Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / BMW M5 : drifteur en 4x4 ou 4x2

Sommaire :

En bref

  • La dynamique

    Le 4.4 litres V8 TwinPower Turbo de la 6e génération de M5 est une évolution de celui qui officiait dans la 5e génération. Les 40 ch gagnés – pour en faire 600 tout rond – sont anecdotiques à côté de l’adoption d’une boîte automatique à convertisseur hydraulique à 8 vitesses, en lieu et place de la 7 vitesses dualclutch, mais aussi et surtout d’une transmission intégrale originale M xDrive qui nous laisse le choix délibéré de revenir au mode 2WD (propulsion) pur.

  • Sécurité

    L’actuelle Série 5 (F90) compte parmi les grandes routières qui ont reçu les meilleurs scores aux crash-tests Euro-NCAP de 2016, année de ses débuts. Structurellement très proche, la M5 peut prendre ces résultats à son compte. Néanmoins, la plus adulée des grandes berlines sportives n’a pas d’airbag(s) protégeant les genoux à l’avant. Dans le cas de la M5, les aides actives à la conduite ont des modes plus permissifs, en 4WD Sport (MDM) et 2WD (DSC Off).

  • Confort

    La suspension adaptative M profite de la sophistication de celle de la Série 5 qui, elle-même, a pris des gènes à la Série 7. La M5 fait bien évidemment siens les tarages de ressorts et amortisseurs M; le pilotage de ces derniers restitue 3 gradations d’une fermeté – Confort, Sport, Sport Plus – avérée, mais jamais caricaturale, pour peu que vous ne commettiez pas l’incongruité d’avaler une route bosselée sur le programme Sport Plus, pensé pour le circuit.

  • Sens pratique

    En acquérant une sportive de cette trempe, on ne s’attend pas à jouir du coffre, de l’habitabilité et de la modularité (la banquette a un dossier rabattable 1/3-2/3 de série) d’une vraie familiale. Sans parler des espaces de rangement, en nombre et bien conçus. La malle arrière s’ouvre électriquement à l’injonction du pied. Le lithium a été préféré au plomb pour la batterie (logée sous le plancher du coffre), avec le bénéfice clair d’optimiser son poids et son volume.

  • La connectivité

    La M5 hérite de la dotation «top» de la Série 5 en matière d’infodivertissement: le système multimédia Professional avec son écran de 10,3”, ses services en ligne et son disque dur de 20 GB pour stocker davantage que toute notre musique préférée. BMW propose une des deux offres usine – Audi détient l’autre – les plus performantes et intuitives en matière de connectivité, Mercedes, Porsche et Jaguar se maintiennent en retrait.

  • Budget

    Vendue 119.900 € en exécution de base (tout juste assez fournie pour ce prix, il faut bien le dire), la M5 est, on s’en doute, la Série 5 la plus chère. Tout est relatif: sa plus proche rivale, la Mercedes-AMG E 63 S, est à 128.502 €! Sans compter que la Porsche Panamera Turbo et la Jaguar XJR SVR ne sont ni aussi performantes ni aussi cohérentes, et sont à des années-lumière d’entretenir la même aura auprès de conducteurs sportifs.

BMW M5 : drifteur en 4x4 ou 4x2
Conclusion / BMW M5 : drifteur en 4x4 ou 4x2

Relativement modeste, l’augmentation de puissance contribue moins au recul des nouvelles limites dynamiques de la M5 que la subtile association entre le V8 M TwinPower Turbo revu, la boîte à 8 rapports M Steptronic et la transmission inédite M xDrive. Ce sont les efforts mutualisés de ces trois nouvelles pièces maîtresses qui permettent à cette 6e génération de M5 de rester une propulsion aussi canaille que la M3 tout en offrant la sécurité intégrale – et le standing – d’une M7 imaginaire, qui devient dès lors une idée plus inconcevable que jamais. Même s’il y a gros à parier que l’heureux propriétaire ne se fera pas souvent plaisir en mode 2WD (ne serait-ce que parce qu’il faut préalablement couper le DSC), il disposera au moins d’une M5 qui a retrouvé tout le caractère que sa devancière avait un peu perdu. Non sans gagner un atout de taille grâce aux deux modes 4WD: la garantie d’une utilisation «toutes saisons».

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!

Rédigé par le