Connectez-vous

Se connecter avec Facebook

ou

Vos identifiants sont incorrects.

Je me connecte Mot de passe oublié ?
Aucun compte Facebook n'est lié au site, veuillez vous inscrire.

Mot de passe oublié ?

×
Réinitialiser mon mot de passe
Nous vous enverrons un email pour la réinitialisation de votre mot de passe.
Aucun compte n'est lié à cet email.

Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT.

S'inscrire à la newsletter
NL
Menu

Et/Ou

Et/Ou

Notre outil de comparaison vous permet de comparer jusqu’à 3 voitures à la fois et d’enregistrer 9 comparaisons dans votre panier.

Votre panier de véhicules à comparer0

Êtes-vous certain de vouloir supprimer votre sélection de véhicule ?

Confirmer Annuler

Glissez et déposez un véhicule de votre panier ci-dessous vers l'un des 3 emplacements ci-dessus destiné à la comparaison.

Premier essai / Renault Mégane R.S. EDC : popotin d'enfer

Plutôt que de céder à guerre des chevaux pour concevoir sa nouvelle Mégane R.S., Renault a préféré une approche plus ingénieuse en lui greffant des roues arrière directrices et des suspensions à butée hydraulique.

Prix
NC
  • Avis Rédaction NC

Sommaire :

Le concept

La 1re super-Mégane (la génération II) s’est révélée au Salon de Francfort en 2003. Avec ses 225 ch et son châssis innovant (train avant à pivot indépendant, déjà), c’est une prédatrice routière! En 2008 elle cède le relais à la Mégane III RS qui poussera la cavalerie jusqu’à 275 ch. Aujourd’hui, la Mégane IV R.S démarre sa carrière à 280 ch «seulement» (La Trophy 300 ch arrivera plus tard) mais avec un maître-atout : son train 4Control à quatre roues directrices. Contrairement à une Talisman ou un Espace, l’objectif n’est pas ici de se garer plus facilement ou slalomer plus aisément entre les caddies de supermarché (quoique) mais de proposer une agilité inédite parmi les berlines sportives du segment C. 

Ce qui change

La Mégane R.S. a été voulue sportive, mais chic. Par rapport à la Mégane GT, l’équipe de Laurens van Den Acker réussit le pari de la musculature élégante et évite les fautes de goûts (ailerons disgracieux). Une lame type F1 à l’avant, une canule d’échappement centrale trapézoïdale à l’arrière, plus large par ci, plus basse par là, l’allure est puissante, magnétique... Techniquement, la R.S. se pare d’éléments exclusifs, à commencer pas des butées de compression hydraulique, un paramétrage spécifique des quatre roues directrices (une première sur une Mégane R.S.), de même qu’un échappement, des roues, des sièges ou encore des freins spécifiques. 

Comment ça roule ?

La Mégane IV R.S. fera date parce qu’elle est la première «de la bande» à utiliser des roues arrière directrices, solution magique qui lui autorise de «jouer» du popotin… sans perdre le grip des roues postérieures. Enfin, presque car l’ESP tolère encore quelques dérives sous contrôle en conduite engagée. Appliqué à une berline compacte de 280 ch, le dispositif prend une tout autre dimension, plus besoin de se battre avec les commandes pour virer en force. Certes, il faudra plus que nos 200 km d’essai pour saisir toutes les nuances comportementales de la bête, mais une fois le truc pigé (des coups de volant précis, pas trop amples ni nerveux) quel régal et quelle aisance pour une sportive de 1.450 kg !
Autre révélation : l’action des butées hydrauliques aident les suspensions à contenir efficacement les mouvements de caisse tout en assurant un confort de marche étonnant  malgré les gommes de 19’’ en taille très basse: 35 ! Certes., la boîte EDC musèle encore un peu l’écurie, mais parce que votre temps de route quotidien se fera, à plus de 90%, à rythme posé, elle reste le meilleur choix (compromis) pour la majorité des clients. Les puristes préfèreront le rendu  plus hargneux de la boîte manuelle à 6 rapports, ainsi que le pack Cup. 

Budget-équipement

Rouler en Mégane R.S. commence à 34.550 € en boîte manuelle et 36.300 €  si elle s’équipe de la boîte automatique. Le pack «Cup» - incluant notamment le différentiel mécanique Torsen et les disques de frein alu/carbone  - est proposé à 1.700 € pour le lancement uniquement sur la Mégane R.S. à boîte manuelle. Pour jouir de ce pack Cup avec la boîte EDC, rendez-vous en septembre 2018. 

Concurrence

Forcément, que du gros poisson : Peugeot 308 GTi, Seat Leon Cupra R, Honda Civic Type R, mais aussi Hyundai i30 N, Golf R. Le pari de Renault est audacieux : compenser une cavalerie moins poussée que certaines par une agilité d’une nouvelle ère. Sur ce point mais aussi sur celui de sa polyvalence, elle inquiète certainement la concurrence.  

Notre verdict

La Mégane R.S. s’est perfectionnée non pas en surdosant les chevaux à la grosse louche mais en se reconcentrant sur la polyvalence. On retient surtout de cette première prise en main l’agilité saisissante procurée par le 4Control ainsi que le confort et la «propreté» des suspensions à butée hydraulique, des atouts qui concilient efficacité et bien-être  à bord. Pour rassurer les puristes, Renault à prévu la boîte manuelle et le pack Cup, en attendant la version Trophy de 300 ch. À chacun son R.S.

  • Style sport & classe
  • Confort de suspension
  • Agilité du 4Control géniale
  • EDC encore peu convaincante en usage sportif
  • Timidité de l’habitacle (par rapport à l’extérieur)
  • Pétarades de l’échappement en mode Sport…(mais pas en Race !)

Dans cet article : Renault, Renault Mégane

Rédigé par le