Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Essai détaillé / Mercedes SLS AMG Roadster

À ceux qui n'auraient pas encore succombé au fuselage racé et aux portes «papillon» du Coupé SLS AMG, Mercedes offre une seconde chance. Voici le Roadster. Ou comment se décoiffer avec élégance.

Mercedes SLS AMG Roadster #1
Prix
NC
  • Avis Rédaction 14.04 /20

Sommaire :

L'opération était prévue de longue date. Et les ingénieurs avaient été priés d'intégrer la donne dès les premiers stades du développement. Pas question ici, comme sur la coque en carbone de la SLR, de chipoter avec des tubes d'acier pour donner de la rigidité au parebrise et garantir la sécurité. Le châssis de la SLS Roadster est presque intégralement réalisé en alu, comme celui du coupé. Le poids de la caisse en blanc du roadster (donné pour 243 kg) n'augmente que de 2 kg par rapport à celui du coupé. Un bref coup d'oeil à nos archives montre également un gain d'environ 100 kg par rapport à la coque, pourtant en carbone mais plus encombrante, d'une SLR Roadster. Enfin, comme pour le coupé, le processus de fabrication est légèrement plus complexe que celui d'une berline classique.

Conduite : 166/200

Entièrement assemblé à la main, le V8 est une vraie pièce d'orfèvrerie. Souple et alerte dès les plus bas régimes, il prend ses tours avec une aisance rare... jusqu'à 7200 tr/min! La bande son est fantastique grâce à un échappement particulièrement travaillé. Etonnamment douce en utilisation normale, la boîte automatique à 7 rapports et double embrayage reste toujours un peu trop lente dans ses réactions. Placé à près de 2 m du volant, il faut un peu de temps pour cerner le train avant.

Sécurité : 164/200

Sans conteste plus sain et rigoureux qu'avant, le comportement dynamique profite de la bonne rigidité du châssis en alu. La protection des passagers est assurée par une paire d'arceaux fixes et par tout l'attirail habituel embarqué. Les disques standards (éléments en fonte sur bols en alu) pincés par des étriers fixes suffisent largement à contenir les ardeurs du roadster sur une route ouverte. Pour le circuit, les indestructibles freins Carbon-Ceramic ne sont cependant pas à négliger.

Confort : 130/200

La suspension adaptative Ride Control AMG (2.406,69 euros) comble une lacune importante du coupé: un «toucher de route» exagérément ferme sur les revêtements dégradés. La capote en toile triple épaisseur assure une bonne isolation phonique et thermique. L'ergonomie générale de l'habitacle est celle des berlines de la marque, mais l'habitabilité souffre d'un tunnel de transmission large et encombrant. La clim' automatique bizone est de série, contrairement au réglage électrique des sièges.

Fonctionnalité : 104/200

Sans porte papillon meurtrière pour la tête, l'accès à bord est facilité. La visibilité périphérique ne s'est pas dégradée du coupé au roadster... mais vu qu'elle était déjà particulièrement médiocre pour la version fermée, la SLS AMG toilée n'est toujours pas la plus à l'aise pour circuler dans les endroits encombrés. Bonne nouvelle: la toile ne mord quasiment pas sur le coffre. Mauvaise nouvelle: on n'a toujours droit qu'à 173 l, qui plus est mal agencés. Pénalisant pour les virées en week-end.

Budget : 138/200

Notre essai se solde par 18 l/100 de conso moyenne. Une donnée sans grande valeur pour l'amateurs de ce genre d'automobiles préparé à (ou inconscient de ?) la dépense. À 204.490 euros, le roadster SLS AMG est près de 8.600 euros plus cher que le coupé... sans être mieux équipé. Si la valeur de revente semble plutôt bien assurée, on déplore toujours qu'un constructeur comme Mercedes ne garantisse pas plus longtemps ses produits. Surtout qu'en l'occurrence, le montant investi par le client est salé.

Conclusion : 702/1000

Bien que la capote ne s'impose toujours pas chez nous comme une évidence, il faut reconnaître que la SLS AMG Roadster a de quoi envoûter. Parce qu'avec elle, le châssis et le V8 se dévoilent sous une autre dimension, parce que la toile lui donne encore une ligne plus pure ou simplement parce qu'elle dégage cette sorte de férocité typique des roadsters sauvages sans sombrer dans l'animalité, on peut la classer parmi les légendes qui font et feront encore longtemps rêver les passionnés. Ou succomber... qui pourra.

  • Ligne sculpturale, proportions fascinantes
  • V8 atmosphérique de grand cru
  • Bande son divine
  • (Dé)capotage rapide et autorisé en roulant
  • Confort de marche (avec suspension adaptative)
  • Présentation intérieure, qualité de finition
  • Réactivité de la boîte aut.(surtout en modeM)
  • Rapport encombrement/habitabilité très médiocre
  • Trop peu d’espaces de rangement
  • Visibilité périphérique limitée
  • Volume du coffre pénalisant
  • Budget d’utilisation costaud(prix,conso...)

Dans cet article : Mercedes-Benz, Mercedes-Benz SLS AMG

Les concurrentes