Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / BMW 116d

Sommaire :

En bref

  • Mécanique

    Le petit nouveau de BMW apporte un dynamisme dans la moyenne, mais manque un peu de personnalité. Par contre, il reste sobre sans que l’on doive trop se préoccuper du rythme de conduite. Sa boîte aux rapports longs tend à abaisser le régime très bas (1850 tr/min à 120 km/h), un plus appréciable pour le bilan sonore. En parlant de la boîte, il s’agit d’une manuelle à 6 rapports, aucune automatique n’étant attribuée à la 116d Efficient Dynamics Edition... mais bien à la 116d normale.

  • Tenue de route

    BMW n’a pas failli à sa réputation. Quoi de plus logique? Hormis son moteur et son nouveau look, cette Série 1 repose sur les mêmes trains roulants – performants – que la précédente. L’architecture propulsion et la répar- tition des masses favorables (50/50) invitent à retarder ses freinages et anticiper les relances en sortie de virage. Seuls les pneus verts Michelin Energy Saver hypothèquent un peu le potentiel réel de ce châssis.

  • Sécurité

    ABS, contrôle de stabilité, aide au freinage d’urgence, auto-bloquant électronique, surveillance de la pression des pneus, emergency call: la Série 1 dispose de la panoplie minimale pour une berline compacte «premium» moderne. On regrette que le Driving Assistant, un pack regroupant les alertes de collision imminente, de dévoiement et de déconcentration du conducteur, soit facturé en option, même si les 530 € demandés ne représentent pas une dépense excessive. Justement!

  • Confort

    Dans une Série 1, l’espace ne manque pas vraiment: un grand conducteur pourra, s’il le désire, conduire jambes complètement tendues et embrayera de la pointe du pied. Notre exécution Sport bénéficie des deux sièges avant Sport, un délice d’ergonomie et de maintien, pas trop minces ni enveloppants. A l’avant, c’est le bonheur, un peu moins à l’arrière avec une banquette sans relief digne de ce nom. Et surtout, la Sportshatch ne permet pas d’y accéder naturellement.

  • Sens pratique

    Nous avions la chance de profiter d’une Sport dotée du pack Rangement, qui, grâce à ses crochets et filets de rangement, en plus d’un bac à couvercle à gauche du volant, apporte des solutions pratiques au quotidien. Le coffre est «basique» mais pas inintéressant, la Sportshatch sait se muer en petit break de chasse. Le seuil de chargement et la découpe de la troisième porte imposent quelques contorsions.

  • Budget

    Le constat est clair: le prix d’appel est intéressant; à 24.150 € pour une BMW Diesel, on n’est pas très loin d’une Golf 1.6 TDI. On pourrait s’en contenter vu la nature «éco» de la 116d EDE, mais le problème est qu’on se laisse vite séduire par l’univers BMW. Du coup, la 116d EDE équipée comme se doit de l’être une berline «premium» frise les 30.000 €. Plus très «budget», tout ça. Heureusement, le poste consommation restera plus que supportable, même en roulant beaucoup.

BMW 116d
Conclusion / BMW 116d

Avec la 116d EfficientDynamics Edition, BMW prouve sa réputation de motoriste aussi «par le bas». Seule Diesel tri-cylindre propulsion du marché disponible à ce jour (en attendant les Série 2), la compacte de Munich s’assure une particularité technique et, partant, un argument commercial face à la meute de concurrents, standardisés au 1.6 et 4 cylindres. Finalement, il s’agit surtout d’une rationalisation des gammes de moteurs BMW/Mini, car le 3 pattes Diesel n’est pas fondamentalement plus sobre ni plus performant que le 1.6 4 cylindres qu’il remplace. Si son pep mécanique est limité, le comportement proverbial des BMW est préservé. Moins chère que la 116d 4 cylindres sortante, la 116d «3 pistons» se place juste entre l’A3 Ultra et la Classe A 160 CDI. La bataille est relancée. Cette Série 1 part avec ses atouts.

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!

Rédigé par le

Les concurrentes