Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Quel modèle mérite de recevoir le prix de la meilleure voiture 2021 ?

Quel modèle mérite de recevoir le prix de la meilleure voiture 2021 ?

Voter

Coin de la rédaction / Rédacteurs sans filtre - Lamborghini et Ferrari électriques, quid de la passion ?

Ferrari et Lamborghini ont annoncé de futurs modèles électriques. Sans les symphonies majeures de leurs cathédrales mécaniques, les deux marques italiennes sauront-elles encore générer la passion qui les caractérise aux yeux du public ?

Sommaire :

Au-delà de leur rigueur journalistique et de leur point de vue de professionnels de l’automobile, les membres de la rédaction sont avant tout des automobilistes et des citoyens lambda. Dans « Rédacteurs sans filtre », c’est le cœur qui s’exprime avant tout ! Cette semaine, nous leur avons demandé s'ils pensaient que Ferrari et Lamborghini seraient encore en mesure de générer de la passion avec des modèles électriques.

J’ai parfois du mal à me l’admettre, mais au fond de moi j’ai la conviction que ma passion de l’automobile n’est pas qu’une affaire de mécanique. Bien sûr, lorsqu’on parle de constructeurs comme Lamborghini ou Ferrari, qui se sont forgés une réputation en développant des déclinaisons nobles et puissantes du moteur à explosion - un concept vieux d’au moins 150 ans, il faut tout de même le rappeler – c’est une composante (très, très, très) importante...

Mais en fin de compte, rien de plus qu’une composante parmi d’autres, toutes celles qui constituent l’objet entier qu’on appelle communément automobile. Au même titre que l’ergonomie, la partie liaison au sol, l’habitacle ou le style. Autant d’éléments sur lesquels ces deux constructeurs sont aussi capables de générer une certaine passion. Pour le reste, il est clair qu’il ne sera pas simple pour eux de se réinventer, de se construire une nouvelle histoire qui ne tourne plus autour de la mécanique pure mais plutôt de la force motrice en général, et qui sera très certainement ciblée sur l’électricité ces prochaines années. Faisons leur confiance !

D’autres constructeurs nous prouvent peu à peu que l’électricité n’est pas incompatible avec l’émotion, le plaisir ou les sensations… Pourquoi Lamborghini ou Ferrari n’y arriveraient ils pas ?

Je pense qu'une partie de la passion sera conservée, mais qu'une autre sera certainement perdue (du moins temporairement). Le design exotique d'une supercar sera conservé. En effet, grâce à la plus grande liberté de la propulsion électrique en matière d'emballage et à l'évolution constante des techniques et des matériaux, nous obtiendrons des Ferrari, des Lamborghini, etc. avec une carrosserie que nous aurions jugée impossible il y a seulement quelques années. Il en va de même pour des éléments tels que les technologies ou fonctions exclusives qui ne sont pas possibles sur les voitures produites en grande série, mais qui le sont sur des modèles exclusifs coûtant quelques centaines de milliers d'euros. Sans parler des performances incroyables qu'atteindront ces super ou hypercars électriques.

Mais la perte inévitable concerne le son et la splendeur mécanique d'un gros et puissant moteur. C'est quelque chose que je ne craignais pas vraiment jusqu'à récemment : pour les trajets quotidiens, il est encore plus agréable de se déplacer avec un moteur électrique qu'avec un banal trois ou quatre cylindres. Mais après avoir récemment eu la chance de conduire une Aston Martin décapotable sur les magnifiques routes de l'Eifel, j'ai soudain réalisé que la symphonie d'un V8 ou d'un V12 n'existera bientôt plus. Il s'agit de la dernière génération de moteurs à combustion interne "purs".

Dans un avenir proche, il ne sera tout simplement plus possible d'acheter cette expérience à l'état neuf. Cela me fait espérer qu'au moins pour les voitures-plaisir (et de préférence pas seulement celles qui sont très chères), nous pourrons conserver une partie de la technologie des moteurs à combustion, qu'il s'agisse de carburant synthétique ou d'hydrogène. De préférence lorsque nous aurons résolu la question énergétique, bien sûr, pour soulager notre conscience écologique. Il serait vraiment dommage que toute cette culture de passionnés écoutant avec excitation le rugissement d'une voiture de sport disparaisse, n'est-ce pas ?

