Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Audi RS7

La belle A7 Sportback se transforme en bête avec le formidable V8 suralimenté de la RS6. Le plein de sensations et de décibels.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le développement et la production ont été facilités par l'étroite parenté technique qu'entretient l'A7 avec l'A6. En gros, c'est à un «copier-coller» que les ingénieurs ont procédé. Ils ont repris l'ensemble moteur/boîte de la plus vitaminée des A6 ainsi que ses principes de suspension (pneumatique ou DRC). Le coeur de l'engin est donc toujours constitué du formidable V8 de 4 litres suralimenté, qui crache ici 560 ch et 700 Nm dès 1750 tr/min. Le stop&start est de la partie, tout comme le fameux dispositif de désactivation des cylindres. Résultat: à côté d'une puissance décoiffante, la RS7 annonce une moyenne officielle étonnante de 9,8 l/100 km pour des rejets de CO2 de 229 g/km. Pas mal, même si ces chiffres sont à prendre avec des pincettes.

Le statut très spécial de cette A7 est confirmé par les sièges baquets et le volant à 3 branches serti du logo RS, mais surtout par le premier tour de vilebrequin du V8, qui engendre suffisamment de décibels pour réveiller tout le quartier. Pas grave: avec une sonorité comme celle-là, les voisins ne vous en voudront sûrement pas! Les premiers tours de roues s'effectuent dans une certaine douceur. Bien sûr, on sent la puissance. Elle est tapie juste sous le pied droit. Une fois sorti de l'agglomération, le V8 ne demande qu'à pilonner comme une furie, propulsant en quelques secondes l'élégant coupé à des vitesses inavouables. En mode Dynamic, c'est encore mieux: le 8 cylindres se met littéralement à rugir, y compris au lever de pied, où il fait résonner profondément les retours de gaz.

La RS7 est évidemment de la même veine que la RS6. C'est un engin capable de pilonner comme aucun autre, à la bestialité mécanique féroce, mais aussi d'une maîtrise totale grâce à ses 4 roues motrices et à la très efficace suspension DRC. Mais de là à dire que cette RS7 est raisonnable...

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur Automobile 1555 du 7 août 2013.

Dans cet article : , , Audi, Audi A7

Rédigé par le

Les concurrentes