Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.
Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

Que recherchez-vous ?

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essais moto / Zero FXE (2022) : terreur urbaine électrique

Rédigé par Motorrijder Magazine le

La Zero FXE est une moto électrique qui combine beaucoup d'avantages et beaucoup d'inconvénients. Le Moniteur Automobile a fait le test.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Concept

Une moto électrique, ça demande un peu d'adaptation. Beaucoup plus qu'avec une voiture électrique. Pas de bougie noire et pas d'huile à vérifier. Pas de poignée d'embrayage boiteuse, pas de faux point mort et pas de jeu dans le levier de vitesse. Pas de bouchons d'oreille et pas d'essence hors de prix à 2 €/l voire plus. Heureusement, il y a plus à dire sur la Zero FXE. J'aime son apparence. Il est difficile de qualifier les précédentes créations de Zero de séduisantes, mais ce n'est pas le cas de la FXE. Le beau carénage rappelle la Husqvarna Vitpilen, avec un soupçon de BMX et une pincée d'Apple. Ce minimalisme stylistique va de pair avec une lampe frontale ronde très classique, mais non moins réussie.

Dans ce genre, nous nous sommes habitués aux motos à gros gabarit. Mais la Zero FXE reste étonnamment basse : sa hauteur de selle de 843 mm est compensée par sa construction très fine. La facilité de conduite est encore améliorée par les commandes de base au guidon, avec un bouton bien visible pour les différents modes de conduite. Vous pouvez choisir entre Street, Sport et Custom. L'écran TFT trahit l'absence de la haute technologie numérique qui encombre aujourd'hui presque tous les moteurs à essence.

Il est intéressant de noter que, contrairement à ses prédécesseurs, la Zero FXE ne dispose pas du système de changement rapide de la batterie. Apparemment, seule une minorité de clients a opté pour ces piles interchangeables, et ce produit n'est donc plus proposé. La Zero FXE est équipée d'une batterie qui nécessite au moins neuf heures de charge, même lorsqu'elle est branchée sur une prise de courant pour la maison, le jardin et la cuisine. Une station de recharge réduit ce temps à quatre heures, mais nécessite un investissement de 835 €. Il est inutile de s'arrêter aux Superchargeurs de Tesla ; la Zero FXE n'est pas compatible avec les infrastructures modernes de recharge rapide. Une sacrée déception, finalement.

Zero FXE

Conduite

Pour les amateurs d'essence chevronnés, il faut s'habituer à la conduite électrique, ne serait-ce que parce qu'on tend automatiquement la main vers le levier d'embrayage et le sélecteur de vitesse. Il est également conseillé de rappeler aux autres de ne pas mettre les mains sur le guidon. Après tout, un contact allumé (sans bruit de moteur, bien sûr) signifie une accélération lorsque vous tournez le levier de commande. Le côté sombre de cette situation a été démontré de manière experte par une personne anonyme qui voulait pousser une FXE avec pilote vers l'arrière en tirant sur le guidon, ce qui a donné lieu à un wheelie stationnaire de l'homme et de la machine. Quel champ de bataille.

La Zero FXE a donc une construction aussi indestructible que les FX. Celles-ci jouissent déjà d'une sérieuse réputation de terreurs des villes lorsqu'il s'agit de durabilité dans tous les sens du terme ; après tout, il manque des pièces vulnérables telles que des parties saillantes du carter, des tuyaux, un radiateur (bouchon) et un silencieux d'échappement. Également absent : le contrôle de traction. Et avec l'ABS Bosch à bord, on pourrait s'attendre à ce que l'ABS de virage MSC soit également présent, mais cela est réservé à la SR/F, par exemple. C'est donc votre main droite qui fait tout le travail et, bien sûr, elle est très enthousiaste quant à l'aspect ludique de moto d'enfant qu'offre cette moto.

La Zero FXE, qui pèse 135 kg, se faufile rapidement dans les ronds-points, dans les chicanes et entre les rangées de voitures. Le mode sportif fait honneur à son nom en supprimant le frein moteur, ce qui vous permet de passer en douceur d'une intersection à l'autre. Pas de freins Brembo, pas même des Nissin. Il y a deux étriers de la firme espagnole J. Juan... Mais ils font un bien meilleur travail que ce à quoi on pourrait s'attendre au vu de l'extérieur peu engageant. Cette austérité fonctionnelle ne s'étend pas à la suspension, puisque la Zero FXE électrique s'appuie sur des Showas entièrement réglables à l'avant et à l'arrière. Pour être complet : vitesse maximale. La Zero FXE de 106 Nm atteint 135 km/h en Sport et 115 km/h en Eco, mais elle est exempte de vibrations.

Zero FXE

Verdict

Une moto électrique telle que la Zero FXE plaira surtout aux jeunes qui recherchent une mobilité super rapide et joyeuse. Mais les amateurs d'essence chevronnés ne doivent pas détourner le regard, car un essai de la Zero FXE pourrait bien leur ouvrir les yeux. Ne serait-ce que parce que ce mode de locomotion électrique est un complément agréable au mode de conduite classique de la moto, et non une menace. Pas encore, du moins...

Zero FXE

Source : cet essai a été réalisé par notre partenaire Motorrijder-magazine.

Essais

Nos essais

Stocks

Voitures de stocks à la une

Occasions

Voitures d'occasions à la une

Trouvez l'assurance qui vous convient
  • Trouvez l'assurance qui vous convient

  • Le Moniteur Automobile, en partenariat avec Hopala, vous aide à trouver l'assurance auto qui correspond le mieux à vos besoins.

  • Commencer la recherche