Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

MY GREEN CAR

Tout sur la mobilité "verte" dans MY GREEN CAR

DECOUVRIR

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Lotus Exige S

Des aides électroniques à la conduite, un poids en hausse et un équipement de série généreux… La nouvelle Lotus Exige S aurait-elle vendu son âme au diable?

  • Avis Rédaction 14.80/20

Sommaire :

Lotus sort d’une longue période de difficultés. En 2009, l’actionnaire majoritaire du petit constructeur britannique, le groupe malaisien Proton Holdings (également propriétaire de la marque automobile du même nom), lassé de voir les pertes s’accumuler chez Lotus, nomme Dany Bahar à sa tête. Le Turc, débauché chez Ferrari, présente au salon de Paris 2010 un plan d’action pour faire retrouver au constructeur d’Hethel le chemin du profit, même s’il lui faut, pour atteindre cet objectif, décevoir nombre de fanatiques de la marque.
Alors que Lotus a toujours construit des voitures très légères animées par des mécaniques relativement modestes («To add speed, add lightness», «Si vous voulez aller plus vite, allégez», aurait un jour dit Colin Chapman, le créateur de la marque…), Bahar lance un plan ambitieux à la philosophie très différente. Il s’agit de sortir pas moins de 5 nouveaux modèles au cours des 5 prochaines années. Tous sont des voitures plus chères, plus puissantes, plus complexes (motorisation hybride…) et surtout nettement plus lourdes.
En janvier 2012, Proton est repris par DRB-HICOM, une autre société malaisienne, dont l’intérêt pour Lotus est bien moindre. DRB-HICOM commence par accuser Bahar de fraudes portant sur des notes de frais, avant de le mettre à la porte. Ce départ sonne aussi le glas du mégalomane plan de relance de la marque et les Britanniques se retrouvent seuls dans leur coin, loin de la Malaisie, à faire ce qu’ils ont toujours fait: développer des voitures de sport ultralégères. Mais comme les budgets étaient longuement restés bloqués en Malaisie avant que DRB-HICOM décide finalement de poursuivre l’aventure Lotus, les choses ont pris du retard et l’Exige S n’a été dévoilée que fin 2012. Au contraire des deux précédentes Exige, cette Exige S n’est pas une variante coupé plus radicale de l’Elise, mais bien un modèle à part, à la philosophie propre. Nous aurons l’occasion d’y revenir…

Dans cet article : Lotus, Lotus Exige

Rédigé par le

Les concurrentes