Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

cote occasion

Obtenez dès maintenant et gratuitement la valeur d'une voiture d'occasion

estimer

Environnement / Hydrogène : John Cockerill et Liège Airport à l’initiative

Solution de demain, l’hydrogène est déjà utilisé dans les transports. On peut le produire proprement désormais. Et ce sont John Cockerill et Liège Airport qui sont à l’initiative.

Sommaire :

L’hydrogène comme vecteur énergétique ? Ce n’est pas nouveau et, au Moniteur Automobile, nous avons déjà fréquemment abordé cette thématique avec ses avantages et ses inconvénients. Parmi les freins, il y a évidemment le prix des automobiles, la manière de produire l’hydrogène (mais elle devient de plus en plus verte) et… le nombre de stations-service. Il n’y en a que 2 en Belgique, une à Hall et une autre à Zaventem. Pas vraiment encourageant.

Construire un écosystème

Conscients de ce problème et de l’énorme potentiel d’un hydrogène produit de manière propre et durable, les patrons de John Cockerill (ex-CMI) et de Liège Airport ont décidé de nouer un partenariat dans le but de développer une chaîne économique entière, soit un écosystème à part entière.

Commencer par les bus

Les deux entreprises sont partie prenante dans le projet de construction d’une usine de production d’hydrogène qui servira non seulement aux véhicules utilisés pour l’aéroport, mais aussi pour ceux qui viendraient de l’extérieur. L’idée est de démarrer le projet avec des bus à hydrogène (donc électriques). Le projet HaYrport – c’est son nom – devrait voir le jour dans les 2 ans et il fera office de projet pilote en Région wallonne comme alternative au Diesel. Le budget prévoit la dépense d’une vingtaine de millions d’euros, dont la moitié pour la construction de l’usine de production, un hydrolyseur alimenté par des panneaux photovoltaïques. Raisonnable.

Un développement ?

Notons que la Belgique ne compte qu’une trentaine de véhicules à hydrogènes aujourd’hui. C’est plus que faible. Il va de soi que le TEC sera également sollicité pour faire partie de ce projet pilote. Saluons donc cette initiative, privée encore une fois comme il y a peu avec Colruyt et Fluxys.

Rédigé par le

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.