Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Découvrez tous nos nouveaux produits et abonnements ‘Spécial Salon’ !

Découvrez tous nos nouveaux produits et abonnements ‘Spécial Salon’ !

découvrir

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Rolls-Royce Ghost Series II

Dans le jargon automobile, on parlerait d'un facelift. Chez Rolls-Royce, la Ghost remaniée devient Series II. Explications...

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Il y a les automobiles à vivre, les automobiles à conduire, les automobiles qu'on rêverait de posséder ou les automobiles à collectionner. Et puis, il y a Rolls-Royce. Comme la Phantom avant elle, la Ghost, 44 cm plus courte que la limousine, mais toujours très statutaire avec ses 5,40 m (voire 5,57 en version rallongée) perpétue le mythe de la voiture «objet d'art» propre à Rolls-Royce. Sans qu'il n'y paraisse véritablement aux yeux des non-avertis, tout le nez de la voiture a été redessiné, dans le but de rendre la face encore plus massive et ciselée, mais aussi pour corriger quelques points de style qui, selon Rolls-Royce, le méritaient.

Dans la périphérie de Londres, les routes étroites et chargées ne sont pas ce que l'on pourrait appeler un terrain de jeu idéal pour une Ghost Series II. Du bout des doigts, ce vaisseau amiral se laisse néanmoins emmener avec facilité, dans un confort et une sérénité qui forcent le respect. À peine audible, le V12 travaille toujours au couple et profite encore davantage de la délicatesse de la boîte automatique à 8 rapports (désormais reliée au GPS pour encore plus de finesse dans les passages de rapports) pour emporter souplement les 2,5 tonnes de la voiture. Sollicité plus franchement, il peut aussi très vite vous coller la tête au dossier. Dans le bosselé, tout est parfaitement absorbé, ou presque, la limite de résistance à la torsion du châssis, pourtant renforcée sur cette Series II, induisant tout au plus quelques remontées parasites dans le volant.

Sans véritable concurrente sur le marché, la Rolls-Royce Ghost Series II reste un objet extraordinaire. Une espèce d'oeuvre d'art sur roues capable de vous faire voyager dans la sérénité et le raffinement extrêmes, en conducteur comme en passager.

L'essai complet est disponible dans votre Moniteur Automobile 1586 du 15 octobre 2014.

Dans cet article : Rolls-Royce, Rolls-Royce Ghost

Rédigé par le