Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Ferrari Daytona SP3 (2022): Halleluja

Rédigé par Klaas Janssens le

Inspirée de l'emblématique prototype sportif, la Ferrari Daytona SP3 est une supercar basée sur la LaFerrari Aperta qui porte son V12 atmosphérique en position centrale à l'arrière. Le Moniteur Automobile fait le test.

  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Rembobinez au 6 février 1967. Aux 24 heures de Daytona, où s'est déroulée la première manche du championnat du monde de prototypes sportifs. Un an après que Ford ait donné une raclée à la Scuderia lors de la légendaire course d'endurance du Mans, Ferrari riposte impitoyablement sur le sol américain.

Le "géant" écarlate a mis à l'épreuve une armée de Ford GT40 et s'est emparé de tout le podium dans une démonstration de domination à l'ancienne. La victoire revient à la 330 P3/4 conçue par Mauro Forghieri, pilotée par Lorenzo Bandini et Chris Amon. Les vitrines à trophées de Maranello sont pleines à craquer, mais cette victoire a reçu une place d'honneur. Et sert d'impulsion à cette Ferrari Daytona SP3, troisième membre de la série dite Icona qui a débuté en 2018 avec les Monza SP1 et SP2.

Carrosserie et dimensions

Les passages de roues bombés et le pare-brise très avancé sont ceux d'un prototype sportif des années 1960, mais cette beauté est entièrement au service de l'aérodynamisme. Ne cherchez pas de winglets, de tea treys ou de volets actifs ; les lignes devaient rester aussi pures que possible.

La majeure partie de l'appui aérodynamique est donc généré par le plancher, qui aspire la Daytona vers le sol à haute vitesse. Ferrari ne veut pas donner de chiffres précis, sauf pour dire que la SP3 génère plus d'appui que la plupart des supercars de la concurrence, qui sont bourrées de spoilers.

Le placement latéral des radiateurs a inspiré aux ingénieurs la création de prises d'air dont les ouvertures se trouvent dans les portes. La brise collectée par ces orifices tourbillonne dans la carrosserie de la Ferrari Daytona SP3, refroidissant le groupe motopropulseur et poussant la poupe encore plus fort vers le sol. Ce choix est également à l'origine de la position particulière des rétroviseurs latéraux, qui se trouvent sur les garde-boue avant. Non seulement parce qu'ils ne gênent pas le flux d'air, mais aussi parce que ce placement améliore la visibilité.

Les designers ont également travaillé sur les feux lumineux. Ceux de l'avant peuvent clignoter, ceux de l'arrière sont constitués de fines bandes de LED qui se glissent entre les lattes horizontales de la poupe. C'est beau à regarder, mais ce sont les deux tuyaux d'échappement montés au centre qui attirent toute l'attention sur eux.

Review Ferrari Daytona SP3

Intérieur et coffre

Lorsque les lourdes portes papillon s'ouvrent, vous contemplez le carénage en carbone qui se faufile entre les roues avant. Comme si vous goûtiez à un véritable prototype sportif. La monocoque est étroitement liée à la structure de base utilisée par la LaFerrari Aperta, mais le savoir-faire accumulé en Formule 1 a permis d'apporter de nombreuses améliorations qui rendraient la Ferrari Daytona SP3 encore plus légère et plus rigide.

L'entrée dans l'avion demande une certaine agilité : il faut d'abord poser ses fesses sur les sièges étroits, puis pousser son corps voûté et ses jambes rétractées dans l'étroit cockpit. Ce n'est pas une mince affaire et certainement pas si vous portez également un casque. Le retrait du toit targa rend les choses un peu plus faciles. L'élément car-bronze, léger comme une plume, est en une seule pièce et ne peut être emporté. S'il pleut en chemin, vous pouvez sortir une bâche d'urgence à l'avant. Mais alors vous ne pouvez pas aller plus vite que 120 km/h.

La Ferrari Daytona SP3 n'a pas de sièges séparés ; ceux-ci font partie intégrante de la structure de base. Un choix délibéré qui devrait encore améliorer les sensations à bord en transmettant les vibrations du groupe motopropulseur au conducteur via la colonne vertébrale. Heureusement, le volant et les pédales sont réglables, de sorte que vous pouvez rapidement trouver une bonne position de conduite dans l'habitacle remarquablement positionné vers l'avant. Comme si vos pieds étaient sur l'essieu avant. Le pare-brise bombé et le rétroviseur numérique, que la Daytona hérite de la 812 Competizione, nécessitent un certain temps d'adaptation.

