Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réenvoyer mon mot de passe
Votre nouveau mot de passe vous a été envoyé par email.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu
Plus de 3.000 essais, 6.000 véhicules neufs et 120.000 occasions

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Ajoutez un véhicule à comparer

Comparer

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / BMW 6 GT 2018 : Belle et fonctionnelle

Rédigé par le

Prix de base
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Plus longue, plus effilée, tout à la fois plus sportive et « limousine » que la version 5 portes de la Série 5, la 6 GT nous donne d’emblée l’impression d’avoir plus d’ambition que d’être simplement la nouvelle 5 GT…

Le Concept

En longueur et habitabilité, c’est clairement une Série 7 : la 6 GT a l’empattement de la Série 7 normale (3,07 m)… que la 5 GT lui avait déjà emprunté ! Sauvons la face en même temps que notre boiteuse démonstration : considérons donc que la 5 GT était une Série 7 hatchback (à panneau de hayon haut et droit) et que la 6 GT devient une 7 liftback (à lucarne de hayon plus fortement inclinée).

  • Aussi spacieuse mais plus stylée que la 5 GT
  • Très plaisante à conduire (640i xDrive)
  • Confort et sportivité véritables
  • Que reste-il aux Série 7 ?
  • Visibilité AR (mais Park Assist Pack de série !)
  • Aides à la conduite dernier cri en option

 

Ce qui change

La Série 5 GT restera sans doute dans les annales pour avoir été la BMW qui aura été le plus loin dans le mélange de genres : sans cesser d’être une grande berline, elle voulait offrir l’habitablité d’une limousine et le sens pratique d’un monospace. Au détriment de la fibre et de l’allure sportives typiques des produits de la Bayerische Motoren Werke.

Les capacités mini/maxi du coffre passent de 440-590/1.700 à 610/1.800 dm3, une prouesse pour une berline 5 portes profilée comme un grand coupé ! Le lourd et coûteux hayon à double ouverture (du seul panneau arrière ou de l’ensemble de la 5e porte) a rejoint les oubliettes des prouesses d’ingénieurs inutiles à la vie courante… La 6 GT a préféré orner le rebord de sa 5e porte d’un bel aileron mobile complètement escamotable. On aura remarqué que la banquette arrière n’est plus coulissante, mais elle nous réserve toujours l’espace aux jambes d’une Série 7 à empattement standard et dispose de dossiers 40 :20 :40 rabattables (par leviers depuis l’entrée du coffre) et à l’inclinaison réglable électriquement. Le plancher de chargement affleure le seuil du coffre en présentant une surface rigoureusement plane lorsque les dossiers sont basculés sur les assises.

Comment ça roule ?

Le volant de la 6 GT se prend assis plus près du plancher qu’à bord de la 5 GT. Ancré plus bas que l’actuelle Série 5, le tableau de bord nous donne une meilleure visibilité vers l’avant et une plus grande sensation d’espace en largeur. Le pare-brise acoustique met la pression aérodynamique en sourdine. Le double vitrage latéral est proposé en option. Si la plateforme conserve l’empattement normal de la Série 7, les suspensions pneumatiques arrière (en série) sont empruntées à la nouvelle Série 5 Touring. À l’avant, les ressorts à air sont optionnels. Les 3 TwinPower Turbo du lancement (4 cylindres 30i de 252 ch, 6 cylindres 30d de 265 ch – ou 211 ch en version fiscale belge – et 40i de 340 ch) sont tous connus de la nouvelle Série 5 ou, en partie des Série 3/4 et 6 Gran Turismo. Nous avons conduit une 640i xDrive bardée d’options qui nous a fait le coup du meilleur des mondes (un mix « Série 4 Gran Coupé, 5 berline et Touring, 6 Gran Coupé et 7 de base » !)

Le Budget

En prix de base et à moteur identique, une 6 GT coûte 5.750 € de plus qu’une 5 berline ou, seulement, 3.300 € de plus qu’une 5 Touring sachant que notre longue liftback offre une habitabilité de Série 7 (à empattement standard) mais un volume minimal de coffre plus généreux (610 dm3 pour la 6 GT, contre 570 dm3 pour la 5 Touring). La 6 GT est aussi près de 21.000 à 23.000 € moins chère (!) qu’une 7 berline (420 dm3 de coffre) ou qu’une 6 Gran Coupé (460 dm3 de coffre). Conclusion : BMW trouve dans sa 6 GT son maître-achat parmi les modèles de haut de gamme.

Les concurrentes

Dans ces catégories, la conformation 5 portes reste très rare : aussi pourra-t-on tout au plus en citer 3, l’Audi A7 Sportback, la VW Arteon et, tout récemment, la Kia Stinger. Les autres sont des « coupés 4 portes » tels que la BMW 6 Gran Coupé (hé oui !), les Jaguar XF et XJ, la Mercedes CLS voire la bien trop chère et inatteignable Porsche Panamera Sport Turismo.

Notre Verdict

L’allure « utilitaire » ne sied pas aux BMW. Le constructeur bavarois n’a du reste jamais construit de camionnette, de vans ni même, dans les modèles du haut du panier, de monovolumes (par contre, en entrée de gamme, les Série 2 Gran/Active Tourer sont des monospaces). Munich vient de se raviser en remplaçant sa trop prosaïque Série 5 GT, aussi inventive que rébarbative, par une Série 6 GT pas moins intelligente mais autrement plus séduisante. Nous ne pouvons qu’adhérer !

Dans cet article : BMW, BMW Série 6