Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Black Friday

Offre Black Friday : -20% sur votre abonnement annuel !

J'en profite

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Je m'abonne

Essais courts / DFSK Glory 580 (2020) - à la poursuite de la gloire

OneAutomotive est un ancien concessionnaire Kia situé en Campine qui importe des voitures chinoises en Belgique. Comme cette DFSK Glory 580.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Concept

DFSK, alias Dongfeng Sokon, est l'un des trois grands constructeurs en Chine. C'est également une entreprise publique qui est chargée de produire une grande partie du parc automobile chinois, tant en ce qui concerne ses propres modèles que comme sous-traitant pour d'autres marques. Comme toutes les Citroën et Peugeot destinées à la Chine, par exemple. Ce n'est pas une coïncidence, étant donné que Dongfeng est un actionnaire important des deux marques françaises (avec 14 %, les Chinois sont le deuxième actionnaire de PSA). Au total, nous parlons d'une production annuelle de plus de 26 millions de véhicules. Assez pour rétrograder la production européenne à du travail d'amateurs en termes de quantité.

Le Glory 580 est l'un des SUV de milieu de gamme de la marque. Un sept places récemment arrivé par bateau en Belgique (il avait auparavant été introduit en Espagne et en Allemagne) et qui est disponible en sept couleurs de carrosserie et un seul niveau d'équipement. En matière de propulsion, ce DFSK repose sur un moteur 1.5 turbo Mitsubishi, couplé à une CVT de série et capable de produire 146 ch et un couple maximum de 210 Nm.

L'intérieur est un mélange de boutons connus et de leviers familiers, car Dongfeng récupère la plupart des commandes auprès des marques avec lesquelles elle a des accords de production. Si ce n'est l'absence totale d'identité propre, ces pièces copiées donnent une impression de qualité qui était étrangère à la flotte chinoise jusqu'à récemment. Les matériaux ont l'air de bonne qualité et l'assemblage également. D'accord, le tableau de bord est un peu daté, ce qui n'est pas forcément étrange si vous savez que le concept de base remonte à 2016.

Pour l'équipement électronique, le DFSK utilise même un calendrier très distinct. La navigation dans notre Glory d'essai ne parlait que le chinois, la fonction radio DAB manquait, la climatisation donnait du chaud ou du froid, mais rien entre les deux et pour obtenir une copie de l'écran de notre téléphone, il nous a fallu pirater le système d'abord. Rien d'insurmontable, mais cela place le statut "full options" de ce 580 sous un jour légèrement différent.

La voie à suivre

Malgré son certificat Euro 6d, le 1.5 turbo Mitsubishi obtient des résultats catastrophiques dans les tests de consommation. Sa moyenne de 6,8 l/100 km s'accompagne d'émissions de CO2 de 222 g/km. Le Moyen Age n'est pas loin... Une théorie qui se confirme dans la pratique. Lors de notre court essai routier, qui ne comprenait pratiquement pas d'autoroute, nous avons rapidement atteint 11 l/100 km. Sans vraiment cravacher la voiture. Les seuls à s'en réjouir sont votre pompiste local et le gouvernement, une lacune à laquelle OneAutomotive répond habilement en équipant votre Glory d'un réservoir supplémentaire si vous le souhaitez. Qu'il s'agisse de LPG ou de GNC, le choix vous est laissé.

Maintenant, avec cette forte consommation de carburant, nous avons couvert les plus grands inconvénients de ce SUV. En outre, le quatre cylindres fait son travail avec aisance et assez silencieusement, tandis que la transmission à variation continue se révèle également être une compagne assez agréable. Ce n'est qu'à haute vitesse que le régulateur de vitesse maintient le moteur à haut régime et fait fi de sa fonction première. Un scénario que nous essaierions donc d'éviter autant que possible, car ces décibels supplémentaires ne s'atténuent pas via un rapport de boîte supérieur. Par conséquent, les conducteurs paisibles sont également victimes de la même sanction.

Toutefois, par son comportement, le Glory a réussi à nous surprendre très agréablement. Les inégalités sont digérées avec une certaine raideur, sans que cela ne fasse obstacle à un bon rythme. Cela nous a rappelé un peu le CR-V. Que cette Honda soit "par hasard" également fabriquée par Dongfeng ne sera probablement pas une totale coïncidence. Le Glory s'intègre parfaitement à nos flux de circulation, ni plus, ni moins.

Il en va de même pour son niveau de sécurité, d'ailleurs. L'importateur se targue d'avoir obtenu un score parfait aux tests C-NCAP - une version chinoise qui ne différerait de nos normes européennes en matière de collision qu'en ne faisant pas payer les filets de sécurité électroniques. Cependant, des recherches plus approfondies montrent que ces résultats C-NCAP ne sont signés ni par le gouvernement chinois, ni par tous les fabricants chinois. Si nous lisons ici et là que les notes données peuvent apparemment être ajustées sous réserve d'un "parrainage" supplémentaire, alors nous ne manquerons pas d'exprimer nos réserves quant à ce score parfait obtenu dans le cadre d'un test non certifié.

Verdict

Pourquoi seriez-vous intéressé par un SUV à l'allure un peu vieillotte et au moteur essence soiffard ? C'est simple, car le Glory 580 est à vous pour 23.990 €. Dans le cas d'une installation au LPG, le prix sera de 26.440 €, comptez un prix de base de 27.680 € pour le CNG.

Des montants encore plus que raisonnables pour un SUV offrant l'espace d'un Skoda Kodiaq. Un sept places qui est également équipé de tout le confort. Un rapport prix/équipement difficile à battre. Et qui aura sans doute sa clientèle. Ces clients seront-ils nombreux ? Probablement pas. Mais cela suffira pour garder la porte du marché européen entrebaillée. Après quoi un véhicule électrique moderne doté d'une électronique de pointe pourra ouvrir complètement la porte.

 

Journaliste AutoGids/AutoWereld