Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / BMW 530d : moteur plaisir

Rédigé par le

Prix de base en savoir plus
60.950 €
  • Avis Rédaction 15.64/20

Sommaire :

Dans la lutte de prestige que se livrent les trois «premiums» allemands, il était question jusqu’ici de luxe, de performances, de puissance. Aujourd’hui, la lutte se place aussi sur le terrain de la connectivité, comme le prouve la dernière génération de Série 5. Mais en pratique, ça veut dire quoi?

L’avènement de la nouvelle Série 5 a quelque peu bousculé les repères en ce sens qu’elle privilégierait trop le confort et (surtout) la connectivité au détriment de son tempérament sportif, son ADN historique. Il est certes permis de se demander où s’arrêtera la course à la puissance et aux performances, ces dernières n’étant plus guère utilisables, et depuis longtemps, sur des routes ouvertes. Aussi BMW a-t-il préféré miser sur d’autres qualités pour assurer la pérennité du modèle: la «5» a ainsi voulu combler son (léger) déficit de confort, surtout par rapport à la Mercedes Classe E, tout en ne se laissant pas distancer dans le domaine des aides à la conduite. BMW a également souhaité se placer aux avant-postes en matière de connectivité. Car les experts en marketing ont naturellement pu constater, sur la base de nombreuses études comme à la lumière de leur propre expérience, que l’acheteur type est très sensible à l’innovation.

Extérieurement, il faut être un fin connaisseur pour distinguer la nouvelle Série 5 de l’ancienne. Les dimensions sont très voisines et le style général n’évolue guère. La nouvelle présente toutefois des lignes un peu plus tendues dans les détails, tandis que l’ouverture de ses portes arrière a été retouchée de manière à faciliter l’accès à bord, un point faible de l’ancien modèle. Grâce à l’utilisation intelligente de matériaux plus légers (mais tout aussi résistants, voire plus), la masse totale a été réduite d’une centaine de kilos à équipement et moteur comparables. En pratique, la perte de poids n’est toutefois pas aussi importante, vu que la nouvelle est mieux équipée que l’ancienne. Au chapitre aérodynamique, alors que l’ancienne Série 5, apparue en 2010, faisait moins bien que sa devancière directe, le modèle actuel progresse sérieusement: la surface frontale a été ramenée de 0,65 à 0,57 m2 dans le cas de notre 530d, ce qui aura certainement une influence sur les performances et la consommation.

  • 6 cyl. + automatique particulièrement agréable
  • Performances/consommation
  • Confort amélioré (suspension, sièges, espace)
  • Efficacité et plaisir de conduite
  • Possibilités d'équipement
  • Tarif coquet
  • Options pouvant sensiblement faire grimper la note
  • Evolution stylistique bien timide
  • Equipement standard correct sans plus
  • Diamètre de braquage peu pratique

Essais liés

Dans cet article : BMW, BMW Série 5

Les concurrentes