Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Lancia Ypsilon 1.3 MJet

La fusion avec Chrysler fait de la nouvelle Ypsilon la dernière Lancia italienne. Un honneur qu'elle va tenter de défendre avec les mêmes ingrédients que le modèle précédent, dont le désormais célèbre 1.3 MJET.

Lancia Ypsilon 1.3 MJet #1
Prix
NC
  • Avis Rédaction 12.66 /20

Sommaire :

Alors que la précédente Ypsilon ainsi que l'Y reposaient sur une plate-forme de Fiat Punto, le nouveau modèle partage ses dessous avec les Fiat Panda et 500 ainsi qu'avec la Ford Ka. Contrairement à l'actuelle Punto qui, comme beaucoup de ses rivales, a franchi la barre des 4 m de long, l'Ypsilon conserve pratiquement inchangées ses dimensions. Longue de 3842 mm, elle n'a grandi que de 3,2 cm, tandis qu'elle est plus étroite de 2,8 cm et 1,3 cm moins haute. Quant à l'empattement de 2390 mm, il n'est que 2 mm plus long que celui de l'ancien modèle. Au sein de son groupe, l'Ypsilon se positionne donc entre les Fiat 500 et Punto Evo d'une part et l'Alfa Romeo MiTo d'autre part, non sans revendiquer sa place entre deux segments, ceux des citadines et des polyvalentes.

Conduite : 135/200

Le 1.3 MJET reste un parfait exemple de downsizing réussi. Sobre, il sait également mouvoir l'Ypsilon avec beaucoup d'enthousiasme. En revanche, le châssis ne suit pas vraiment. Ses réglages veulent de toute évidence privilégier le confort, mais sans vraiment y parvenir faute d'un amortissement adéquat. On se consolera avec un couple moteur/ boîte en parfaite harmonie, et ce en dépit de l'absence de sixième rapport.

Sécurité : 132/200

Dans son pays d'origine, l'Ypsilon est équipée d'office de l'ESP. Chez nous, ce n'est pas le cas ! D'accord, le prix de l'option reste contenu, mais tout de même... Très classique (disques à l'avant, tambours à l'arrière), le dispositif de freinage donne entière satisfaction. Affectée d'un comportement manquant de dynamisme et de précision, l'Ypsilon n'en reste pas moins saine dans ses réactions. Excellents phares au xénon en option.

Confort : 122/200

L'insonorisation et le confort des sièges sont particulièrement soignés. Du moins à l'avant, car à l'arrière, force est de constater une certaine régression comparativement au modèle précédent (passage à la trappe de la banquette coulissante et des dossiers réglables en inclinaison). Mal calibré, l'amortissement laisse apparaître trop de roulis, tandis que les grosses déformations du revêtement sont sèchement absorbées. De série en Platinum, la climatisation automatique fonctionne à merveille.

Fonctionnalité : 118/200

Malgré la présence de 2 portes supplémentaires, l'accessibilité des places arrière reste assez moyenne. Le volume du coffre est honnête en regard des dimensions de la voiture, mais seuls les dossiers peuvent se rabattre, ce qui ne permet pas l'obtention d'une aire de chargement plane, sans compter que le seuil d'accès est trop élevé. L'option MyPort est à conseiller, car elle rend le Blue&Me plus facile à utiliser.

Budget : 126/200

En l'absence d'une vraie version d'entrée de gamme (tant en matière d'exécution que de moteur), l'Ypsilon ne peut prétendre à un véritable prix d'appel. En revanche, dès le (faux) premier niveau, la dotation de série est déjà très complète. On appréciera aussi le tarif doux des options et autres packs, sans oublier que les 99 g/km de CO2 donnent droit à la prime fédérale de 15%. Les intervalles d'entretien sont assez larges, mais le programme de garanties n'est pas franchement généreux.

Conclusion : 633/1000

Que la nouvelle Ypsilon ne soit pas une voiture pour tout le monde (comme toutes les Lancia, du reste) ne fait aucun doute, et celui qui l'imagine en concurrente des petites branchées dynamiques du segment ne pourra qu'être déçu, surtout par son comportement. C'est d'autant plus dommage que le 1.3 MJET a beaucoup de répondant et un très bon rapport performances/ consommation, tandis que le confort d'assise (à l'avant) et l'insonorisation de l'habitacle y sont soignés. Cela dit, à n'en pas douter, le label made in Italy (bon, d'accord, elle est produite en Pologne...), l'esthétique très personnelle et l'élégance du traitement de l'habitacle ne manqueront pas (à nouveau) de séduire une clientèle assez typée.

  • Ligne réussie, habitacle plein de style
  • Accordmoteur-boîte
  • Insonorisation
  • Coffreutilisable
  • Rapport perfs/conso
  • Petit diamètre de braquage
  • Comportement peu dynamique et imprécis
  • Pas de sixième rapport
  • ESP et airbags latéraux en option seulement
  • Garde au toit et accès aux places arrière
  • Absence de protections de la carrosserie
  • Blue&Me encore trop peu intuitif

Dans cet article : Lancia, Lancia Ypsilon

Les concurrentes