Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Ma nouvelle voiture au meilleur prix. Découvrez toutes les remises du moment sur Autopromos.

Ma nouvelle voiture au meilleur prix. Découvrez toutes les remises du moment sur Autopromos.

J'en profite

Environnement / Confinement : alerte pollution fin mars début avril

En Belgique et en France (Île-de-France et Grand Est), des pics de pollution aux particules fines ont été constatés en plein confinement. Alors que le trafic automobile est quasiment à l’arrêt ?

Sommaire :

Durant le week-end du 28-29 mars en France et du vendredi 27 mars au samedi 28 mars en Belgique, les stations de mesures ont constaté une forte pollution aux particules fines PM10. Ainsi, le 27 mars, les capteurs flamands de l’IRCEL-CELINE (Cellule interrégionale pour l’environnement) ont enregistré une concentration moyenne de 58 µg/m³. Ce niveau est normalement synonyme d’alerte, car cela correspond au seuil de sensibilisation. Le 27 mars a d’ailleurs été un jour plutôt mauvais dans tout le pays avec une moyenne de 55 µg/m³ au niveau national dont 52 µg/m³ pour la Wallonie et, plutôt préservée, 40 µg/m³ à Bruxelles (données IRCELINE). Les résultats sont similaires pour les particules PM2,5.

Mauvais week-end

Les journées du 8 et du 9 avril ont également été chargées en particules fines avec une moyenne nationale de respectivement 44 et 43 µg/m³. Et la qualité générale de l’air (BelAQI) était moyenne à très médiocre avec des indices de 5 à 7 sur 10 selon les régions, 10 étant synonyme d’un air « exécrable ». Alors même que la plupart des voitures étaient au garage ou stationnées avec une chute du trafic automobile de 60 % selon le Centre flamand de la circulation (het Vlaams Verkeerscentrum). Durant le week-end de Pâques, avec des températures presque estivales, par contre, l’air était de bonne qualité (4 à 5 sur 10, selon l’indice BelAQI de l’IRCELINE).

La faute à qui ?

Certes, le trafic des voitures particulières et des motos n’a pas complètement disparu, surtout en semaine (alors que les pics ci-dessus ont été observés le week-end). De plus, toute une partie de l’économie et de l’industrie continue à fonctionner avec des poids lourds en circulation. Cependant, la baisse constatée du trafic des poids lourds est quand même de 20 %. La hausse des livraisons à domicile fait tourner les camionnettes sur nos routes. Mais pas au point d’être seule responsable de cette concentration de particules fines. En effet, en plus de la circulation, les raisons sont multiples : le chauffage, la météo, l’industrie, l’agriculture, le relief, etc. Pour les deux week-ends où l’air était médiocre, on peut pointer la météo, les épandages agricoles et le chauffage.

Haro sur le bois

Les Belges bloqués à la maison ont continué à chauffer leur domicile en journée fin mars début avril. Et comme de nombreuses maisons sont mal isolées, et que les énergies fossiles sont utilisées couramment, les rejets sont d’autant plus importants. Sans négliger ceux qui ont décidé de se consoler du confinement avec une soirée devant la cheminée au feu de bois. Or, le chauffage au bois, neutre en CO2, est une catastrophe en matière d’émissions de particules. Et comme il n’y a eu ni pluie ni vent pour emporter toutes ces poussières, elles stagnaient avec leurs particules. Mais le principal agent en cette période particulière, cela a été la fertilisation des champs ! Certes, il est probable que la situation eut été pire avec une circulation automobile à son niveau habituel et une industrie à plein régime.

Dioxyde d’azote

Le NO2 est un autre polluant attribué au trafic. Pourtant, la pluie avant le confinement a permis à la qualité de l’air d’être bonne. Cette qualité l’est restée après le confinement malgré des conditions climatiques ensoleillées avec peu de vent. Il y a toutefois eu quelques coups de chaud le 8 avril dernier, mais rien de très alarmant. En fait, la météo joue un rôle important dans la dispersion, l’accumulation et l’interaction des polluants. Dès lors, il faudra attendre encore quelques semaines pour voir le degré de l’éventuel bénéfice sur la qualité de l’air de la réduction drastique de la circulation en ville, mais aussi à la campagne et à proximité des autoroutes. Le Covid-19 nous donne en tout cas l’occasion de tester le réseau routier avec un taux d’utilisation très réduit. Un laboratoire unique pour valider ou non certaines observations de l’impact du trafic sur l’environnement.

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.