Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Miles

Découvrez le nouveau Miles. A la une : # Vanlife, la Krugger FD, duel au Sommet: Henin/Clijsters

Je découvre

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Land Rover Defender : dans le bain

Comment remplacer une icône irremplaçable ? Land Rover essaie de le faire avec le nouveau Defender. Nous avons pu essayer le véhicule tout-terrain pendant trois jours en Namibie.

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Nous avons pu le conduire enfin, le successeur tant attendu, mais contesté de l’emblématique Land Rover Defender. Car comment remplacer une voiture irremplaçable ? Le constructeur britannique a fait preuve de courage, car il est allé beaucoup plus loin que ce que Mercedes a osé avec la nouvelle Classe G. Ce n’est pas une interprétation rétromoderne, mais une version moderne d’un véhicule tout-terrain de 1948. Et il reste un vrai tout-terrain, souligne Land Rover. Le Defender n’est pas un SUV. C’est pourquoi nous nous sommes rendus au Kaokoland, en Namibie, pour faire connaissance avec le nouveau Defender dans la nature sauvage africaine pendant trois jours, en grimpant sur les rochers et en progressant sur le sable.

Intérieur

Le véhicule tout-terrain britannique a grandi. Auparavant, le Defender combinait la largeur d’une Ford Fiesta avec le ressort d’une Focus, le nouveau fait plus de 2 m de large et plus de 5 m de long. L’empattement du 110 est maintenant de 3 m, le 90 perd un demi-mètre et deux portières. L’intérieur de cette Land Rover offre plus qu’assez d’espace pour bouger, tant la tête, les épaules que les genoux. Une troisième rangée de sièges est possible en supplément. La porte du coffre s’ouvre latéralement. Il offre un volume de chargement qui varie d’un minimum de 916 l à un maximum de 2233 l.

Le design du Defender peut évidemment faire l’objet de débats passionnés. Pourtant, on ne peut s’empêcher de respecter les choix audacieux des concepteurs, car ce Land Rover combine un jeu de lignes moderne avec de nombreux clins d’œil au modèle précédent. Il n’est pas devenu une caricature de son prédécesseur. À l’intérieur, on peut également ressentir le respect du passé. La position assise élevée et la bonne visibilité panoramique demeurent, mais en 2020, vous disposerez de sièges confortables et de beaucoup de liberté de mouvement. Le bras du conducteur n’a plus à pendre par la fenêtre. L’intérieur mélange un tableau de bord robuste avec des matériaux attrayants, des détails de conception amusants et un excellent module multimédia avec écran tactile.

Unité d’entraînement

Le nouveau Land Rover Defender est disponible en D200, D240, D300 et P400, une version hybride rechargeable suivra bientôt. Nous avons traversé la Namibie au volant du plus puissant turbo essence, un six en ligne qui combine une cylindrée de 3 litres avec une puissance de pointe de 400 ch et un couple maximum de 550 Nm. C’est suffisant pour emmener ce géant du tout-terrain de 0 à 100 km/h en 6,1 s et lui donner une vitesse de pointe de 208 km/h, mais en baignant dans le lit des rivières et en dérivant dans le sable du désert difficile pour nous de vérifier ces performances. Nous n’osons pas dire grand-chose sur le moteur, seulement que le P400 a plus qu’assez de couple pour aider le Defender dans les situations les plus difficiles.

Les quatre roues motrices sont bien sûr de série, y compris les différentiels central et arrière verrouillables. Mais grâce à la célèbre technologie Terrain Response, le conducteur n’a pas à s’en soucier. C’est le logiciel qui tire le meilleur parti du matériel. Il suffit de choisir le mode de conduite, tout comme il est possible d’activer l’aide à la descente, la montée de suspension pneumatique ou les rapports courts pour la boîte automatique ZF.

Land Rover Defender / Moniteur Automobile

Comportement au volant

Quiconque associe un Defender à un châssis en échelle d’acier, à des essieux rigides et à des différentiels verrouillables manuellement sera forcément déçu. Après tout, Land Rover voulait construire un véhicule tout-terrain moderne, avec une rigidité structurelle de 29 kNm/degré, une charge utile maximale de 900 kg et une capacité de remorquage maximale de 3,5 tonnes grâce à la structure de base en aluminium avec des sous-cadres en acier. La suspension du Defender combine des doubles triangles à l’avant et un multibras à l’arrière. L’amortissement adaptatif et la suspension pneumatique assurent le confort, minimisent la dynamique de conduite et optimisent les capacités tout-terrain.

La Namibie s’avère être un merveilleux terrain de jeu pour les vrais 4x4 comme le Defender. Dans certains endroits, il est rocheux, avec des pierres pointues qui peuvent ouvrir le côté d’un pneu comme un lion brise le cou d’un zèbre. Dans d’autres endroits, le sable règne en seigneur et maître : parfois fin et parfois grossier, ce qui est toujours un défi pour une voiture qui combine une longueur de 5 mètres avec un poids de 2,3 tonnes. Nous traversons aussi beaucoup de rivières, parfois avec de l’eau presque par-dessus la tête. Mais le Land Rover ne faiblit pas. La facilité apparente avec laquelle il surmonte les obstacles est une chose que nous avons rarement expérimentée.

Budget

Land Rover demande 50.800 euros pour le Defender 90 à empattement court et carrosserie à trois portes, le plus long 110 coûte 6000 euros de plus. Mais il faut alors se contenter du D200, un moteur diesel de 2 litres de 200 ch et 430 Nm. Et cela pourrait être un peu juste pour un moulin qui doit entraîner plus de 2 tonnes. Cette version d’entrée de gamme promet une consommation moyenne de WLTP d’environ 9 litres aux 100 kilomètres, selon les jantes choisies et les pneus qui les équipent. Cela représente des émissions de CO2 d’environ 230 g/km.

Mais les prix augmentent rapidement. Le P400 avec lequel nous avons été autorisés à traverser la Namibie a un prix de plus de 100.000 euros. À ce tarif, on a un six en ligne, à peu près tous les trucs 4x4 technologiques que Land Rover propose, et beaucoup d’accessoires et équipements qui tentent d’amener le niveau de confort à celui d’un Range Rover.

Verdict

Le nouveau Defender peut faire tout ce que l’ancien Defender faisait, mais il est devenu un Land Rover complètement différent. Et c’est honnêtement une bonne chose. C’est plus qu’un véhicule tout-terrain performant doté d’une technologie tout-terrain intelligente, c’est un résumé de toutes les missions qu’on attend d’un Land Rover de nos jours. Mais un tel rôle arrondit les angles, peut-être aurions-nous eu plus de plaisir sur la route dans un Suzuki Jimny ou un Ford Ranger Raptor. Et puis il y a le prix...

Land Rover Defender / Moniteur Automobile

 

Dans cet article : Land Rover, Land Rover Defender

Rédigé par le