Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réenvoyer mon mot de passe
Votre nouveau mot de passe vous a été envoyé par email.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Premiers essais

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Skoda Octavia RS 245 : plus de chien

Rédigé par le

Prix de base en savoir plus
34.250 €
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le restylage de l’Octavia nous livre une nouvelle RS « Performance » de 245 ch. Un modèle qui reprend le différentiel autobloquant de l’ancienne RS 230 au profit de l’efficacité.

Le concept

A chaque génération d’Octavia, c’est pareil : à côté des versions traditionnelles, une version sportive RS est développée, histoire de faire un peu d’image et de rappeler que Skoda a aussi fondé une bonne part de sa réputation grâce au sport automobile. Certes, la Fabia R5 engagée en rallye n’a plus de prolongation dans la gamme, mais ce n’est pas le cas de l’Octavia qui se décline depuis la génération précédente en trois variantes RS : la TDI de 184 ch, la RS 230 et la RS 245.

  • Moteur généreux
  • Efficacité accrue grâce au différentiel
  • Confort préservé, habitabilité
  • Train avant manquant de grip
  • Sous-amortissement chronique (mode Confort)
  • Position de conduite un peu haute

Ce qui change

Précédemment, on avait affaire à la RS 220 et la RS 230 qui utilisait aussi un différentiel autobloquant entre les roues avant pour doper ses prestations dynamiques. Aujourd’hui, parce qu’il faut faire toujours plus, ces deux là disparaissent et laissent leur place à la RS 230 et la RS 245 sachant qu’il n’y a plus que cette dernière qui est dotée du fameux différentiel. Logique. C’est évidemment cette RS 245 qui aiguise notre curiosité et d’autant plus que l’augmentation de puissance découle de travaux mécaniques d’importance : nouvelle ligne d’échappement opposant moins de contrepression, nouveaux pistons et segments et d’un nouveau turbocompresseur (IHI). De quoi aligner 245 ch de 5000 à 6700 tr/min (contre 230 de 4700 à 6200) et un couple de 370 Nm de 1600 à 4300 tr/min (350 de 1500 à 4600 à la 230 ch). Logiquement, les performances sont à l’index : 6,6 s (au lieu de 7 s) pour le 0-100 km/h quelle que soit la boîte considérée, sachant que la modèle a aussi droit à la nouvelle DSG 7 (plus légère de 5 kg) inaugurée par le Kodiaq.

Comment ça roule ?

Le différentiel autobloquant actif n’a pas changé. Tout au plus a-t-il été reprogrammé dans les grandes lignes en fonction des caractéristiques de puissance et de couple du nouveau moteur. Ses avantages résident notamment dans une augmentation de la motricité et dans  une réduction du sous-virage de puissance tout en permettant de ne pas souffrir des remontées de couple dans la direction parce qu’il ne se bloque que lorsque c'est vraiment nécessaire et de manière variable (de 0 à 100%). On notera qu’il ne fonctionne toutefois qu’en accélération alors qu’en décélération, c’est le contrôle électronique via les freins XDS qui assure la fonction de stabilisation. Deux modes de fonctionnement sont aussi proposés : un doux sur le mode confort ou normal et un mode plus agressif sur le sport.

En route, l’Octavia RS 245 tire évidemment avantage du montage de ce différentiel. Elle montre en effet un train avant plus mordant qui s’inscrit plus facilement dans les courbes et supporte donc bien une importance charge moteur. Mais jusqu’à un certain point toutefois, car il semble aussi évident que la voiture a été réglée de façon à ce qu’elle soit la plus centrée possible. Bref, c’est bien plus efficace que sur la RS 230, mais on remarquera aussi que le train avant – sans doute un peu trop rigide en roulis aussi – peut jeter le gant de manière assez rapide aussi lorsque le couple moteur devient trop abondant et qu’il manque du coup un peu de grip. Bref, le cocktail semble donc un peu plus édulcoré ici qu’avec une Golf GTI « Performance » ou une Seat Leon Cupra, il est vrai plus puissante.

Budget/équipement

L’autre avantage de l’Octavia RS 245, c’est qu’elle reste une vraie familiale dans l’âme et que son badge sportif ne la prive de rien que ce soit en matière d’équipements, d’habitabilité, d’aspects pratiques voire même de confort car la suspension fortement détarée sur les modes confort et normal s’accommode finalement assez bien des grandes jantes de 19 pouces. Bref, la polyvalence reste de mise.

Les concurrentes

Depuis quelques années, la concurrence revient en force avec des sportives de tout poil, preuve qu’il n’y a pas mieux pour faire de l’image. Ce qui est assez unique avec cette Octavia, c’est qu’elle se montre étonnamment polyvalente au quotidien tandis qu’elle présente aussi ce fameux différentiel, une solution qui reste encore peu répandue, mais qui s’avère à la fois plus légère et efficace qu’un système à 4 roues motrices quand on parle dynamique pure.

Notre verdict

La nouvelle Octavia RS 245 ne surprend pas. Car elle n’est finalement que l’évolution logique de l’ancienne RS 230. Il est clair que la présence du différentiel autobloquant apporte un vrai plus en matière d’efficacité, un avantage qui doit être pris en considération pour les pères de famille passionnés de conduite même si le prix à payer est élevé (+ 3405 €).

Dans cet article : Skoda, Skoda Octavia