Telle ou telle évolution peut-elle générer de la passion ? La question revient cette fois pour la voiture électrique. La passion est un subtil mélange de style, d'innovation, d’histoire et de performances. Et aussi de sonorité.

C’est sur cet aspect que des Ferrari et Lamborghini électriques auront sans doute du mal à garder les puristes des V8, V10 et V12. Lesquels ont déjà dû accepter des moteurs turbo et des SUV. Heureusement sans Diesel ! L’évolution est constante et les générations les plus jeunes ont certainement d’autres curseurs pour définir leur degré d’émotivité face à une supercar exclusive. La passion devrait rester, avec d’autres critères.

Pour autant que ces marques arrivent à ménager la chèvre et le chou pour assurer leur pérennité. Quant à ceux qui ne peuvent concevoir un cheval cabré ou un taureau silencieux (voire avec un son artificiel), ils pourront toujours se consoler avec les anciens modèles de ces deux marques. Des ancêtres au charme intact !

Oui, Ferrari et Lamborghini seront en mesure de génerer de la passion avec des véhicules électriques, même si ce sera plus difficile qu'avant !

Après tout, l'aspect terne des moteurs en V fait partie intégrante de l'expérience. Lorsque cela disparaît - ou est comblé artificiellement - cela se répercute sur les sensations offertes. La grande inconnue est donc de savoir si Ferrari et Lamborghini parviendront à combler ce fossé grâce à la seule expérience de conduite ?

C’est avec «ces marques-là» que la fracture passionnelle et idéologique entre thermique et électrique est la plus franche… et déchirante pour les fanatiques. On conseillerait de toute façon à Ferrari ou Lamborghini de la jouer à la Porsche, en présentant deux gammes simultanées, thermique et électrique, le temps qu’une (grosse) partie de la clientèle avale la pilule et glisse, presque sans s’en rendre compte, du pétrole à l’ion.

Reste que l’on y perdra quelque chose, c’est évident. Que des Corsa ou des Peugeot 208 troquent leur 1.2 essence ou 1.5 Diesel pour un rotor électrique, tant mieux, cela ne leur apporte que du bon en agrément. Mais comment remplacer les V8 et V12 ? Chez Lambo ou Ferrari, le principal est précisément là, dans le bruit, le noble vacarme !

On espère que les Italiens utiliseront leur riche histoire pour nous séduire – autrement - avec des créations purement passionnelles et non des fusées stériles de 1000 ou 2000 ch. En redynamisant l’art des belles carrosserie. Une barquette électrique façon e-166 MM, voire une e-350 GT nouvelle mouture, on ne demanderait qu’à voir… Dans les générations à venir, la cote des italiennes thermiques ne peut que s’enflammer.

Je crois qu'ils parviendront à générer encore de la passion, du moins dans le cas de Ferrari. Remplacer un V12 rugissant par un moteur électrique ronronnant, tout en conservant cette expérience de conduite caractéristique : ce sera évidemment une tâche difficile.

Avec la puissance et les performances, ils ne peuvent pas faire la différence, et cela n'a pas de sens quand on sait que les Tesla les plus rapides passent de 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes. Mais les nouvelles technologies offrent d'autres nouvelles possibilités de se rendre au travail.

Si vous regardez l'attention que les Italiens portent à leurs échappements, qu'ils construisent comme une caisse de résonance, alors je suis sûr qu'ils peuvent faire quelque chose de spécial avec le son d'un véhicule électrique également, même si ce sera complètement différent. Ferrari emploie des ingénieurs de très haut niveau, qui ont toujours accueilli les innovations et ont su les intégrer sans altérer la sensation de conduite unique de leurs voitures ; je pense aux systèmes électroniques d'aide à la conduite, aux transmissions semi-automatiques ou aux filtres à particules. Je suis sûr qu'ils peuvent aussi faire de la conduite électrique quelque chose de spécial, tout comme Porsche l'a fait avec la Taycan. Tant qu'ils n'imposent pas un son de V12 numérisé dans les haut-parleurs.

NEWSLETTER

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.