Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW Série 7 : chasse aux étoiles

La nouvelle Série 7 est appelée à occuper le haut du segment des berlines de luxe, donc d’enlever sa couronne à la Mercedes Classe S. À Munich, personne n’a ménagé ses efforts pour atteindre un résultat réellement convaincant.

  • Avis Rédaction 16.20/20

Sommaire :

Le concept

Chaque sortie de nouvelle Série 7 reste un événement. Il faut dire que dans ce segment, les attentes sont très hautes… tout en demeurant investies dans un dessin très conservateur : une limousine traditionnelle à quatre portes, un accès généreux aux places arrière, de l’espace en suffisance pour tous, un grand coffre, le tout dans un esprit grand luxe très poussé. C’est exactement au niveau de «l’expérience de bord» que BMW a souhaité se démarquer. En d’autres mots, tout ce dont un conducteur et/ou un passager fortuné rêve se trouve – ou peut se trouver – à sa disposition dans cette nouvelle Série 7.

  • Agrément général
  • Confort de haut vol
  • Performances/Consommation
  • Prix
  • Options parfois très chères
  • Un peu trop bling-bling

Ce qui change ?

Quasiment tout, même la nature des matériaux et leur mise en œuvre. Car pour la première fois, un constructeur automobile intègre de la fibre de carbone dans la structure d’une voiture de grande série, à des endroits clé (rigidité/légèreté) et ce en combinaison avec de l’aluminium ou de l’acier à haute résistance. D’autre part les moteurs repassent sur le métier afin de consommer, au minimum, un litre de moins aux 100 kilomètres grâce au fait que la voiture s’allège aussi fortement, jusqu’à 130 kg dans le meilleur cas. Une prouesse pour une voiture encore (un peu) plus longue et farcie de plus de technologies que jamais. Car sur le plan des assistants à la conduite, de l’infodivertissement et du confort, la «Sept» progresse énormément.

Comment cela roule ?

Chez BMW on a coutume de produire de grande et spacieuse limousine pourvues d’une tenue de route digne de ce nom. Sur ce point, les ingénieurs ont non seulement perpétué cette tradition mais sont aussi allés plus loin dans l’agilité, de sorte à rendre la Série 7 aussi vive et réactive qu’un modèle nettement plus petit. Pour ce qui concerne le confort pur, BMW restait encore sous la concurrence, mais grâce à l’intégration d’une suspension pneumatique d’origine, ceci pourrait bien appartenir au passé. Après avoir expérimenté le mode Comfort Plus, on confirme que la Série 7 n’a plus rien à envier à aucune autre berline en matière de confort d’assise et de filtrage.

Combien ça coûte ?

Provisoirement, la BMW est disponible avec trois motorisations : un Diesel et deux propulseurs à essence de 6 et 8 cylindres à double suralimentation. Plus tard (courant 2016), la version hybride 740e renforcera les rangs. Le modèle d’entrée de base est la 730d de 265 ch à 83.500 €. La 740i de 326 ch s’affiche à 93.250 € et comptez 115.050 € pour le haut de gamme 750i livré, de série, avec la transmission intégrale xDrive. Une option proposée sur la Série 7 Diesel, en échange de 3.450 €. Les trois versions possèdent leur variante à empattement long, impliquant dans tous les cas un supplément de 6.800 €.

La concurrence

Il va de soi que les deux autres marques allemandes impliquées dans le segment, Audi et Mercedes restent les rivales frontales. En particulier la récente nouvelle Classe S de Mercedes, considérée jusqu’ici comme un sommet en son genre. Mais voilà, la nouvelle Série 7 possède aujourd’hui des arguments capables d’ébranler sa position. Du côté d’Audi, la réaction est attendue, mais pas immédiatement. Dans un registre plus exotique et moins populaire, les Lexus LS, Jaguar XJ et Maserati Quattroporte restent des alternatives de choix.

Notre verdict

L’actuelle Série 7 était une très bonne automobile, aucun doute là-dessus. Mais pour se hisser en tête de son segment et prétendre détrôner la référence Mercedes, BMW devait accomplir un gros effort sur le plan du confort. C’est le cas et nous avons l’impression que BMW a beaucoup retenu de sa filiale Rolls-Royce… Comme cette illustre référence, la Série 7 propose un niveau de personnalisation très haut de gamme, du jamais vu dans la gamme BMW. Ce qui peut parfois verser dans l’excès de bling-bling, surtout au niveau des chromes disponibles. Mais justement, avec la Chine et les États-Unis en mire, c’est visé juste ! Enfin, si on peut regretter un manque d’audace dans l’évolution stylistique, on se rappelle que la clientèle traditionnelle de ce genre d’engin préfère justement les valeurs sûres.

Dans cet article : BMW, BMW Série 7

Rédigé par le

Les concurrentes