Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Que recherchez-vous ?

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Citroën e-Mehari : électron libre

Citroën ressuscite à peu de frais sa mythique voiture de plage sous une réinterprétation électrique. Un bon coup de pub décalé plus qu’un plan industriel sérieux.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

La Citroën e-Mehari n’a rien à voir avec le concept Cactus M… à part une parenté esthétique. En fait, la e-Mehari n’est autre qu’une Bolloré BlueSummer (la voiture de loisir du Groupe Bolloré, impliqué dans les petites citadines électriques proposées en auto-partage dans les grandes villes françaises) recarrossée. Un pur véhicule de loisir, que l’on louerait lorsque l’on est en vacances ou que l’on laisserait dans sa propriété secondaire. Une voiture d’image aussi, juste pour être présent dans le monde des voitures électriques et, donc, faire parler de soi positivement.

  • Un cabriolet électrique !
  • Bouille, singularité
  • Concept abouti
  • Tarif décourageant
  • N'est qu'un clone de BlueSummer...
  • Uniquement pour bord de mer

Ce qui change

Vu de face, son nouveau look renvoie immédiatement à la Cactus, avec ce bouclier avant rondouillard, et garni d’optiques à «double étage». Or, de profil, on retrouve précisément la Bolloré BlueSummer, toute la base technique étant identique. Cela dit, les flancs intègrent le décrochage au niveau de la ceinture de caisse et les sillons dans les portes, comme sur la Mehari des années 60.  Le nuancier est limité à 4 teintes de carrosserie, deux pour les arceaux, et les sièges sont recouverts de TEP uni ou hawaïen, un textile similaire à celui des selles de motos et supportant donc un rinçage par tuyau d’arrosage, comme le plancher de l’habitacle. Côté ambiance de bord, c’est plutôt tristounet : entre les commodos Fiat (La Bolloré a été développée en Italie), les recouvrements de sol coupés au cutter et l’écran de bord minimaliste, rien de bien valorisant. Si la génération babacool vous parle, ce ton rudimentaire et décalé trouvera grâce à votre âme aventurière.

Comment ça roule ?

Le moteur électrique de 68 ch alimenté par des batterie sèches de 30 kWh  lance décemment la e-Mehari qui se fond dans la circulation sans gêner les autres. Par contre, sa vitesse de pointe limitée à 110 km/h l’exclut des voies rapides. Jusque 60 km/h les suspensions et sièges moelleux gomment la plupart des imperfections routières. Au-delà, ça commence à sauter sèchement et mieux vaut pratiquer l’évitement de nid de poule et dos d’âne que l’affront direct. Cela dit, le centre de gravité relativement bas et un tarage suffisamment ferme des amortisseurs permettent de profiter de l’élan dans les courbes sans craindre pour sa vie. En ville, c’est un poisson dans l’eau grâce à son gabarit réduit (3,80 m), sa position de conduite surélevée et une visibilité périphérique (décapotée) de hibou. Puisqu’il a fait beau ce jour-là, nous effeuillons la voiture en déboutonnant (par des boutons pressions) les pans de toile et en dégageant les encadrements de porte semi-rigides grâce à deux molettes. Dans cette configuration, on cède à ce plaisir insouciant des vraies voitures de bord de mer, en plaignant les automobilistes punis dans leur berline soporifique

Budget/Équipement

Chez nous, la voiture coûtera 25.000 €, une somme décourageante à laquelle il faut encore ajouter le prix de la location des batteries (79 €). À ce prix là pas grand chose, même pas d’airbags puisque non obligatoire pour les voitures produites à 1000 unités et moins par an. Un kit bluetooth Parrot est tout de même prévu, de même qu’un bouton d’appel d’assistance en cas de pépin.

Les concurrentes

Il n’en existe quasiment pas ! À peine pourrait-on citer la BeeBee Car, une autre voiture électrique française de plage présentée à Genève, mais qui ne sera probablement pas vendue en Belgique. La Citroën e-Mehari est, pour l’heure, le seul cabriolet 4 places 100% électrique du marché.

Notre verdict

En dehors des pourtours méditerranéens, la e-Mehari n’a que peu de raison d’être. Citroën le sait et la destine au secteur du tourisme (loueurs, hôtels, golf, services de city-tour) ou encore aux professionnels de l’Horeca en quête d’une promo car à la mode. Sans oublier quelques particuliers excentriques et fortunés, histoire de marquer le coup à Saint-Trop’ ou au Cap Ferret.

Dans cet article : Citroën

NEWSLETTER

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une

Trouvez l'assurance qui vous convient
  • Trouvez l'assurance qui vous convient

  • Le Moniteur Automobile, en partenariat avec Hopala, vous aide à trouver l'assurance auto qui correspond le mieux à vos besoins.

  • Commencer la recherche