte cher : de 4.900 à plus de 7.000 € supplémentaires selon le modèle. Une différence diffcile, voire impossible à récupérer, même dans le meilleur des cas, en utilisant la voiture exclusivement à l’électricité (ce qui est tout de même assez peu probable). À ce prix, comptez encore 300 € de supplément pour pouvoir recharger plus rapidement (7,4 kW). Les pros, en revanche, apprécieront la déductibilité à 100 %.

Peugeot 508 1.6 Hybrid 225 e-EAT8 : promesse tenue ?
Conclusion / Peugeot 508 1.6 Hybrid 225 e-EAT8 : promesse tenue ?

Prometteuse sur le papier et toujours aussi esthétiquement innovante, la 508, dans sa variante hybride rechargeable, n’a pas réussi à nous convaincre autant que ses sœurs thermiques. Certes, on ne s’attendait pas à un niveau de performances extraordinaire (pour cela, on se tournera vers la version Peugeot Sport Engineering), mais le fait qu’elle ne soit pas plus puissante (mais plus lourde) qu’une PureTech 225 ni plus coupleuse qu’une 2.0 BlueHDi 180 débouche forcément sur des prestations assez quelconques, d’autant qu’en réalité, elle ne parvient pas à creuser l’écart en matière de consommation, si ce n’est sur une presque quarantaine de kilomètres, en mode 100 % électrique ou à condition de recharger le plus souvent possible, ce qui exclut donc les grands rouleurs. Reste que ce qui nous a le plus déçu, c’est son confort et son comportement, trop typé Citroën pour le premier et pas assez Peugeot pour le second. Compte tenu de tout cela, le supplément de prix par rapport aux versions thermiques est difficile à avaler. Mais tout ceci est à considérer sous la lorgnette d’une utilisation privée. En revanche, pour les indépendants et les entreprises, une déductibilité de 100% est sans conteste un argument majeur.

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!