Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

YOUNGTIMERS RALLY ? Les pré-inscriptions sont toujours ouvertes !  Let’s do it !

YOUNGTIMERS RALLY ? Les pré-inscriptions sont toujours ouvertes ! Let’s do it !

S'inscrire

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / L’Audi A7 2018 : Révolution digitale

L’Audi A7 nouvelle mouture en met plein la vue avec son jeu de lumière et son instrumentation entièrement tactile. Un feu d’artifices de nouvelles technologies qui ne se cantonne pas aux apparats.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

L’Audi A7, c’est une grande routière vêtue de la robe sexy d’un grand coupé-berline. A l’instar de sa devancière, elle peut accueillir 5 passagers avec leurs bagages dans un coffre au volume inchangé (535 l). Son empattement en progrès de 1,2 cm libère 2 cm d’espace supplémentaire aux jambes sur la banquette par rapport à la 1e génération du modèle. Lancée en 2010, cette dernière avait pour mission de concurrencer la Mercedes CLS lancé 6 ans plus tôt. Hasard du calendrier, elle aussi connaît un changement de génération. Le duel est d’ores et déjà programmé.

Ce qui change

L’Audi A7 hérite des technologies numériques récemment étrennées par la limousine A8. Tout ce qui touche à la ventilation est désormais commandé via un écran tactile 8,6’’ dédié, installé juste au dessous de l’écran 10,1’’, tactile lui aussi, du système multimédia. Des écrans qui mettent vos sens en émoi, en renvoyant un clic sensoriel lorsqu’on les pointe du doigt ; c’est surprenant. Une fonctionnalité qui permet de se familiariser avec le tactile tout en conservant le retour sensitif d’un véritable bouton. En revanche, elle ralentit quelque peu la navigation dans les différents menus. Mais rassurez vous, on peut aussi la désactiver.

L’A7 est à la pointe de la technologie y compris en terme de navigation où elle utilise une cartographie 3D Google complétée de l’applicatif HERE et planifie les trajets suivant les préférences du conducteur que l’A7 apprend à connaître un peu mieux chaque jour. Elle communique aussi avec d’autres véhicules via Car-to-X pour optimiser les trajets et réduire les risques d’accident. L’A7 propose aussi quantité d’applications en ligne ainsi qu’une borne Wi-Fi.

L’Audi A7 est commercialisée avec deux V6 3.0, munis d’un système hybride 48V. Le bloc à essence 55 TFSI délivre 340 ch et 500 Nm, le Diesel 50 TDI 286 ch et 620 Nm. Des couples de camion distribués aux 4 roues motrices (et désormais directrices en option) via la boite 7 robotisée S tronic en essence et l’unité automatique à 8 rapports en Diesel.

Comment ça roule?

L’A7 repose sur la structure modulaire MLB Evo que partagent déjà les A4, A5, Q5 et Q7. Munie de la transmission quattro, elle jouit d’un bon équilibre sur la route qui la rend diablement efficace et performante, quel que soit le V6 qui l’anime. Le 55 TFSI ravit par son élasticité tandis que sa boite robotisée à double embrayage enquille les rapports avec une réactivité rare. La boite 8 automatique qui accompagne le Diesel favorise davantage l’économie de carburant en profitant de l’effet roue libre. Mais une fois le mode Sport activé, elle exploite tout le potentiel du 50 TDI qui se met alors à chanter dans une sonorité rauque qui n’est pas pour nous déplaire. Essence ou Diesel, les sensations sont donc au rendez-vous. L’un comme l’autre font de le l’A7 le parfait compromis pour celui qui recherche une grande routière au profil dynamique et parfois musclé, suivant le diamètre des jantes. A ce sujet, les grandes roues de 21’’ sont à proscrire même en combinaison de la suspension pneumatique ; ça percute à la moindre irrégularité. Notons enfin que les 4 roues directrices apportent un plus indéniable en terme de maniabilité. Ce qui s’avère très pratique pour évoluer en ville avec ce coupé-berline de près de 5 m de long.

Budget/équipement

Audi commercialise pour l’heure l’A7 avec de surpuissants V6 associés à d’excellentes boites automatisées et une transmission intégrale quattro évoluées. Les tarifs suivent ces technologies de pointe : 69.900 € pour le Diesel et 71.500 € pour l’essence ; et vous n’avez pas encore jetez un œil sur le catalogue des options…

Les concurrentes

Précurseur du genre, c’est la Mercedes CLS qu’Audi souhaite concurrencer avec son A7. La nouvelle mouture vient d’être dévoilée à l’occasion du salon de Los Angeles. On pouvait d’ailleurs la découvrir en première européenne sur le salon de Bruxelles. Mais il faudra aussi compter sur la nouvelle BMW Série 6 GT (ex 5 GT) qui change de nom et surtout d’apparence. Plus prestigieuse, la Porsche Panamera joue dans la même catégorie.

Notre verdict

A l’instar de sa devancière, la nouvelle A7 procure tout le confort d’une grande routière avec une touche de sportivité. Elle se montre même redoutable sur la route lorsqu’elle est bien emmenée. Ses technologies digitales apportent, quant à elles, une pointe de modernité dans un habitacle qui était déjà à la pointe de la technologie.

  • V6 quattro redoutable d’efficacité
  • Compromis confort/sportivité
  • A la pointe de la technologie sur toute la ligne
  • Tarifs élitistes !
  • Beaucoup d’écrans…
  • Ligne plus musclées, moins subtile…

Dans cet article : Audi, Audi A7

Rédigé par le

Les concurrentes