Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

>> Découvrez gratuitement à quel prix vous pouvez vendre votre voiture

Estimer

Environnement / BMW, Google, Samsung SDI et Volvo s’associent au WWF

BMW, Google, Samsung SDI et Volvo ont signé l’appel du WWF pour un moratoire sur l’exploitation minière en eaux profondes.

Sommaire :

Dans un communiqué paru ce mercredi 31 avril 2021, le WWF a annoncé que BMW, Google, Samsung et Volvo étaient les premières multinationales à signer son appel en faveur de l’arrêt – ou du report à long terme – de l’exploitation minière des fonds marins en haute profondeur. Un accord qui implique que ces entreprises s’engagent à cesser tout approvisionnement issus d’extraction en eaux profondes, mais également de ne plus utiliser des minéraux de cette provenance dans leur exploitation industrielle ni de financer une quelconque activité d’extraction minière en eaux profondes.

Batteries sans iode

Avec l’essor des véhicules électrifiés ou électriques, la demande en batteries explose et nécessite un approvisionnement conséquent en minéraux tels que le cobalt, le cuivre, le manganèse ou le nickel, autant de matériaux qui peuvent être extraits des fonds marins, à des profondeurs de 4 à 6 km.

Des ressources présentes en abondance dans la zone de Clarion-Clipperton dans l'océan Pacifique Nord, une vaste zone s'étendant sur des millions de kilomètres carrés entre Hawaï et le Mexique. L’objectif du WWF est de prévenir toute destruction de ce milieu marin encore inexploré. Un appel entendu par les 4 entreprises citées plus avant qui éviterons dès lors de produire ou acheter des batteries issues d’une exploitation de ressources d’origine « marine ».

"Étant donné que la majeure partie de l'écosystème des eaux profondes n'a pas encore été explorée et comprise, une telle activité serait imprudemment imprévoyante." (WWF)

Comprendre avant d’entreprendre

L’idée sous-tendue par ce moratoire est d’interdire l’exploitation minière en eaux profondes avant qu’une étude circonstanciée ait permis de comprendre comment fonctionne l’écosystème considéré et quels sont les risques induits pour l’écosystème en particulier et l’environnement en général. En outre, le WWF vise à privilégier les autres alternatives d’extraction jusqu’à leur épuisement avant de s’attaquer aux fonds marins.

Rappelons que les altérations des écosystèmes marins ont une influence énorme sur l’ensemble du fonctionnement climatique et donc sur les bouleversements environnementaux.

Élan freiné

Pour clarifier les choses, le fait que BMW, Google, Samsung SDI et Volvo rejoignent le WWF dans sa démarche ne signifie bien entendu pas l’arrêt des projets d’exploitation minière en eaux profondes, dont les acteurs majeurs sont DeepGreen, GSR et UK Seabed Resources - une filiale de la branche britannique de Lockheed Martin – qui espèrent toujours vendre à terme les minéraux des fonds marins aux constructeurs automobiles et aux fabricants de batteries, dont Samsung SDI est le premier à suivre l’initiative du WWF.

Question d’efficacité

Si la démarche du WWF est bien comprise, elle se voit opposer de la part des exploitants miniers des arguments qui permettent d’ouvrir le débat. En effet, selon DeepGreen, l’extraction des nodules ( de la taille d’une pomme de terre, ndlr) sur les fonds marins serait plus durable que l’exploitation minière terrestre, cette dernière générant davantage de déchets tout en fournissant des nodules dont la concentration en métal est moindre que leurs homologues marins. Il est donc question ici de rentabilité et d’efficacité avant tout, les arguments d’ordre « écologique » restant à vérifier. Cependant, la Norvège – qui prône une politique environnementale stricte et ambitieuse et constitue l’un des marchés automobiles les plus électrifiés du monde – a d’ores et déjà annoncé qu’elle octroierait des licences d’exploitation minière en eaux profondes dès 2023, ce plaçant en précurseur dans ce domaine.

Source : Reuters

Web Editor

NEWSLETTER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.