Le tableau de bord minimaliste reçoit l'instrumentation complète que Ferrari a introduite sur la SF90 Stradale, y compris la logique de menu légèrement chaotique et les pavés tactiles très sensibles sur le volant multifonction. Il n'est plus carré, comme sur la LaFerrari, et son diamètre a été réduit, mais il regroupe toujours la plupart des commandes, de sorte que vous ne devriez pas avoir à retirer vos mains du volant pendant la conduite.

Review Ferrari Daytona SP3

Spécifications et performances

Le moteur de 6,5 litres est une autre évolution de celui de la LaFerrari hybride, mais libérée de son module électrique compliqué et de sa lourde batterie. La puissance ne manque pourtant pas : même sans assistance électrique, le moteur développe 840 ch, une puissance maximale qui est atteinte à 9250 tr/min. Le couple maximal de 697 Nm se trouve également dans les hauts régimes, puisqu'il n'est libéré qu'à 7250 tr/min.

Aidée par le launch control, la Ferrari Daytona SP3, pure propulsion, passe de 0 à 100 km/h en 2,9 s et de 0 à 200 km/h en 7,4 s, avec une vitesse maximale de plus de 340 km/h.

Review Ferrari Daytona SP3

Conduite

Dès que le V12 est à bonne température, nous poussons l'aiguille numérique du compte-tours à 9500 tours. C'est comme donner un coup de pied dans les couilles d'un soprano. Le son strident de la Ferrari Daytona SP3 rappelle un peu celui d'une vieille F1, mais en moins fort. La bande-son est meilleure que tout ce que vous trouverez sur Spotify, avec des nuances subtiles sur toute la plage de régime. Les bruits d'aspiration et les sons mécaniques ajoutent de la profondeur au concert.

Et bravo aux ingénieurs du son, car ce n'est pas la ligne d'échappement mais le moteur de la Ferrari Daytona SP3 qui domine le concerto. La boîte de vitesses fournit les chiffres, car un réglage spécial permet à la boîte robotisée à sept rapports de changer de vitesse de manière particulièrement agressive. Pourtant en mode course, les interventions brèves mais violentes du V12 s'apparentent à celles d'un F16 franchissant le mur du son.

Bien que nous ne puissions pas exploiter pleinement ce potentiel de performance sur le circuit de Zolder, cette Ferrari est clairement dans son élément sur une piste fermée, avec un châssis agile qui a besoin d'un peu de provocation pour sortir des sentiers battus. La direction est sensiblement plus lourde que sur les derniers modèles Ferrari, ce qui vous oblige à travailler plus fort pour diriger la Daytona d'un vibreur à l'autre.

Cela est également dû au réglage spécial du logiciel. Bien que la Ferrari Daytona SP3 dispose de la dernière génération d'aides à la conduite contrôlées électroniquement, les interventions correctives sont cachées pour que le conducteur se sente responsable de tenir les rênes de ce cheval cabré. Il en va de même pour les pneus Pirelli spécialement développés, qui glissent un peu avant de perdre réellement de l'adhérence. Ils procurent une délicate sensation de conduite qui met vos sens en éveil.

Plus qu'une 296 GTB ou même une 812 Competizone, vous avez l'impression de conduire une voiture de course, et non un jouet super rapide qui dérive plus vite que son ombre. La Daytona SP3 est une autre race de Ferrari qui demande beaucoup d'implication et encore plus de respect.

Review Ferrari Daytona SP3

Prix belges

La Ferrari Daytona SP3 est construite en une édition limitée à 599 exemplaires. Bien que Maranello demande environ 2 millions € par voiture, tous les exemplaires ont maintenant trouvé un propriétaire.

Ferrari a d'abord frappé à la porte des propriétaires d'une SP1 ou SP2 et ils ont tous répondu positivement. Les 499 heureux propriétaires qui ont déjà une Monza dans leur garage pourront donc bientôt y garer une Daytona. Les 100 SP3 restantes iront aux Ferraristi qui ont manqué les SP1 et SP2 de Monza à l'époque.

Review Ferrari Daytona SP3

Ferrari Daytona SP3 - verdict du Moniteur Automobile

Maranello fabrique désormais des voitures de sport hybrides rechargeables, lancera bientôt un SUV et expérimente une technologie de propulsion 100 % électrique. Mais de temps en temps, ils regardent dans le rétroviseur toute la beauté qu'ils ont créée au cours des 75 dernières années. Et puis vous avez des chefs-d'œuvre comme cette Ferrari Daytona SP3.

 

 

  • Quelle ligne !
  • Quelle puissance !
  • Quel son !
  • Quel prix !

Dans cet article : Ferrari, Ferrari Daytona

Channel Manager Produpress Websites

Twitter: @janssensklaas / Instagram: @kjanssens_pro

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une