Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

CALCULE TAXE

Connaître dès maintenant le montant des taxes de ma nouvelle voiture privée

CALCULER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Renault Zoé Z.E. 40 : Sur les traces de Tesla

Sommaire :

En bref

  • La dynamique

    Rouler en Zoé, c’est être certain d’évoluer dans un environnement zen et relaxant. Surtout en ville. Sur les grands axes, les performances restent appréciables bien qu’elles faiblissent à l'approche de la bride des 135 km/h. Le comportement dynamique, lui, ne souffre pas la critique. Si l’on aurait aimé disposer d’un freinage régénérateur plus marqué, éventuellement modulable, il faut reconnaître que la Zoé n’impose aucune aptitude particulière pour l’apprivoiser.

  • Sécurité

    Misant sur sa technologie électrique, la Zoé ne compte pas trop sur son équipement sécuritaire pour séduire. L’attirail électronique se contente des fonctions classiques liées à l’ESP sans proposer le moindre équipement moderne en sus. On ne dénombre que quatre airbags, sans possibilité d’en ajouter. On trouve trois paires d’attaches Isofix (dont une sur le siège du passager avant). Signalons tout de même qu’en 2013, Euro-NCAP avait auréolé la Zoé de 5 étoiles.

  • Confort

    Sauf aux vitesses autoroutières, la Zoé se montre silencieuse. L’amortissement assure un confort appréciable, à part sur les hautes fréquences. Surtout avec les jantes de 17 pouces. Et les places arrière ne plairont pas aux grands gabarits en raison d’une garde au toit chiche. La pompe à chaleur semble suffisamment efficace pour tempérer l’habitacle. Surtout si l’on prend la peine d’utiliser le système de préconditionnement avant son départ.

  • Sens pratique

    Les grandes portes ménagent un accès aisé . L’implantation semi-haute des sièges permet de se glisser à bord sans gymnastique. Le coffre se révèle suffisamment vaste (338 l) et présente des formes pratiques. La version Bose Edition impose de composer avec un caisson de basses particulièrement mal intégré. A bord, on déplore toujours la présence de nombreux plastiques durs peu flatteurs et créant des reflets désagréables dans le pare-brise.

  • La connectivité

    La tablette R-Link permet de jouir de plusieurs applications «électromobilité», comme la gestion de la recharge ou le préconditionnement de l’habitacle. Les nouvelles fonctions Z.E. Trip et Z.E. Pass permettent de localiser une borne à distance et d’en régler la facture. L’application Z.E. pour smartphone intègre la navigation porte-à-porte. Dommage que la tablette R-Link ne soit toujours pas compatible avec Android Auto ou Apple CarPlay.

  • Budget

    A partir de 24.550€ en Life, soit 2.500 de plus que l’Entry dotée de la petite batterie de 22 kWh, la nouvelle version Z.E. 40 n’impose pas un supplément rédhibitoire compte tenu de l’évolution de son autonomie. En haut de gamme, la nouvelle exécution Bose Edition se pare d’un intérieur plus chic, mais voit son prix grimper à 29.150 €, auxquels il faudra ajouter une location mensuelle (entre 69 et 119 €) ou, nouvelle possibilité, 8.500€ pour acheter la batterie.

Renault Zoé Z.E. 40 : Sur les traces de Tesla
Conclusion / Renault Zoé Z.E. 40 : Sur les traces de Tesla

Le remodelage de la Zoé ne modifie pas son look, n’étoffe pas vraiment son équipement (hormis une installation Bose dont le subwoofer vient se greffer vulgairement dans le coffre, comme une verrue sur un appendice nasal) et n’améliore pas sa qualité de finition qui reste très moyenne. Par contre, l’arrivée de la batterie de 41 kWh augmente clairement la polyvalence d’usage de la Zoé sans imposer un surcout rédhibitoire. Avec, au minimum, toujours plus de 200 km en stock en démarrant le matin, voire 300 km dans un environnement urbain, la «range anxiety» disparaît rapidement.

Lire la suite? Téléchargez GRATUITEMENT l'essai complet!