Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Subaru Impreza : Toujours décalée

Rédigé par le

Prix de base
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Toute nouvelle, mais déjà commercialisée depuis une bonne année au Japon et aux USA, l’Impreza reprend du service sur le vieux continent. Et elle vise toujours le plaisir de conduite.

Le Concept

On ne peut pas dire que Subaru soit très présent sur les routes du Vieux Continent. La marque est en effet à la peine chez nous ne pouvant compter que sur 50.000 annuelles environ. C’est peu, mais ça s’explique aussi par la disparition de l’Impreza il y a quelques années maintenant autant que par l’absence de Diesel sur les modèles plus petits tels que le XV. Cela dit, cette situation pourrait changer rapidement. D’une part parce que le Diesel est de plus en plus boudé et que la clientèle opère un retour massif à l’essence depuis le Dieselgate, mais aussi parce qu’Impreza, berline compacte d’importance, débarque chez nous. Et avec quelques arguments.

  • Châssis séduisant
  • Sécurité active et passive
  • Qualité perçue en progrès
  • Seulement en essence et en CVT
  • Manque de maintien des sièges
  • Moteur 1.6 un peu juste

Ce qui change

L’Impreza est bâtie à partir d’une toute nouvelle plate-forme modulaire qui servira à d’autres futurs modèles comme la prochaine Outback et le prochain Forester. La caisse, plus rigide de 70%, soigne son degré de sécurité tout en peaufinant les qualités routières reconnues d’une Subaru dont un centre de gravité bas et une implantation plus basse de 1 cm des arbres de transmission arrière et du différentiel (toujours ouvert). Le but ? Réduire l’angle de roulis de l’essieu et mieux réaligner celui-ci sur l’angle de roulis de l’essieu avant et ainsi réduire la propension au sous-virage.

Pour le reste, l’Impreza grandit dans tous les sens. Elle est plus longue de 5 cm pour un empattement allongé de 2,5 cm. Le tout bénéficie à l’espace intérieur, tant pour l’habitacle que pour le coffre. Les passagers arrière disposent de plus d’espace de tous les côtés. La qualité de finition est aussi supérieure. La disposition des commandes et des différents écrans d’information est toujours aussi claire.

Comment ça roule ?

Subaru propose un unique moteur boxer 1.6. Il est lui aussi entièrement nouveau et il a perdu 12 kg dans ce changement de génération. Curiosité : il est dépourvu de suralimentation (au contraire de la Levorg) et il ne développe que 114 ch et 150 Nm, ce qui apparaît peu. Drôle d’idée car, avec cette puissance, il faut transmettre le mouvement aux 4 roues à travers la boîte CVT Lineartronic, seule proposition au catalogue. La transmission Lineartronic dispose certes d’un intelligent programme appelé StepControl, qui fait en sorte que la CVT évite de prendre des régimes inconsidérés – et donc désagréables –, mais on a vu mieux en matière d’accord boîte/moteur. C’est clair, Subaru nous coupe ici complètement de l’ère WRC. Cela dit, le modèle roule bien et le châssis est à la hauteur en termes de confort et de qualité de comportement avec un bel équilibre. La preuve ? Ce nouveau modèle réussi à passer le fameux test de l’élan (moose test) à une vitesse de 92,5 km/h, soit 8 km/h plus vite que le modèle précédent. Merci aussi au différentiel actif (vectorisation du couple) qui est désormais proposé de série.

Rapport prix/équipement

Le prix de l’Impreza devrait par contre en intéresser plus d’un. Le tarif démarre en effet à 21.495 €, ce qui est plutôt intéressant vu la qualité globale de la voiture, ses promesses de longévité, la présence d’une transmission intégrale et don habitabilité. Reste à préciser aussi que la sécurité a été soignée. Le système de détection des obstacles avec assistance est notamment monté de série (Eye-Sight).

Les concurrentes

Dans le segment C, elles sont évidemment nombreuses, à commencer par la Golf, la 208, la Mégane, l’Astra, l’Auris ou la Hyundai i30. Cela dit, pour un package équivalent (4 roues motrices, Eye Sight), ces rivales sont souvent beaucoup plus chères...

Notre verdict

Avec son esthétique plus sportive, la nouvelle Impreza ne manquera pas de plaire. Comme toujours, la majeure partie de ses qualités restent invisibles (transmission intégrale, centre de gravité bas, Eye Sight), mais ça n’occulte en rien sa réussite. Sauf pour le moteur qui se la joue trop discrète avec ses 114 ch. Espérons que Subaru pense aussi à commercialiser une version suralimentée d’ici peu ou alors une version hybride, ce qui serait encore plus dans l’ère du temps...

Dans cet article : Subaru, Subaru Impreza