Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

MY GREEN CAR

Tout sur les voitures "vertes" dans MY GREEN CAR

DECOUVRIR

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Volkswagen Touareg : Le trouble-fête

Avec cette troisième génération du Touareg, VW vise ni plus ni moins que le premium. Et le constructeur donne à son nouveau SUV les moyens de ses ambitions.

  • Avis Rédaction 15.89/20

Sommaire :

Par Laurent Zilli

Le concept

Notez que dans son habit de vaisseau amiral de la marque, le Touareg n'a jamais été à proprement parler un véhicule populaire. Mais cette fois, VW semble vouloir y aller encore plus fort, et attaquer des cibles nommément citées: BMW X5, Mercedes GLE, Volvo XC90 et même Audi Q7. Et le prix de base du nouveau Touareg est d'ailleurs déjà une indication de la clientèle visée: 66.000 €. Ca pique un peu…

Ce qui change

Comme les autres grands SUV du groupe, le Touareg partage ses dessous avec les Q7 et autres Cayenne, soit la fameuse architecture modulaire MLB. Sous le capot du Touareg, 6 cylindres seront le minimum. L'offre de lancement se compose du seul V6 TDI 3.0 de 286 ch, qui sera rapidement suivi d'une version 231 ch. Plus tard arriveront encore un V6 TSI de 340 ch et un V8 TDI 4.0 de 420 ch. Une version hybride rechargeable est également au programme, mais on ignore encore pour quand et sur quelle base mécanique. Tous les Touareg sont équipés en série de la transmission 4Motion, que l'on pourra agrémenter du Pack Offroad optionnel, pack composé de protections supplémentaires des soubassements, de modes de conduite spécifiques au hors-piste et d'un plus grand réservoir (90 litres au lieu de 75).

Le Touareg a grandi: plus de 8 cm en longueur (près de 4,9 m à présent), et 4,4 cm en largeur. Il a en revanche perdu 3 cm en hauteur, ce qui lui donne une silhouette que nous hésitons à qualifier de « plus élancée », mais en tout cas moins massive que ceux qu'il entend concurrencer. Plus grand, le Touareg est donc aussi plus habitable, notamment aux places arrière vraiment généreuses, et au niveau du coffre qui passe en configuration normale de 697 à 810 litres.

Comment ça roule ?

Sur la route aussi, le nouveau Touareg titille les cadors du genre. Posé sur des suspensions pneumatiques réglables optionnelles, et quatre roues directrices proposées en option également (un ensemble à 2.835 €), il fait preuve d'un confort de roulage ne souffrant aucun reproche. Il se montre aussi plutôt agile, tant dans la circulation urbaine que sur un tracé dégagé et sinueux. Mais nous n'irons pas jusqu'à parler de sportivité. Selon son habitude, VW a en effet configuré le châssis pour être sécurisant et dès qu'on monte plus sérieusement le tempo, on entend vite les pneus avant nous faire comprendre que pousser plus encore serait déraisonnable.

Il y a par ailleurs un autre obstacle à la conduite sportive: un manque d'harmonie entre le V6 TDI et la boîte ZF, pourtant d'ordinaire excellente. En conduite « engagée » et même lorsque tout est placé en mode Sport, la boîte se montre parfois lente dans ses réactions.

Rapport prix/équipement

On ne peut rien reprocher au confort du Touareg. Les sièges sont vastes et accueillant, les places avant proposent 8 programmes de massages et à l'arrière, chose devenue rare, même la place centrale de la banquette (coulissante sur 16 cm) est… une vraie place. Petite lacune peut-être face aux concurrent : jamais durant la présentation VW n'a évoqué une future option 7 places.

On remarque aussi que contrairement à ce qu'on observe dans le reste de la gamme, VW n'a pas ici raboté les coûts en revenant vers des plastiques durs peu flatteurs. S'il y en a, ils sont cachés et globalement, la qualité de finition est excellente. Signalons que VW propose pour le Touareg non pas des niveaux de finition, mais des ambiances: Elegance, Atmosphère et R-Line, dont la seconde présente des inserts de bois joliment réalisés. Nous sommes moins convaincus par les inserts d'alu qui, bien que certifiés véritables par le constructeur, font un peu toc.

Les concurrentes

On l’a dit, la Touareg veut jouer avec les grands désormais. Son prix de base l’indique déjà : 66.000 €. Dans cette catégorie, il faut compter avec les Audi Q7, BMW X5, Mercedes GLE ou encore avec le Porsche Cayenne.

Notre verdict

Le Touareg fait tout mieux : il est plus grand, plus habitable, plus confortable et... plus cher. Pas d’ombre au tableau donc si ce n’est la réactivité de la boîte 8 qu’on a connu plus intelligente. Un problème isolé ? Peut-être. En tous cas, au terme de ce premier essai, le Touareg a de quoi venir troubler la fête VIP des SUV premium.

  • Equipement technologique très haut de gamme
  • Excellent confort
  • Conso très raisonnable
  • Accord moteur-boîte perfectible
  • Tarifs solides
  • Pas de version 7 places

Dans cet article : Volkswagen, Volkswagen Touareg

Rédigé par le

Les concurrentes