Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / ESSAI PROTOTYPE – Aiways U5 : le péril jaune

Le nouveau constructeur chinois Aiways affiche de grandes ambitions avec son SUV électrique. Pour prouver sa fiabilité, la marque a entrepris un essai routier long de 14.000 km entre la Chine et Francfort. Message : nous arrivons !

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

De nombreuses marques chinoises ont souvent annoncé qu’elles allaient s’attaquer au marché européen avec l’argument d’un rapport prix/qualité tout à fait imbattable. Soyons honnêtes : ça n’a jamais fonctionné, du moins tant qu’on restait cantonné à l’ère du moteur à combustion interne. Désormais, c’est l’ère électrique qui débute et de ce strict point de vue, tout pourrait changer. Car la Chine est nettement en avance par rapport à l’Europe sur le sujet des véhicules électriques tandis qu’elle détient pour l’instant le quasi-monopole sur l’exploitation et le traitement du lithium ainsi que sur la fabrication des batteries. Dès lors, certaines marques estiment que leur temps est venu. C’est le cas d’Aiways qui n’entend pas seulement conquérir l’Europe, mais le monde entier.

Ce qui change

Le premier modèle d'Aiways, le U5, a été présenté au salon de Genève en mars 2019. Concrètement, l’engin se présente sous les traits d'un SUV de taille moyenne (4,68 m de long) et il est doté d’un groupe motopropulseur BorgWarner qui développe 190 ch. La batterie qui l’alimente présente, elle, une capacité de 65 kWh qui revendique 503 km d'autonomie selon l’ancien cycle NEDC. Les chiffres WLTP ne sont pas encore disponibles, mais on imagine que l’autonomie devrait tourner autour des 400 km pour celui-ci. Le pack de batterie est fourni par le chinois CATL. Singularité toutefois : Aiways les assemble dans sa propre usine de production à Shangrao. Autre spécificité de l’U5 qui parlera davantage aux clients : son prix. Il est annoncé aux alentours de 36.000 € même si la technique de « vente » sera très spécifique : le U5 sera proposé que par le biais de leasings, privé ou professionnel.

Technologiquement, l’U5 semble à la pointe, y compris pour la connectivité. L’engin utilise ainsi l’intelligence artificielle et la reconnaissance faciale pour surveiller le conducteur et l’alerter s’il s’endort. La reconnaissance vocale est également disponible, tout comme la connexion des smartphones via Android Auto. Apple Car Play n’est par contre pas encore disponible.

Comment ça roule

Pour prouver qu'Aiways est une marque fiable et que les Européens peuvent lui faire confiance, la marque a organisé un essai routier long de plus de 14.000 km avec deux prototypes du U5. But : relier : Xi'an au salon de Francfort, en traversant tous les pays européens. Nous avons été invités pour assurer la conduite sur le tronçon Amsterdam-Paris, un voyage d'environ 500 km qui a été suffisant pour découvrir une bonne partie de la voiture. Cela dit, les choses ne se sont pas tout à fait déroulées comme prévu. Les prototypes notamment engagés dans le périple étaient des modèles accusant 2 générations de retard (ou deux phases de développement) par rapport aux U5 qui seront effectivement commercialisés l’année prochaine. Cela signifie que seul le groupe motopropulseur était conforme. Par contre, les sièges ne correspondent pas aux modèles définitifs, tout comme les boutons intérieurs et même la partie logicielle des interfaces. Difficile donc de se faire une idée précise.

En outre, l’itinéraire ne comportait que des portions autoroutières, ce qui semble aussi un peu court pour faire connaissance en profondeur avec les qualités routières de cet U5. Malgré tous ces « freins », nous avons toutefois apprécié l’isolation acoustique tout comme la quiétude et le silence du groupe motopropulseur. L’empattement assez marqué permet en outre aux passagers arrière de profiter d’un espace suffisant au niveau des jambes. Quant à la puissance disponible, si elle n’est pas ultra-démonstrative, elle suffit toutefois amplement lorsqu’il s’agit d’effectuer des manœuvres de dépassement rapide.

On s’en doute aussi : l’autonomie n’atteint pas les 503 km théoriques. La pratique (mais encore une fois réalisée sur autoroute, ce qui n’est pas particulièrement favorable) nous a laissés avec 300 km. Avec un usage mixte, les 350 km semblent donc envisageables. La moyenne sur notre trajet s’est établie selon l’ordinateur de bord à 18 kWh/100 km. Très correct donc pour un SUV. Notons qu’avec une borne en courant continu de 50 kW, la batterie peut être régénérée de 20 à 80% en 40 min seulement.

Notre verdict

Aiways prend manifestement un bon départ. L’ambition du constructeur est d’arriver sur notre marché dès 2020. Ce qui semble aussi positif, mais à la condition de bien envisager les choses. Car il faudra que le Chinois apprête son U5 de la plus belle manière qui soit, c’est-à-dire en répondant aux exigences « qualité » qui sont les nôtres. Si tel est le cas, on se demande pourquoi on ne craquerait pas, surtout à ce prix-là. Mais ça, ça vaut évidemment lorsqu’on raisonne logiquement. Et il faudra donc aussi qu’Aiways développe une grande stratégie marketing pour que les clients européens quittent leurs Tesla et autres Volkswagen.

Rédigé par le